Publié le 23 septembre 2013

ENVIRONNEMENT

Pêche profonde : le gouvernement change de cap

Elle n'était pas au menu de la conférence environnementale, mais grâce au forcing des ONG, l'interdiction du chalutage en eaux profondes a été l'un des sujets « chauds » de l'événement. Au point d'être implicitement reprise dans le discours de clôture du Premier ministre.

141458_GF.jpg

© Ecotist / Flickr / Commons

La phrase a surpris plus d'un observateur. « Je suis favorable à ce que la France participe activement aux discussions communautaires pour mieux connaître et encadrer la pêche en eau profonde », a déclaré le Premier ministre dans son discours de conclusion sur la conférence environnementale. « Le débat est enfin sorti de l'ornière du Ministre de la Pêche pour passer au niveau du Premier ministre. Cuvillier (Frédéric, Ministre de la Pêche et longtemps maire de Boulogne-sur-Mer, ndlr) est surveillé maintenant », s'est réjoui Isabelle Laudon, chargée de campagne pour le WWF, interviewée par l'agence de presse AEF-Développement durable. Du côté de la Deep Sea Conservation Coalition (DSCC), qui réunit plus de 70 grosses ONG d'une vingtaine de pays dont l'association Bloom en France, l'heure est aussi à la satisfaction. « L'interdiction du chalutage en eaux profondes est la seule opportunité concrète de protéger la biodiversité marine et le gouvernement, qui s'en veut le défenseur, ne pouvait plus l'ignorer », martèle Claire Nouvian, de Bloom. En toute logique, le projet d'une interdiction européenne, justement bloqué à Bruxelles depuis 14 mois par la France, devrait donc enfin pouvoir être abordé prochainement au conseil des ministres européen.

D'après certains participants à la conférence, ce revirement aurait été possible grâce à la pression de plusieurs ONG qui se seraient inquiétées d'un éventuel conflit d'intérêt, entre la fonction de ministre de Frédéric Cuvillier, chargé lors de la table ronde Biodiversité marine de trouver des solutions pour préserver la biodiversité, et celle de son statut d'ancien élu local, logiquement attaché à préserver les emplois de pêcheurs sur sa circonscription. De fait, le sujet n'était pas à l'ordre du jour de la table ronde, malgré la demande des ONG. Mais le WWF a tout même réussi à le mettre sur la table, sans toutefois que la rapporteuse de cette table ne le mentionne dans sa synthèse.

Les chaluts profonds, bulldozers des écosystèmes

Débuté à la fin des années 80 suite à l'épuisement des stocks de pêche « classiques », le chalutage en eaux profondes (jusqu'à 1600 mètres) avec des lourds chaluts métalliques qui raclent les fonds, a permis aux consommateurs de découvrir des espèces exotiques (grenadiers, lingues bleues, sabres noirs...) mais elle a suscité une opposition presque unanime de la communauté scientifique, avec en 2004 une première pétition signée par un millier de scientifiques pour demander son interdiction et la création de la coalition mondiale DSCC. Mais en France, la Scapèche (groupe Intermarché) et les autres défenseurs du chalutage profond avaient jusqu'à présent trouvé un soutien indéfectible des gouvernements successifs, au motif des emplois à préserver. Mais au total, la filière pèse entre 140 et 600 emplois directs et indirects (d'après une étude pour la ville de Lorient). Il n'est donc pas hors de portée d'en assurer une reconversion intelligente, fait remarquer Claire Nouvian.

L'interdiction se jouera à Bruxelles

En juillet 2012, la commission de Bruxelles, emmenée Maria Damanaki, commissaire européenne responsable des Affaires maritimes et des Pêches, avait surpris en proposant une interdiction graduelle du chalutage profond dans l'Atlantique Nord. Mais, depuis, le sujet a été évacué des ordres du jour du conseil des ministres européens. Pour qu'une interdiction voie le jour en Europe, le règlement devra à la fois être accepté par les ministres européens de la pêche et passer les fourches caudines de la commission pêche du Parlement européen, considérée comme très « pro pêche industrielle ». Celle-ci devrait voter sur ce sujet le 3 octobre 2013.

Thibault Lescuyer
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

[Infographie] L’orpaillage illégal, qui menace l’Amazonie, ne baisse pas malgré la multiplication des projets industriels

Le Grand conseil des Amérindiens de Guyane a dénoncé l’hypocrisie de la France sur l’Amazonie. Il accuse le gouvernement de favoriser l’extractivisme (l'exploitation massive des ressources) en accordant des permis à de grandes multinationales minières. Pour l’État, la promotion des sites aurifères...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...