Publié le 13 juin 2018

ENVIRONNEMENT

Désormais au cœur de la transition énergétique mondiale, la République démocratique du Congo doit repenser son économie

La République Démocratique, qui fournit 50 % de la demande mondiale de cobalt, est un acteur clé pour d’autres métaux, essentiels à la transition énergétique et numérique. Mais la crise politique dans le pays, associée à la prolifération de mines illégales, entrave le développement économique du pays. Deux grands rendez-vous simultanés sur le secteur minier et la sécurisation des affaires doivent donner des pistes d’amélioration.

Cobalt RDC amnesty international
Un cinquième des mines de cobalt sont illégales en RDC.
@AmnestyInternational

Assis sur les premières réserves mondiales de cobalt, et des quantités considérables d’or et de cuivre, la République démocratique du Congo (RDC) se retrouve au cœur de la transition énergétique et numérique mondiale. Le pays fournit 50 % de la demande de cobalt mondial. En deux ans, le prix de ce métal a quadruplé en raison de la concurrence que se livrent les acteurs de la mobilité électrique et ceux du numérique pour cette matière première. Pour ces deux secteurs, le cobalt est dans la fabrication de Batterie performante.

Sur place, le secteur minier reste à organiser. Les géants miniers internationaux exploitent les ressources et le pays aimerait alourdir leurs taxes. Dans le même temps, le gouvernement doit aussi prendre des mesures contre les mines artisanales, employant souvent des enfants, qui représentent 20 % de l’extraction. Les grands acheteurs mondiaux mettent en place des outils de surveillance de leur chaîne d’approvisionnement, notamment à travers la blockchain, et pourraient finir par se détourner du pays.

Mais le pays peine à s'atteler à ces enjeux, car il est plongé dans une crise politique avec le report des élections présidentielles de 2016. Des élections sont programmées le 23 décembre prochain, mais le président Kabila ne s'est toujours pas engagé publiquement à quitter le pouvoir comme il aurait dû le faire à la fin de son deuxième et dernier mandat le 20 décembre 2016.

Deux rendez-vous économiques

C’est pourquoi, dans ce contexte, les deux rendez-vous économiques de cette semaine au sujet de l'immense potentiel économique du plus grand pays d'Afrique sub-saharienne, sont clés. Ils doivent aider à lever les nombreux blocages juridiques, infrastructurels et humains, qui entravent le développement de cette nation de 78 millions d’habitants.

À Lubumbashi, dans la région minière de Katanga au sud du pays, les grandes sociétés comme Glencore et Rangold convergent vers la "DRC Mining week" du mercredi 13 au vendredi 15 juin. Ce rendez-vous se déroulera sur fond de bras de fer avec les autorités autour du nouveau code minier promulgué en mars par le président Joseph Kabila.

Sept sociétés étrangères qui exploitent les multiples richesses du Congo ont menacé de saisir la justice contre la remise en cause de la stabilité de leur contrat et l'augmentation des taxes sur leurs profits. Par ailleurs, le déficit énergétique de la RDC, où coule pourtant le deuxième fleuve le plus puissant du monde, sera également au cœur des débats.

Un marché potentiel énorme

Au même moment, dans la capitale Kinshasa, la "sécurisation des affaires" est le thème de la cinquième "semaine française" organisée par la chambre de commerce franco-congolaise du jeudi 14 au samedi 16 juin. Assurances, embauche et licenciement, sécurité juridique, loi sur la sous-traitance, financement : "Premier pays francophone au monde avec près de 74 millions d'habitants, la RDC présente de vrais potentiels", affirme la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI).

Cependant, "en raison de son environnement contraignant, l'implantation et le développement d'une entreprise étrangère demandent d'être bien conseillés", assure la CCI qui revendique "plus de 200 membres représentant des entreprises de différentes tailles dans tous les secteurs de l'économie".

Les organisateurs profiteront de la présence de plusieurs ministres pour faire passer des messages contre la corruption : "Les entreprises se heurtent trop souvent à des tracasseries administratives et procédurales qui peuvent s'apparenter à du harcèlement, notamment d'ordre fiscal", a déclaré l'ambassadeur de France Alain Rémy à la revue Mining and Business.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Grains de plastique raeva

Le plastique sera bientôt le premier débouché de l’industrie pétrolière devant le transport

La demande de plastique va encore exploser dans les décennies à venir après avoir déjà doublé depuis 2000. L’Agence internationale de l’Énergie (AIE) prévoit que la production pétrochimique augmentera de 60 % d’ici 2050. À cet horizon, on utilisera plus de pétrole pour fabriquer du plastique que...

Exploitation mine d or burkina faso Gillespaire

L’exploitation illégale des ressources naturelles rapporte plus que le trafic de drogue et d’êtres humains

Interpol et deux ONG, ont calculé que l’exploitation illégale de ressources naturelles est la première source de financement des groupes maffieux et terroristes. En 2017, avec 110 à 281 milliards de dollars, elles ont fourni 38 % des revenus de ces organisations malfaisantes.

Thonier flickr jean jacques abalain

[LE CHIFFRE] Plus de la moitié de la surface des océans exploitée par les grands chalutiers

Une étude basée sur des données satellitaires révèle que les navires opèrent sur 200 millions de kilomètres carrés. Cela représente 55 % de la surface de la planète. C’est quatre fois plus que la surface occupée par l’agriculture.

Jour du depassement de la terre Pxhere

Jour du dépassement : à partir d'aujourd'hui, l'Humanité a vidé la Terre de ses ressources

Ce mercredi 1er août marque le jour du dépassement de la Terre, le jour où l’humanité a consommé toutes les ressources que la planète est capable de produire en un an. Nous allons donc vivre à crédit jusqu'à la fin de l'année et "entamer" une seconde planète. Cette dette écologique s'alourdit...