Publié le 04 mai 2011

ENVIRONNEMENT

Inde : à la poursuite du diamant vert

Sur fond de certification environnementale et de promesses écologiques, la récente réouverture de la mine de diamant de Mahjgawan nargue les lois indiennes et les associations de protection de la nature... en validant les prospections du géant minier américain Rio Tinto.

133669_GF.jpg

Dans l'état du Madhya Pradesh (Inde), la mine de Mahjgawan, la plus grande mine de diamant mécanisée d'Asie, a du mal à se refaire une réputation. Sécurisée comme une zone militaire (personne n'y est même autorisé à faire des photos), elle ne manque pas de revendiquer son caractère « eco-friendly ». Des panneaux, écrits et dessinés à la main, sont là pour affirmer que l'écologie est ici une priorité : sur l'un deux, une main porte la planète terre, qui saigne, sur un autre, on peut lire, en anglais, que le personnel du site bénéficie d'un programme d'éducation à l'environnement. Pourtant, ici, on semble toujours extraire le diamant comme au début du siècle dernier, en saignant l'unique filon diamantifère à grands coups de dynamite. Les montagnes de cailloux de kimberlite - la roche volcanique qui contient les diamants - sont ensuite ramassées au bulldozer et mises à sécher au soleil pendant plusieurs mois. Puis, on concasse la roche devenue plus friable dans des presses mécaniques, avant de tamiser les poussières de l'ensemble pour en extraire directement les diamants.

Un désastre maquillé de vert

Si l'incidence des diamants est faible (une petite dizaine de carats* pour une centaine de tonnes de kimberlite), les conséquences de leur exploitation sont colossales, à l'image du trou de près d'un demi-kilomètre de diamètre sur plus de 100 m de hauteur creusé par l'extraction minière sur ce site. Au fond du trou, un lac d'une dizaine de mètres de profondeur témoigne que l'on a atteint les ressources souterraines d'eau. Même si Rajeev Wadhwa, l'ingénieur géologue en chef responsable de la mine, explique que « cette eau vient... du ciel, le trou faisant office de citerne de récupération d'eau de pluie ! » ** ! Pourtant, l'exploitant de la mine, depuis 1995, est... la compagnie minière gouvernementale, la NMDC (National Mineral Development Corporation). Malgré une norme ISO 14001 acquise en 2004 et une communication soucieuse de l'environnement, le Diamond Mining Project n'a pas su faire oublier que la mine se trouvait en plein milieu d'une réserve de tigres, au cœur du parc national de Panna.

Sa certification n'a d'ailleurs pas suffi à duper le bureau de contrôle de la pollution (le Pollution Control Board) : en juillet 2005, la mine a été fermée du jour au lendemain pour non-conformité avec les normes environnementales. Et son illégalité. Car, depuis 2002, une loi indienne interdit les activités minières dans les aires protégées. Un coup dur pour le Diamond Mining Project, soutenu par le ministère de l'Industrie. Temporaire. Les instigateurs du projet ont saisi la Cour Suprême du pays et fini par la convaincre : la mine a rouvert en août 2009 !

Coudées franches

Au printemps 2011, le site a pourtant des airs d'abandon : le village de mineurs, qui abritait jusqu'à 900 âmes aux temps pleins de l'activité, est désert. Cykim Do, le directeur actuel de la mine, a beau annoncer l'inauguration d' « une usine ISO 14001, achetée à l'Afrique du Sud, afin de moderniser l'extraction des diamants... » et « qui devrait employer autour de 300 mineurs », le site semble désaffecté, rendant les objectifs de production de la mine, 100 000 carats par an, bien difficiles à atteindre. Les organisations écologiques, atterrées par la réouverture, craignent désormais que la dérogation obtenue ne fasse tâche d'huile, conduisant à un développement minier sans entrave dans les réserves naturelles indiennes... D'autant que la mine de Majhgawan, en activité depuis près d'un siècle, est de moins en moins riche ; l'exploitation d'autres régions du parc, encore recouvertes par la forêt, semble désormais inévitable.

L'an passé, dans le district de Chhatarpur, toujours dans le parc de Panna, à quelque 70 km de là, 13 villages, soit 350 familles, ont été évacués. Comme le rappelle Yusuf Beag, de l'ONG indienne Mines, Minerals and People pour la bonne cause écologique ! Le gouvernement indien s'est chargé de l'évacuation de la zone, et de l'indemnisation des habitants, au motif de « préserver l'habitat naturel des tigres et prévenir la déforestation... ». Probablement aussi au nom de la joint venture passée avec la compagnie Rio Tinto sur place depuis 2002. Les campagnes de prospection menées par ce géant minier nord-américain américain ont révélé en 2006 des réserves de 27.4 millions carats , soit 7 fois plus que toute la mine de Mahjgawan, et toujours dans le parc national de Panna !

L'exploitation devrait en démarrer prochainement sous couvert d'une gestion écologique des ressources en eau et en forêt...et de belles promesses de développement économique et d'éducation, soutenues par l'UNICEF. Le Madhya Pradesh, en passe de devenir l'une des dix régions les plus riches en diamants au monde, ne se souciait déjà plus vraiment de ces tigres, dont il ne reste dans tout le parc de Panna que deux femelles et huit petits nés cette année (contre encore une vingtaine d'adultes dans les années 1990.)... Se souciera-t-il encore demain du sort des habitants expulsés, qui attendent toujours , par ailleurs, leur indemnisation?


* 1carat = 0,2g
**dans cette zone semi-aride arrosée de de 800 mm de précipitations annuelles

Clara Delpas
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Mine d or Newmont au suriname Newmont Mining Corporation

Après l’annulation de la "Montagne d'or", un nouveau projet minier géant apparaît en Guyane

La commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d'un nouveau projet de mine d'or de taille industrielle, "Espérance", co-porté en Guyane par la compagnie minière américaine Newmont. Un nouveau débat s’ouvre dans le département français alors que le...

Blocage cimentiers lafarge extinction rebellion

Face aux blocages d'activistes écologistes, les cimentiers Lafarge et Cemex défendent leurs objectifs climatiques

Alors que les militants d'Extinction Rebellion ont bloqué les sites de Lafarge et Cemex mi-février pour dénoncer la pollution du BTP, les deux cimentiers défendent leurs objectifs climatiques. Cemex vient d'annoncer du béton zéro carbone d'ici 2050 quand Lafarge assure être l'entreprise la plus...

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants...