Publié le 18 mars 2010

ENVIRONNEMENT

Le commerce international du thon rouge ne sera pas interdit

Alors que les ONG et scientifiques tirent la sonnette d'alarme depuis des années sur la prochaine disparition du thon rouge, la conférence de la CITES sur le commerce des espèces sauvages menacées a finalement rejeté la proposition de Monaco d'interdire son exportation.

128604_GF.jpg

© WWF

Vive déception au sein des associations environnementales et les défenseurs du thon rouge. Alors que plusieurs pays s'étaient récemment ralliés à la position de Monaco sur la nécessité d'inscrire celui-ci à l'annexe I de la Convention internationale sur le commerce des espèces sauvage menacées, la conférence de la CITES qui s'est déroulée hier à Doha a rejeté cette proposition. Le commerce international, et surtout les exportations vers le Japon, principal consommateur de cette espèce menacée, pourront donc continuer sans entrave. En effet, même la proposition de l'Union européenne qui prévoyait un délai d'application n'a pas recueilli les suffrages. Le décompte des votes est sans appel ; la proposition de Monaco a été rejetée par 68 voix contre 20 favorables seulement et 30 abstentions auprès des 120 pays présents...

« C'est une funeste journée pour la biodiversité marine. Aujourd'hui, nous vivons un véritable tsunami d'inconsciences. En pleine année internationale de la biodiversité, qu'une espèce aussi emblématique que le thon rouge soit sacrifiée au profit d'intérêts économiques de court terme est une véritable honte », dénoncent la présidente du WWF France Isabelle Autissier et son directeur général, Serge Orru, dans un communiqué. Même sentiment chez Greenpeace, pour qui la CITES a « signé l'arrêt de mort du thon rouge ». Faire passer les intérêts à court terme de quelques Etats qui pratiquent un lobbying très actif, tels que le Japon, avant la préservation d'une espèce menacée (dont il reste aujourd'hui moins de 15% de la population d'origine), cruciale pour l'équilibre de l'écosystème méditerranéen est tout simplement inacceptable, estime l'association.

Un avenir peu engageant

Les négociations allaient pourtant bon train ces derniers jours, mais le matin, la Lybie avait plaidé pour une décision rapide, une démarche ensuite votée à la majorité en plénière alors que certains pays comme Monaco souhaitaient prendre le temps d'étudier les arguments scientifiques. Les associations reprochent également à l'Union européenne, qui ne s'est accordée sur une position que 3 jours avant le début de la conférence après des mois de tergiversations, de ne pas avoir tenu son rôle. « L'Union européenne, on le voit bien, était divisée (6 pays méditerranées avaient au départ refusé d'inscrire le thon à l'annexe I), et sa position finale n'était en rien convaincante. Après Copenhague, c'est de nouveau le signe de l'incapacité de l'Europe à être un acteur international efficace », se désole Serge Orru. Et « que dire d'une puissance européenne qui se veut forte mais qui, dans les négociations internationales, ne tient en rien sa position, et ne s'est d'évidence pas donné les moyens de se défendre ? », s'interroge le chargé de campagne océans de Greenpeace, François Chartier. La proposition de l'UE, qui a certes convaincu plus de pays grâce au délai d'application, a seulement recueilli 43 voix favorables contre 72 voix contre et 20 abstentions.
L'avenir de l'espèce est donc désormais entre les mains de l'ICCAT, la commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique qui réunit les pêcheurs. Mais pour le WWF, l'espoir d'un succès reste très mince : « C'est justement parce que l'ICCAT a failli dans sa mission depuis 40 ans, amenant le stock au bord de l'épuisement, que Monaco a décidé de proposer son inscription à la CITES », souligne l'ONG. De son côté, la France préfère se rabattre sur un plan B, moins disant : « La France est décidée à proposer à l'Union européenne de continuer ses efforts pour convaincre les Etats parties de la CITES d'agir en faveur de la protection de cette espèce via un classement en annexe II qui régule le commerce international des espèces menacées », précise le ministère de l'Ecologie.

Béatrice Héraud
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Mine d or Newmont au suriname Newmont Mining Corporation

Après l’annulation de la "Montagne d'or", un nouveau projet minier géant apparaît en Guyane

La commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d'un nouveau projet de mine d'or de taille industrielle, "Espérance", co-porté en Guyane par la compagnie minière américaine Newmont. Un nouveau débat s’ouvre dans le département français alors que le...

Blocage cimentiers lafarge extinction rebellion

Face aux blocages d'activistes écologistes, les cimentiers Lafarge et Cemex défendent leurs objectifs climatiques

Alors que les militants d'Extinction Rebellion ont bloqué les sites de Lafarge et Cemex mi-février pour dénoncer la pollution du BTP, les deux cimentiers défendent leurs objectifs climatiques. Cemex vient d'annoncer du béton zéro carbone d'ici 2050 quand Lafarge assure être l'entreprise la plus...

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants...