Publié le 17 mai 2021

ENVIRONNEMENT

La guerre des métaux rares fait rage et c’est l’environnement qui souffre

La Chine détient une arme géopolitique majeure : les métaux rares. Celle-ci produit 85 % de ces éléments indispensables à la transition énergétique. Le reste du monde est complètement dépendant de Pékin qui extrait ses métaux dans des conditions environnementales et humaines désastreuses. Si le réveil a sonné pour les États-Unis qui se lancent enfin dans une course à la relocalisation, le Vieux Continent, lui, traîne des pieds. "L'Europe doit sortir de sa léthargie", prévient le spécialiste Guillaume Pitron. 

Mountain pass mine
MP Mountain
La mine de Mountain Pass était, des années 60 à 90, la plus grande source de terres rares au monde.

C’était il y a trois ans. Dans un essai qui a créé le buzz, le journaliste indépendant Guillaume Pitron publiait son livre, "La guerre des métaux rares", fruit d’une enquête de six ans dans une douzaine de pays, sur la face cachée de la transition énergétique. Le journaliste jetait une lumière crue sur les impacts environnementaux et sociaux majeurs générés par l’extraction des métaux nécessaires au bon fonctionnement des éoliennes, panneaux solaires, batteries de voitures électriques… Trois ans plus tard, malgré cette alerte retentissante, "la situation n’a pas vraiment changé", explique le spécialiste. La Chine est toujours en situation de quasi-monopole avec 85 % de métaux rares produits sur son territoire.

"Dans la région de Baotou en Chine, où se concentrent 60 % des réserves mondiales connues de terres rares, on constate toujours des rejets d’effluents toxiques, tout est pollué, les eaux sont chargées de métaux lourds et les populations en payent le prix fort", explique Guillaume Pitron. Malgré cette situation, la demande ne faiblit pas. En se désintéressant de ces métaux, l’Union européenne et les États-Unis ont laissé la main à la Chine, développant ainsi leur dépendance envers elle tout en cautionnant des pratiques environnementales et humaines moins-disantes par rapport aux réglementations en vigueur dans leurs régions respectives. Mais le réveil pourrait avoir sonné.

Le réveil des États-Unis

Les États-Unis ont lancé un vaste plan visant à assurer leur souveraineté. En mars dernier, ils ont relancé la mine de Mountain Pass en Californie. Cette dernière avait été abandonnée au début des années 2000 après avoir fait faillite. Quand le site tournera à plein régime, il devrait représenter 16 % de la production mondiale. Reste que du côté du raffinage, les Américains sont toujours dépendants de la Chine mais "il n’est jamais trop tard", assure Guillaume Pitron. 

Du côté du Vieux Continent, la prise de conscience a eu lieu, mais le passage à l’acte est plus lent. La Commission européenne a annoncé, en septembre dernier, la création d’une alliance pour les matières premières. Celle-ci concerne des métaux rares mais aussi des métaux stratégiques essentiels à la transition énergétique comme le cobalt ou le lithium. La pression est de plus en plus forte sur ces métaux. Dans ses dernières projections l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que d’ici 2040, avec le développement des énergies renouvelables et de la voiture électrique, le monde consommera 40 fois plus de lithium, 20 fois plus de nickel et 7 fois plus de manganèse. 

"Une guerre économique"

"L’Europe n’a pas le choix, il faut qu’elle sorte de sa léthargie. Tant qu’elle n’aura pas compris qu’il y a une guerre des métaux, une guerre économique qui se joue, on sera piégé. Le problème de l’Europe c’est qu’elle se croit dans un monde de bisounours", tacle Guillaume Pitron. Une des solutions pour diminuer cette dépendance est la voie du recyclage. Aujourd’hui, seulement 7 % des terres rares seraient recyclées. Le spécialiste de la chimie, Solvay, de la mobilité, Renault, et de l’environnement, Veolia, se sont associés en mars dernier pour améliorer le recyclage des batteries électriques en fin de vie. 

Jugé peu rentable face à de l’extraction pure, le recyclage est boudé, de manière générale, par le secteur. Mais la flambée des prix de certains matériaux stratégiques pourrait changer la donne. Le prix du cuivre par exemple a atteint des records dépassant début mai la barre des 10 400 dollars, du jamais vu. Étant donné qu’une voiture électrique consomme deux fois plus de cuivre qu’une thermique, la tendance pourrait continuer. Même chose du côté du lithium et le nickel, donc les cours ont doublé. L’AIE craint d’ailleurs que cette explosion des prix ne fasse dérailler la transition énergétique.  

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

"La transition énergétique est la plus fantastique opération de greenwashing de l’Histoire", selon Guillaume Pitron

C’est un livre choc sur la transition énergétique. Guillaume Pitron, journaliste indépendant, a enquêté pendant six ans dans une douzaine de pays pour découvrir d’où viennent les métaux utiles à nos éoliennes, nos panneaux solaires ou encore nos batteries de voitures électriques. Dans "La...

Les États-Unis relancent la production de terres rares, sur fond de tensions géopolitiques avec la Chine

Les terres rares sont un enjeu géopolitique majeur. Alors que la Chine, plus gros producteur mondial, menace de couper les robinets, les États-Unis veulent retrouver une partie de leur indépendance. Ils viennent ainsi de relancer la mine de Mountain Pass en Californie qui devrait, quand...

Réchauffement climatique : la sécheresse à Taiwan menace l’industrie des puces électroniques

C'est un nouveau symbole de l'impact du réchauffement climatique sur l'économie mondiale. À Taïwan, la sécheresse met à mal les industriels qui approvisionnent le monde entier en puces électroniques, au point de provoquer une pénurie. Ces matériels, présents dans les automobiles, les...

Souveraineté technologique : la pénurie de puces électroniques, un court-circuit pour la relance

Plusieurs constructeurs automobiles dont Volkswagen ou Audi ont dû ralentir voire fermer certaines lignes de production de véhicules à cause d'une pénurie de puces électroniques. L'Europe, ultra-dépendante de ces composants informatiques, voudrait être plus autonome en la matière. Une...

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Velo voiture pietons deplacements pixabay stocksnap

Nucléaire, chasse au gaspi...comment les chocs pétroliers ont déterminé nos modèles économiques

La flambée des prix des matières premières ravive les souvenirs des chocs pétroliers de 1973 et 1979. Les gouvernements sont acculés à faire des choix économiques et sociaux déterminants. De telles décisions avaient déjà modelé les sociétés après les précédents chocs pétroliers où la France avait...

Big Air Pekin

Aux JO de Pékin : Neige artificielle et cheminées industrielles sous les feux de la rampe

Exit les montagnes blanches. Aux Jeux olympiques de Pékin, l'épreuve de Big Air, une discipline de snowboard et ski freestyle s'est déroulée au milieu d'usines et d'anciens hauts-fourneaux. L’installation surréaliste a fait polémique sur les réseaux sociaux. De son côté, la Chine, qui s'était...

Wild flowers

"CO2 ou PIB, il faut choisir" : En France et en Allemagne, la percée des nouveaux indicateurs environnementaux et sociaux

De plus en plus contesté, même par les économistes classiques, l’indicateur de croissance phare, le PIB, utilisé notamment pour construire la loi de finance, pourrait être détrôné. Outre-Rhin, le ministre de l'Économie et du climat veut ajouter une trentaine de nouveaux indicateurs pour apprécier...

Bretagne sable

Clap de fin pour le projet d’extraction de sable de coquillier en baie de Lannion

Le projet d’extraction de sable de coquillier dans la baie de Lannion ne verra finalement pas le jour. Le Peuple des dunes du Trégor, collectif qui regroupe plusieurs dizaines d’associations, s'opposait depuis dix ans à ce projet alors que l'utilisation intensive du sable, deuxième matière première...