Publié le 03 janvier 2014

ENVIRONNEMENT

Pétrole : les bras de fer de l'année 2013

L'Equateur et l'Arctique ont été le théâtre de deux grandes crises pétrolières qui sont loin d'être achevées. Dans le premier cas, la compagnie américaine Chevron met tout en œuvre pour ne pas payer l'amende colossale à laquelle elle a été condamnée pour pollution de l'Equateur. Dans le second, l'arrestation des militants de Greenpeace puis leur amnistie a mobilisé l'opinion publique sur l'exploitation pétrolière dans l'Arctique. Retour sur les épisodes qui ont marqué l'année.

141988_GF.jpg

© Igor Podgorny Greenpeace

Chevron ne veut pas entendre parler du principe pollueur payeur

Enième épisode juridique dans la bataille titanesque que Chevron livre aux autorités équatoriennes : le 23 décembre 2013, elle a saisi la Cour suprême du pays pour demander l'annulation de l'amende de 7 milliards d'euros à laquelle elle a été condamnée pour pollution de l'Amazone. Cette action suit d'autres saisines de tribunaux américains, européens et équatoriens dont l'unique objectif est de contester la légitimité de l'action en justice des 30 000 paysans équatoriens qui ont demandé réparation à Texaco, rachetée ensuite par Chevron, pour pollution de l'Amazone entre 1964 et 1990. Chevron n'a jamais accepté d'être condamné par les tribunaux équatoriens à payer cette amende colossale. Elle s'est élevée dans un premier temps à 7 milliards d'euros, a été doublée en appel en 2011 et ramené en novembre 2013 à son niveau initial.

Ce montant pas plus que les autres n'a jamais été provisionné dans les comptes de la compagnie. Chevron a préféré multiplié les contentieux devant la justice américaine, en attaquant les actionnaires qui lui demandaient des comptes tout comme les paysans équatoriens. Son bras de fer crée aujourd'hui des tensions fortes entre l'Equateur et les Etats-Unis et symbolise le refus d'une entreprise de payer pour les dommages dont elle est indirectement la cause.
Elle a remplacé dans ce rôle emblématique au plan mondial Dow Chemical, indissolublement liée à la catastrophe de Bhopal.

L'Arctique : champ de bataille entre écologistes et compagnies pétrolières

Un autre front s'est ouvert en 2013 dans l'Arctique avec l'action spectaculaire de Greenpeace. L'ONG y a envoyé un brise-glace, l'Artic Sunrise, avec une trentaine de militants à bord pour empêcher la compagnie russe Gazprom d'exploiter une plate-forme pétrolière. Ils ont été arrêtés en septembre, emprisonnés, puis accusés de piraterie dans un premier temps, de vandalisme dans un second temps. La Russie avait annoncé, dès 2011, son ambition d'exploiter cette zone malgré les dangers que cela représente pour cet écosysteme. L'arrestation des militants de Greenpeace a déclenché une vague de protestation, entretenue par des actions de l'ONG environnementale, mais finalement l'amnistie générale déclarée par Vladimir Poutine, en décembre, a mis fin au mouvement. Le 20 décembre 2013, Gazprom a extrait du pétrole de la plateforme ciblée par Greenpeace. Il n'y a donc "pas d'amnistie pour l'Arctique", selon l'expression des militants écologistes libérés.

A.C.Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...

Sablier reportage stellamaris navire extracteur

[Reportage] La ruée vers le sable à bord du Stellamaris, un navire extracteur français

La demande en sable, déjà la deuxième ressource la plus consommée au monde devant le pétrole, va exploser dans les années à venir. Utilisé majoritairement dans la construction, il est source de tensions dans plusieurs régions du monde où les plages sont littéralement vidées. Loin de ces images...

Operation miniere de BHP Billiton au Chili BHP

BHP va dépenser 400 millions de dollars pour diminuer ses émissions… et celles de ses clients

Les entreprises minières sont de plus en plus mises sous pression pour réduire leurs émissions de CO2. La plus grande d’entre elles, l’Australien BHP, est la plus engagée en la matière. Ainsi, elle va engager 400 millions de dollars pour diminuer les émissions de ses opérations. L’entreprise...

Mines de salau tungstene stop mine de salau

Nouveau sursis pour la mine de tungstène de Salau en Ariège

Le ministère de l'Économie a annoncé qu'il ferait appel de l'annulation du permis de recherches accordé à la société Variscan Mines pour l'ouverture d'une mine de tungstène dans le sud de la France. Depuis quelques années, on assiste à un regain d'intérêt pour l'activité minière, mais la plupart des...