Publié le 01 juillet 2013

ENVIRONNEMENT

Pourquoi la lutte contre la pêche illégale est-elle un échec ?

20 % des produits de la mer seraient pêchés illégalement. Le marché des produits de la mer est en pleine expansion, comme le montre une étude publiée par l'ONG internationale Oceana basée à Washington. Or les sanctions sont dérisoires. Margot Stiles, directrice de campagne d'Oceana et auteur de l'étude Stolen Seafood, revient sur les raisons de l'échec de la lutte contre la pêche illégale et appelle à une meilleure traçabilité des produits de la mer.

139991_GF.jpg

Novethic : Quel nouvel éclairage apporte votre étude sur l'évolution mondiale de la pêche illégale ?

Margot Stiles : Le marché des produits de la pêche est de plus en plus globalisé et complexe, et entraîne de plus en plus de dégâts. Il y a toujours eu une pêche qui ciblait les espèces menacées et violait les règles de protection. Mais aujourd'hui, l'appât du gain est encore plus fort, avec des exportations qui permettent de générer des profits énormes. Les braconniers ciblent en effet les espèces chères. On estime par exemple que quatre requins sur cinq seraient pêchés illégalement, ou encore la moitié des saumons. La persistance de la pêche pirate n'est pas surprenante compte-tenu des bénéfices qu'elle rapporte, notamment des produits de la mer hauts de gamme, et ce tout en échappant aux taxes et en s'acquittant d'amendes minimes.

Comment s'opère la pêche illégale?

Notre étude insiste sur les liens entre la pêche illégale et l'approvisionnement en produits de la mer. Un cinquième des poissons pêchés illégalement est vendu aux consommateurs européens ou américains. Dans une précédente étude, nous avons montré grâce à des tests ADN qu'un tiers des poissons vendus aux États-Unis était mal étiqueté et distribué sous d'autres noms d'origine ou d'espèces.
La pêche illégale repose sur des tours de passe-passe. Les poissons pêchés frauduleusement sont collectés dans les cargos réfrigérés et mélangés aux stocks légaux. L'aquaculture fournit aussi un moyen de blanchir les poissons volés, en particulier les élevages de thon qui rachètent aux cargos de pêche les poissons en dessous des tailles réglementaires.

Pourquoi la lutte contre la pêche illégale obtient-elle si peu de résultats ?

Les efforts pour combattre la pêche illégale ont surtout cherché à prendre les criminels len flagrant délit. Or, c'est très difficile parce que les exactions se produisent à des kilomètres des côtes et la nuit. D'autant plus que de nombreux pays ne consacrent pas assez de ressource pour combattre les infractions. L'efficacité des organisations régionales de gestion de la pêche est également limitée, à l'image de leur volonté politique et de leur moyen. Même les navires qui sont inscrits sur les listes noires des organisations internationales ne sont interceptés qu'une fois sur quatre dans les ports.
On sait maintenant que ce qui est nécessaire est la traçabilité des produits de la mer, pour que chaque poisson puisse être suivi du bateau à l'assiette. Contrôler l'origine du poisson compliquera l'entrée du poisson illégal dans la chaîne d'approvisionnement. L'Union européenne a légiféré pour mieux contrôler la filière (1) et nous demandons aux États-Unis de faire de même.

Est-ce que le Code de conduite pour une pêche responsable, mis en place par la FAO en 2001, a permis d'améliorer les choses ?

Malheureusement, non. Ce code de conduite est volontaire, et les études récentes ont montré que le respect de ces recommandations est extrêmement bas. Cela dit, ce texte fournit des lignes directrices pertinentes pour les pays qui cherchent à améliorer la durabilité de leur pêche.

(1)- Le règlement européen concernant la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), prévoit d'assurer la traçabilité du poisson.

Propos recueillis par Magali Reinert
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...

Sablier reportage stellamaris navire extracteur

[Reportage] La ruée vers le sable à bord du Stellamaris, un navire extracteur français

La demande en sable, déjà la deuxième ressource la plus consommée au monde devant le pétrole, va exploser dans les années à venir. Utilisé majoritairement dans la construction, il est source de tensions dans plusieurs régions du monde où les plages sont littéralement vidées. Loin de ces images...