Publié le 07 décembre 2012

ENVIRONNEMENT

Huile de palme : Nutella persiste et signe

Malgré l'épisode de la « taxe Nutella » et les nombreuses critiques à l'encontre de l'huile de palme, Ferrero refuse de changer sa recette. En réponse aux attaques, le groupe Italien s'est en revanche engagé sur une politique d'approvisionnement durable.

138864_GF.jpg
Site web de Nutella

Ferrero ne pliera pas. C'est le message que le groupe familial transalpin a voulu faire passer à coup de spots publicitaires à la suite de l'amendement déposé par le sénateur Yves Daudigny baptisé « Taxe Nutella ». Il n'y a pas de mauvais produit, juste des mauvaises pratiques de consommation, explique en substance le groupe transalpin qui n'a aucune envie de voir filer son marché phare : l'Hexagone est le plus grand consommateur de Nutella au monde, avec 75 000 tonnes avalées chaque année pour un chiffre d'affaires de 1,2 milliard d'euros. Cependant, au-delà du débat sur cette taxe qui a finalement été rejetée, le géant italien de la pâte à tartiner a-t-il conscience des enjeux économiques, environnementaux, sociaux, que pose son produit?

Un risque santé non tranché

Sur la question sanitaire, Ferrero peut compter sur l'avis de la majorité des nutritionnistes. Comme le professeur Jean-Michel Lecerf, de l'institut Pasteur de Lille, « l'huile de palme a une qualité : elle est riche en acides gras saturés. Et un défaut : elle est riche en acides gras saturés. Il n'existe pas d'huile parfaite, et une bonne alimentation comprend toutes les huiles », affirme-t-il. Autrement dit, tout est question d'équilibre. D'ailleurs, « bien que les Français consomment plus d'huile de palme que les autres, nous notons moins d'accidents vasculaires en raison d'autres bonnes pratiques de consommation. »

Un risque environnemental incontesté

La plantation de palmiers à huile entraîne une déforestation massive, notamment en Indonésie, premier producteur mondial. Certes, « l'huile de palme est bien plus productive que les autres huiles. En 2030, la demande d'huiles végétales sera de 48 millions de tonnes. Pour y répondre, l'huile de palme n'aura besoin que de 5,5 millions d'hectares supplémentaires, contre 52 millions par exemple pour le soja », justifie le vice-président du Commerce indonésien, Bayu Krishnamurti (1). Toutefois, 87 % de l'huile de palme est produite en Indonésie et en Malaisie et, dans ces deux pays, la superficie productive a été multipliée par 4 depuis 1990 (+ 6,6 millions d'hectares), souligne Greenpeace. Au total, la moitié de cette expansion s'est faite au détriment des forêts.

Pour la fabrication du Nutella dans l'usine de Villers-Ecalles (Normandie), la plus productrice de la marque, Ferrero affirme ne pas acheter d'huile de palme en Indonésie en raison de la forte déforestation constatée, mais en Malaisie et en Papouasie-Nouvelle Guinée. Cependant la Malaisie n'est pas épargnée par la déforestation : selon l'ONU, 1,3 million d'hectares de forêt serait ainsi supprimés chaque année. L'objectif « zéro déforestation » brandi par le groupe est donc difficilement crédible pour le moment. Réussira-t-il à atteindre son autre engagement de 100 % d'huile de palme durable d'ici 2015 (tout comme Carrefour, Nestlé ou Unilever) ? « S'il ne tiennent pas leurs engagements, ils prennent un risque d'image très important. Et l'image peut avoir des répercussions sur les ventes » prévient Anne Larpin, consultante en risque pour le cabinet Taramak.

Un enjeu social complexe

Pour autant, Greenpeace ne manifeste pas d'hostilité de principe à l'huile de palme. « Nous n'avons jamais appelé à la boycotter mais nous militons pour la rendre réellement responsable », précise Jérôme Frignet, chargé de campagne Forêt pour l'ONG. Il faut dire qu'en plus d'être l'huile la moins chère et la plus consommée au monde, elle fait également vivre des millions d'agriculteurs en Asie et en Afrique (Nigéria et Côte d'Ivoire). (voir « L'or vert à quel prix ? »)

Un risque économique à suivre

Toutefois, il semblerait que ces controverses n'aient, pour l'heure, aucune incidence en France, puisque les ventes n'ont pas baissé. Est-ce le résultat d'une communication de crise très bien orchestrée par Ferrero qui, en plus de l'achat de pages publicitaires, a lancé un site web pour rassurer ses clients ? Ou une attache indéfectible des Français, les plus accros du monde au Nutella ?

Aux Etats-Unis, en tous cas, le vent tourne. En 2011, une mère de famille californienne a déposé plainte contre le groupe car elle ignorait que le Nutella était si gras au vu de la publicité qui affirmait que la pâte à tartiner était un « exemple de petit-déjeuner équilibré et savoureux». Pour éviter un procès, Ferrero a proposé de rembourser jusqu'à 4 dollars par pot acheté et a signé un chèque de plus de 3 millions de dollars.

L'avis des agences de notation

Certes, Ferrero est une entreprise familiale non cotée qui s'affranchit donc des réactions des marchés en cas de controverse mais on peut comparer avec d'autres groupes agroalimentaires présents en Bourse qui utilisent aussi de l'huile de palme dans la composition de leurs produits. Or, l'emploi de cette huile n'entraine pas nécessairement une dégradation de la note extra-financière, explique Julia Haake, la directrice du bureau parisien d'Oekom Research : « si une entreprise a une politique durable sur l'approvisionnement de l'huile de palme, elle peut obtenir une bonne note. En revanche, si elle ne fait rien en agriculture durable, elle aura automatiquement une mauvaise note. » En outre, le principal souci des agences de notation extra-financière se trouve dans la traçabilité des filières d'approvisionnement. Or, la récupération d'informations fiables reste compliquée, ce qui peut expliquer l'absence de controverses dans la notation des agences sur la question de l'huile de palme.

(1) Colloque sur la forêt indonésienne, 3 décembre 2012.

Céline Oziel
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Mine d or Newmont au suriname Newmont Mining Corporation

Après l’annulation de la "Montagne d'or", un nouveau projet minier géant apparaît en Guyane

La commission départementale des mines de Guyane a donné un avis largement favorable aux prémices d'un nouveau projet de mine d'or de taille industrielle, "Espérance", co-porté en Guyane par la compagnie minière américaine Newmont. Un nouveau débat s’ouvre dans le département français alors que le...

Blocage cimentiers lafarge extinction rebellion

Face aux blocages d'activistes écologistes, les cimentiers Lafarge et Cemex défendent leurs objectifs climatiques

Alors que les militants d'Extinction Rebellion ont bloqué les sites de Lafarge et Cemex mi-février pour dénoncer la pollution du BTP, les deux cimentiers défendent leurs objectifs climatiques. Cemex vient d'annoncer du béton zéro carbone d'ici 2050 quand Lafarge assure être l'entreprise la plus...

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants...