Publié le 08 août 2008

ENVIRONNEMENT

Maroc : les terres de l'écotourisme

Installées sur plus de 100 hectares à proximité de Marrakech, les Terres d'Amanar sont un des plus ambitieux projets d'écotourisme au Maroc. Ce centre de loisirs s'est donné pour ambition d'être un acteur majeur du développement économique de cette région rurale, tout en aidant ses habitants à préserver tant leur culture que leur environnement.

117051_GF.jpg

Marrakech, capitale du golf ?

Avec plus de 10 golfs actuellement en construction, Marrakech veut s'imposer comme une des capitales mondiales de ce sport. La région, semi aride, voit pourtant certaines de ses nappes phréatiques baisser rapidement. Si les autorités ont imposé l'utilisation exclusive d'eaux retraitées pour ménager les ressources souterraines, la question de la durabilité environnementale et économique de telles infrastructures reste posée...

Si depuis quelques années l'industrie et les services connaissent au Maroc une croissance soutenue, les bénéfices générés profitent encore essentiellement aux centres urbains. Confrontées à la sous-qualification de leurs habitants, les communes rurales peinent à bénéficier de la manne touristique et vivent d'une économie agricole dépendante des aléas climatiques. Parmi elles, Tahanaoute dispose aujourd'hui d'un atout de développement, avec les Terres d'Amanar.
Ouvert depuis avril 2005, cet espace, réservé à l'organisation d'événements, s'est ouvert, depuis 2007, à l'accueil du grand public. Le parc propose, pour la première fois au Maroc, une offre de loisirs accessible à tous et aux normes de sécurité européennes. Ce dernier point a séduit la clientèle locale, qui représente aujourd'hui 70% de la fréquentation. Le chiffre d'affaires de l'entreprise explose. Il devrait ainsi approcher le million d'euros en 2008 contre 360 000 l'année précédente.

Jean-Martin Herbecq, l'initiateur du projet, souligne la priorité donnée au volet social des Terres d'Amanar. « Notre projet a entièrement été pensé pour qu'il puisse bénéficier au maximum aux populations environnantes, grâce à la création d'emplois durables, qualifiés et moins qualifiés. Si nous nous engageons dans la préservation du patrimoine naturel, la priorité a toujours été donnée au développement humain, » nous explique-t-il. L'entreprise s'est lancée depuis 2004 dans une politique volontariste de formation interne. Un effort couronné de succès, plus de 90% de ses 85salariés sont issus des villages environnants. Il en va de même pour les 120 salariés des entreprises sous-traitantes qui travaillent sur le site.

Former le personnel local

Pour répondre à ses besoins, l'entreprise teste actuellement un nouveau programme de formation, destiné à aider les jeunes à choisir une orientation professionnelle. Après avoir évalué leur motivation pendant quelques semaines, les stagiaires suivent des cours communs composés d'initiations à différents métiers, mais également des enseignements aussi divers que les premiers secours, la natation ou l'accueil du public. Une fois leur voie choisie, ils suivront une formation spécifique qui permettra à certains de travailler dans l'entreprise. « Nous prenons volontairement un nombre de stagiaires plus important que nos besoins. Même si nous ne les recrutons pas, notre action contribue à essaimer des compétences dans la région. Ils repartiront de chez nous avec les qualifications suffisantes pour trouver un emploi décent dans la région de Marrakech» explique le conepteur du projet.

Cette forme d'essaimage concerne aussi le volet environnemental du projet. Après avoir instauré le tri sélectif des déchets sur son site, l'entreprise étudie la possibilité de créer un système de ramassage dans les communes voisines, susceptible de créer une activité économique pour des habitants des environs.

L'environnement dans un second temps

Surfaces construites et irriguées réduites, matériaux traditionnels... une attention particulière est portée à la préservation du caractère exceptionnel du site. En étendant son domaine à plus de 100 hectares, l'entreprise veut maîtriser l'intégrité de son espace et maintenir certaines activités agricoles en son sein. Dans les années à venir, l'entreprise ambitionne de produire 60% de ses besoins énergétiques et de retraiter ses eaux usées à l'aide de technologies renouvelables. Un audit environnemental est actuellement en cours.
Avec plus de 20 000 visiteurs depuis 2006, Terres d'Amanar s'impose comme une des principales références de l'écotourisme au Maroc. Une gageure pour un projet qui a été rejeté, initialement, par les investisseurs institutionnels des places de Casablanca et de Paris.

Pierre-Marie Coupry à Marrakech (Maroc)
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...