Publié le 12 août 2018

ENVIRONNEMENT

[LE CHIFFRE] Plus de la moitié de la surface des océans exploitée par les grands chalutiers

Une étude basée sur des données satellitaires révèle que les navires opèrent sur 200 millions de kilomètres carrés. Cela représente 55 % de la surface de la planète. C’est quatre fois plus que la surface occupée par l’agriculture.

Un tiers des stocks de poissons sont déjà surexploités.
@Flickr / Jean-Jacques Abalain

Une équipe de chercheurs a mis au point une carte interactive qui permet d’établir l’empreinte mondiale de la pêche. Grâce aux systèmes d’identification automatique des navires, conçus pour éviter les collisions, ils peuvent déterminer à la seconde près les déplacements des navires. Leurs résultats, publiés en début d’année dans la revue Science, sont implacables : la pêche industrielle exploite 200 millions de kilomètres carrés, soit la moitié de la surface de la Terre.

À titre de comparaison, l’agriculture occupe 50 millions de km2 de terres, soit quatre fois moins. Mais "la superficie totale pêchée est probablement plus élevée". Jusqu'à 73 %, estiment les chercheurs, car certaines parties du monde ne sont pas visibles faute de bonne couverture satellite et que tous les navires de pêche ne sont pas équipés du système.

600 fois la distance Terre-Lune

Les navires de cinq pays - Espagne, Taïwan, Japon, Corée du Sud et Chine - représentent à eux seuls plus de 85 % des grands chalutiers industriels. Les importants sites de pêche "ont été observés dans le nord-est de l'Atlantique et le nord-ouest du Pacifique, ainsi que dans les régions riches en nutriments au large de l'Amérique du Sud et de l'Afrique de l'Ouest". Et rien qu’en 2016, l’équipe de chercheurs a enregistré 40 millions d’heures de pêche par des navires qui ont consommé 19 milliards de kWh d’énergie et parcouru plus de 460 millions de kilomètres, soit 600 fois la distance aller-retour de la Terre à la Lune.

"L’empreinte mondiale de la pêche est beaucoup plus importante que les autres sources de production de nourriture alors que les pêcheries ne fournissent que 1,2 % des calories consommées par les humains, soit 34 kcal par habitant et par jour", remarquent les auteurs. Dans le monde, un tiers des stocks de poissons sont surexploités, ce qui signifie que ces espèces sont prélevées plus rapidement qu’elles ne peuvent se reproduire. Et d'après une récente étude, seule 13 % de la surface des océans serait encore à l’état sauvage, exempte de traces liées à l’activité humaine. 

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Velo voiture pietons deplacements pixabay stocksnap

Nucléaire, chasse au gaspi...comment les chocs pétroliers ont déterminé nos modèles économiques

La flambée des prix des matières premières ravive les souvenirs des chocs pétroliers de 1973 et 1979. Les gouvernements sont acculés à faire des choix économiques et sociaux déterminants. De telles décisions avaient déjà modelé les sociétés après les précédents chocs pétroliers où la France avait...

Big Air Pekin

Aux JO de Pékin : Neige artificielle et cheminées industrielles sous les feux de la rampe

Exit les montagnes blanches. Aux Jeux olympiques de Pékin, l'épreuve de Big Air, une discipline de snowboard et ski freestyle s'est déroulée au milieu d'usines et d'anciens hauts-fourneaux. L’installation surréaliste a fait polémique sur les réseaux sociaux. De son côté, la Chine, qui s'était...

Wild flowers

"CO2 ou PIB, il faut choisir" : En France et en Allemagne, la percée des nouveaux indicateurs environnementaux et sociaux

De plus en plus contesté, même par les économistes classiques, l’indicateur de croissance phare, le PIB, utilisé notamment pour construire la loi de finance, pourrait être détrôné. Outre-Rhin, le ministre de l'Économie et du climat veut ajouter une trentaine de nouveaux indicateurs pour apprécier...

Bretagne sable

Clap de fin pour le projet d’extraction de sable de coquillier en baie de Lannion

Le projet d’extraction de sable de coquillier dans la baie de Lannion ne verra finalement pas le jour. Le Peuple des dunes du Trégor, collectif qui regroupe plusieurs dizaines d’associations, s'opposait depuis dix ans à ce projet alors que l'utilisation intensive du sable, deuxième matière première...