Publié le 01 mars 2010

ENVIRONNEMENT

Les multinationales interrogées sur leur empreinte forestière

Le « Forest footprint disclosure » a demandé à des entreprises quels étaient les impacts de leurs activités sur la déforestation. Alors que de nombreux produits y contribuent, ce rapport met en lumière le manque d'information et de mesures mises en place pour assurer un approvisionnent responsable des matières premières utilisées.

128318_GF.jpg

Les dix meilleurs élèves... et ceux qui ont refusé

(parmi les 35 répondants sur les 217 sollicités)
-Gaz et pétrole: Neste Oil, Finland
-Produits alimentaires et boissons: Danisco, Denmark
-Soins corporels et ménagers/ habillement: L'Oréal, France
-Distribution alimentaire et médicaments: J. Sainsbury plc, UK
-Agriculture et pêche: IOI Group, Malaysia
-Grande distribution: Marks and Spencer, UK
-Matières premières: Mondi plc, UK
-Industrie et automobile: Weyerhaeuser, USA
-Services: Drax Group, UK
-Autres: Reed Elsevier, NL
- 25 entreprises ont clairement refusé de répondre parmi lesquelles BP, Shell, Danone, Geox, Johnson & Johnson, Boots, PPR, Toyota, McDonald's, etc.

On connaissait l'empreinte écologique, déclinée en empreinte carbone... Il va désormais falloir aussi se préoccuper de son empreinte forestière, soit son impact sur la déforestation. « Chaque jour, les consommateurs « mangent » de la forêt au travers de la côte de bœuf et du bacon qu'ils mangent ou des produits de beauté qu'ils utilisent, mais ils ne le savent pas », affirme Andrew Mitchell, le président du comité de pilotage du « Forest footprint disclosure project »*, en préambule du premier rapport recensant les pratiques d'approvisionnement des entreprises pour leurs produits à risques issus de la forêt. Car ils sont nombreux : le soja, l'huile de palme, le bois de construction, les produits issus de l'élevage et les agro-carburants ont une empreinte forestière considérable. Or, ils sont largement utilisés par les multinationales de tous secteurs ; alimentaire, habillement, soins mais aussi automobile.

Des informations encore peu disponibles

Pour savoir quel est, d'une part le degré de conscience des multinationales par rapport à ces enjeux et, d'autre part les actions menées en faveur d'un approvisionnement plus responsable et d'une meilleure traçabilité, le « Forest footprint disclosure », a envoyé un questionnaire détaillé à 217 entreprises du « Fortune 500 » parmi les plus exposés aux risques d'approvisionnements forestiers. A l'arrivée, les résultats sont maigres ; seules 35 multinationales ont répondu - parmi lesquelles British Airways, BMW, l'Oréal, Adidas, Nike, Unilever ou Kingfisher - et 25 ont clairement refusé de divulguer les informations (voir encadré). Mais pour la directrice de FFD, Tracey Campbell, cette première année est « prometteuse » car beaucoup d'entreprises ont affirmé leur souhait d'y participer l'an prochain. Pour cette première édition en effet, plusieurs entreprises se sont trouvées démunies et ont confié n'avoir jamais pensé à rechercher ces informations avant que la FFD en fasse la demande.

Même si de grandes avancées ont été faites notamment en 2009, les meilleurs élèves ont encore de grands efforts à faire. Dans le secteur de la distribution alimentaire par exemple, les deux répondants -Sainsbury et Carrefour- ont montré une « grande compréhension des risques stratégiques à la fois sur leur réputation et sur la sécurité d'approvisionnement ». Mais s'ils ont de forts engagements pour leurs propres produits, leur influence sur les mesures d'approvisionnement des autres marques reste faible.... Quant au secteur « soins corporels/ménagers et habillement » qui a obtenu le taux de réponses le plus important (9), si « beaucoup de ces compagnies ont mis en place des mesures pour lutter contre le changement climatique ; elles ne font pas souvent le lien avec la déforestation », note le rapport.

« Nous comprenons tout à fait que le fait de créer une chaîne d'approvisionnement durable, robuste et avec une traçabilité totale est un véritable défi pour les entreprises. Mais celles qui ont accepté de divulguer leurs données sur le sujet montrent qu'elles anticipent les risques d'approvisionnement sur le long terme et qu'elles gèrent intelligemment les enjeux du changement climatique », explique Tracey Campbell. En revanche, le greenwashing n'est jamais très loin... « Ce qui est révélateur, c'est que certaines entreprises qui communiquent sur leur engagement environnemental n'ont pas voulu nous dévoiler leur impact sur la forêt », dénonce-t-elle.

Des risques sérieux pour les entreprises irresponsables

Pour convaincre les entreprises de prendre la chose au sérieux, la FFD, en appelle aussi aux consommateurs et aux investisseurs, qui ont d'ailleurs commencé, soit à se détourner de certaines marques qu'elles ne jugent pas assez responsables, soit au contraire à soutenir celles qui ont des démarches pro-actives. Les entreprises qui ont répondu affirment par exemple qu'un approvisionnement responsable leur donne un avantage compétitif notamment dans les contrats publics, qui retiennent ces critères. A contrario si, pour le moment, ne pas avoir une politique d'approvisionnement responsable et être dénoncé comme tel n'a encore que peu d'incidence sur le cours des actions des entreprises en question, «cela peut avoir des dommages à long terme », préviennent les auteurs du rapport.

Par ailleurs, certains investisseurs prennent en compte les rapports critiques ou les dénonciations publiques, et vont jusqu'à se retirer de projets. Ainsi, l'an dernier, après la publication du rapport « le massacre de l'Amazonie » de Greenpeace (voir article lié) qui mettait en évidence le lien entre entreprises (nommément mises en cause) et déforestation, la banque mondiale a annulé un prêt de 60 millions de dollars au plus grand exportateur de bœuf brésilien, Bertin SA. D'autre part, en se montrant floues ou peu exigeantes sur leur approvisionnement, les sociétés peuvent voir leur crédibilité sur d'autres sujets émoussée. « Un nombre encore restreint mais de plus en plus important de fonds de gestion d'actifs se ferment à des compagnies qui ne sont pas durables», confirme le rapport. Pour preuve de l'intérêt des investisseurs sur la question, il faut aussi rappeler que l'initiative de la FFD est soutenue par des banques, assureurs ou fonds de pension, qui représentent des fonds d'une valeur de 3,5 milliards de dollars...

*Ce programme de la fondation britannique « Global Canopy Foundation » a notamment reçu le soutien de l'Initiative financière du Pnue (Programme des Nations unies pour l'environnement), du département pour le développement international du gouvernement britannique et de l'ONG WWF Grande-Bretagne

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Blocage cimentiers lafarge extinction rebellion

Face aux blocages d'activistes écologistes, les cimentiers Lafarge et Cemex défendent leurs objectifs climatiques

Alors que les militants d'Extinction Rebellion ont bloqué les sites de Lafarge et Cemex mi-février pour dénoncer la pollution du BTP, les deux cimentiers défendent leurs objectifs climatiques. Cemex vient d'annoncer du béton zéro carbone d'ici 2050 quand Lafarge assure être l'entreprise la plus...

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...