Publié le 02 août 2023

ENVIRONNEMENT

Jour du dépassement : à partir de ce mercredi 2 août, l’homme vit désormais à crédit

Ce mercredi 2 août, l’humanité a épuisé l'intégralité des ressources naturelles que la Terre peut générer en un an. Ainsi, durant les cinq mois qui restent à l’année 2023, l’humanité vivra à crédit, en utilisant les ressources que la planète n’est plus en mesure de produire. Un jour d’autant plus symbolique au regard du mois de juillet hors normes que nous venons de vivre.

Sécheresse JORGE GUERRERO/AFP
Le "Jour du Dépassement" est un indicateur visant à illustrer le jour où l’humanité a consommé plus de ressources que la planète ne peut en régénérer en un an.
JORGE GUERRERO/AFP

Une planète bleue toujours dans le rouge. Ce mercredi 2 août fixe le jour du "dépassement planétaire" (Earth overshoot day, en anglais). En somme, l’humanité vit depuis aujourd’hui à crédit puisqu’elle a consommé l’ensemble des ressources que la nature peut renouveler en un an, d’après les calculs de l’ONG Global Footprint Network et du WWF.

Cette date symbolique s'accompagne d’un autre chiffre tout aussi frappant. Selon ce même indicateur, créé dans les années 1990, il faudrait l’équivalent de "1,7 Terre" pour subvenir aux besoins de la population mondiale. À noter que les besoins des autres espèces vivant sur Terre ne sont pas pris en compte.

Dépassement

Une date qui ne "recule" toujours pas

Ce fameux jour du dépassement intervient chaque année un peu plus tôt : en 1971, ce seuil était atteint le 24 décembre ; en 1980, le 4 novembre ; en 2000, le 23 septembre ; en 2010, le 9 août ; et en 2022, le 28 juillet… ce qui signifie que cette année, ce jour fatidique a reculé de cinq jours par rapport à l’année dernière.

Il ne faut pas pour autant se réjouir. "Ce recul n’est pas réellement une bonne nouvelle", indique à Novethic Mathis Wackernagel, co-inventeur de l’empreinte écologique et co-fondateur du Global Footprint Network. Car cela est principalement dû à un changement de méthodologie qui intègre des données plus précises. "Le jour du dépassement n'a en réalité reculé que de huit heures", ironise-t-il.

Or, pour tenir nos objectifs climatiques, "il faudrait parvenir à gagner au moins 19 jours par an sur les sept prochaines années", détaille dans un communiqué Jean-Louis Bergey, expert national de la direction Exécutive Prospective et Recherche à l'Ademe. "Le futur n’a jamais été aussi prévisible, explique Mathis Wackernagel. Nous savons que dans tous les scénarios possibles, il y aura plus de changement climatique et toujours moins de ressources"

L’homme accapare toujours plus de ressources naturelles

C’est pour cette raison que le Fonds mondial pour la nature (WWF) s’est attardé cette année sur l’accaparement de l’eau douce, une ressource "en danger", alerte auprès de Novethic le directeur de la biodiversité terrestre du WWF France, Yann Laurans. "C’est une ressource que l’on utilise de plus en plus mal et surtout de manière déséquilibrée". Une raréfaction aujourd’hui perceptible par la multiplication des épisodes de sécheresse. Notamment en France où la grande majorité des département est toujours soumise à des restrictions d'eau et près d'une trentaine est même classée en situation de crise, le niveau maximum d'alerte sécheresse.

Aujourd’hui, 70% de l’eau douce disponible dans le monde est utilisée par le système agroalimentaire industrialisé, et en particulier pour l'industrie de la production carnée. Côté français, plus de moitié de la ressource en eau disponible (57%) est utilisée pour irriguer seulement 7% des terres agricoles. Or, "les autorités n’ont pas pris la mesure du problème, qui est avant tout un problème d’organisation à l’échelle territoriale des manières dont on utilise l’eau et dont on priorise son usage", précise l'expert, qui appelle à une transition vers l'agroécologie et les solutions fondées sur la nature.

Et cette logique devrait s’appliquer à toutes les ressources planétaires. D’ailleurs, la question de l’adaptation est aujourd’hui inévitable pour préserver à la fois les ressources planétaires, mais aussi pour limiter les risques liés au changement climatique. "Et ne pas se préparer est absurde, car nous serons les premiers touchés", prévient Mathis Wackernagel, ajoutant que "si l’on s’adapte dès maintenant, cela aura un impact positif pour le reste de planète".

Blandine Garot


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Canicules, océans en surchauffe, fonte de la banquise : revivez le mois de juillet de tous les records en 5 graphs

C'est officiel. Ce mois de juillet 2023 sera le plus chaud de toute l'histoire. Une très large partie de l’hémisphère Nord suffoque sous des chaleurs extrêmes, les océans surchauffent et la banquise antarctique peine à se reconstituer malgré l’arrivée de l’hiver… Voici cinq graphiques pour...

Le gouvernement dévoile sa stratégie nationale biodiversité, sur fond de remaniement

Protection forte des espaces terrestres et marins, nouvelles aires protégées, un milliard d’arbres et 50 000 kilomètres de haies plantés, 50 000 hectares de zones humides restaurées et un budget supplémentaire de 264 millions d'euros. Le gouvernement a enfin publié sa nouvelle stratégie...

Gestion de l’eau : l'implacable état des lieux de la Cour des comptes alors que le pays est à sec

Dans un nouveau rapport publié lundi 17 juillet, la Cour des comptes a épinglé la gestion de l’eau en France en pleine crise climatique. Réduction des prélèvements, inutilité des mégabassines en cas de sécheresse hivernale, tarification progressive de l'eau, eaux usées...Voici ce qu’il...

Déforestation : au Brésil, la savane du Cerrado disparaît deux fois plus vite que l’Amazonie

Nos assiettes contiennent encore du soja issu de la déforestation. Si celle-ci baisse en Amazonie, elle augmente fortement dans le Cerrado, une savane brésilienne qui disparaît deux fois plus vite que l'Amazonie. Une enquête de l'organisation Mighty Earth met en cause le trader Bunge, qui...

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Le droit des générations futures, une nouvelle arme judiciaire dans la lutte environnementale

Une décision historique. Le tribunal administratif de Strasbourg a suspendu "provisoirement" le 7 novembre le confinement définitif de déchets toxiques de Stocamine, faisant valoir "l’obligation pour l’État de prendre en compte dans ses décisions les générations". Ce nouveau principe dans le droit...

Mine Cobre Panama manifestations Roberto Cisneros AFP

Contestations inédites au Panama contre la plus grande mine de cuivre d'Amérique centrale

Des milliers de personnes ont défilé dans les rues du Panama, fin octobre, contre l'extension de l'exploitation de la mine Cobre Panama, la plus grande d'Amérique centrale. Avec des regroupements spontanés de multiples syndicats, le mouvement est aussi surprenant que massif. L'écologie, mêlée aux...

Pexels tom fisk indonesie menace mine nickel

Le nickel, nécessaire à la transition écologique, a détruit l'équivalent de la ville de New-York dans la forêt indonésienne

Les groupes automobiles sont friands du nickel indonésien, nouvel eldorado de la transition vers l'électrique. Mais les gisements, situés sur des forêts riches en biodiversité, sont un désastre pour l'environnement. L'explosion de la demande pour le nickel a déjà conduit à déforester l'équivalent de...

Mine artisanal sable JOHN WESSELS AFP

Une ville comme Paris construite tous les cinq jours dans le monde : la pénurie de sable nous guette

La demande devient insoutenable. Le sable, deuxième ressource la plus exploitée après l'eau, est devenu indispensable à plusieurs secteurs, dont le BTP. Pour "rendre visible l'invisible", le PNUE vient de créer une plateforme inédite capable de suivre et surveiller le dragage du sable en milieu...