Publié le 05 septembre 2013

ENVIRONNEMENT

Des industriels s'allient pour une « huile de palme durable »

Le 2 septembre, 6 industriels (Cérélia, CSM, Ferrero, Nestlé, Unilever, Vandermoortele) et 3 fédérations professionnelles (l'ANIA, association nationale des Industries agroalimentaires, Alliance 7, la fédération des produits de l'Epicerie et de la Nutrition spécialisée et la FNCG, la fédération nationale des industries de corps gras) ont lancé l'Alliance française pour une huile de palme durable. Objectif : l'utilisation à 100% d'huile de palme certifiée par la RSPO d'ici 2015. Marc Toussaint, porte-parole de cette nouvelle association nous en explique les objectifs.

141346_GF.jpg
Marc Toussaint
© DR

Un groupe d'innovation pour l'huile de palme

« Aller plus loin que la RSPO » c'est aussi l'ambition d'une autre association de compagnies productrices et d'ONG (Agropalma, Dabon organic, Forest people Program, GAR (golden agri resources), Greepeace, Rainforest, WWF et New Britain Palm oil limited) réunies sous le nom de « Palm oil innovation group ». Le 28 juin au sommet Tropical Forest Alliance, le groupe a publié une déclaration dans laquelle il annonce son intention de faire avancer la RSPO sur les aspects environnementaux, sociaux et de gouvernance. Le POIG pense notamment pouvoir être plus innovant que la table ronde sur l'huile de palme durable sur les questions de déforestation, de stockage du carbone, de la préservation de la biodiversité et des relations avec les populations locales ainsi que les questions de transparence. Une charte établit une quinzaine de critères pour le moment.

Novethic. Pourquoi avoir créé cette Alliance française pour une huile de palme durable ?

Marc Toussaint. Nous avons décidé de nous réunir pour peser sur ce sujet car nous en avions marre d'entendre tout et n'importe quoi. L'huile de palme est un ingrédient clé et de grande qualité. Nous ne nions absolument pas qu'il y ait des enjeux, surtout écologiques, sur lesquels nous voulons d'ailleurs avancer rapidement mais il y a aussi des discours erronés qui circulent, notamment sur la nutrition.

Quel poids pèse aujourd'hui l'Alliance en termes de marché ? Quelle est la part actuelle de l'huile de palme durable dans votre production ?

Nous représentons environ 90% de l'huile de palme consommée dans le pays (pour 2012). Un peu plus de 40% de l'huile de palme utilisée est certifiée RSPO dont la moitié est considérée comme vraiment durable (c'est-à-dire avec les niveaux de certification de traçabilité RSPO les plus poussés). Nous espérons que d'autres entreprises, dans d'autres domaines comme la cosmétique ou d'autres métiers, comme les distributeurs nous rejoindrons. Plus nous serons, plus nous pourrons peser. Pourquoi aussi ne pas intégrer à terme des ONG, Greenpeace par exemple est très axé sur la protection de la forêt, comme nous...

Sur l'aspect environnemental que vous voulez améliorer vous vous appuyez cependant sur la RSPO, la table ronde sur l'huile de palme durable (Voir Des critères plus exigeants pour l'huile de palme durable), encore critiqué par de nombreuses ONG, comme Greenpeace justement. Pourquoi ?

La RSPO a le mérite d'exister. Mais nous avons bien conscience de ses limites : notre objectif d'utilisation de 100% d'huile de palme certifiée RSPO dans les produits des adhérents de l'Alliance en 2015 n'est donc qu'une première étape. Nous voulons aller plus loin que la RSPO en ce qui concerne les avantages pour les populations locales et la protection des forêts. Nous voulons faire en sorte que les plantations respectent non seulement les forêts primaires mais aussi celles à haute valeur de conservation, à haute valeur en carbone et les tourbières. Nous voulons aussi arriver à ce que la traçabilité soit totale sur toute la filière. L'Alliance doit aussi servir de plateforme d'échange pour que les grosses entreprises qui sont plus avancées sur ce sujet puissent en faire profiter les plus petites qui ont moins de moyens. Les ONG que nous avons rencontrées nous aident aussi, en jouant leur rôle de poil à gratter.

Au vu des différents chantiers, comment passer de 40% à 100% d'huile de palme durable en 2015 ? Sachant que l'huile de palme RSPO compte pour environ 15% de la production totale mondiale et que d'autres industriels en Europe ont les mêmes objectifs, l'offre sera-t-elle suffisante ?

Je suis très confiant sur notre capacité à tenir cet objectif. Les premiers chiffres indiquent que l'on devrait être à plus de 50% RSPO en 2013. Quant à l'offre, elle devrait être suffisante car la France ne compte que pour 4% environ de la consommation d'huile de palme mondiale. Il est vrai que d'autres associations en Europe (Belgique, Allemagne, Pays-Bas, Angleterre) favorisent aussi l'utilisation d'huile de palme durable. Cela va justement augmenter la pression pour rendre une huile de palme durable encore plus disponible : les producteurs, raffineurs et la logistique vont devoir s'adapter.

Et vous aussi car pour continuer à utiliser de l'huile de palme, qui reste un ingrédient clé et relativement peu cher par rapport aux autres huiles, il semble qu'en Europe du moins, l'ensemble des industriels va devoir utiliser de l'huile de palme forcément durable...

J'en suis totalement persuadé. Deux raisons à cela : l'huile de palme est un super ingrédient et je pense que le débat sur les aspects nutritionnels va disparaître de lui-même car c'est un faux débat : cette huile n'est pas nocive en soi pour la santé. D'ailleurs elle a été commencée à croître justement pour des raisons sanitaires pour remplacer les huiles végétales partiellement hydrogénées qui elles posaient un vrai problème (acides gras trans). Ce n'est pas pour des raisons économiques. D'ailleurs le cours de l'huile de palme est très volatil; il y a deux ans, elle coûtait le double d'aujourd'hui ! Le surcoût écologique, de la certification, est d'environ 2%, c'est très faible par rapport aux fluctuations de prix. Aujourd'hui, malgré ce surcoût, malgré la pression sur les prix, les volumes d'huile de palme durable progressent fortement. Cela prouve qu'il y a un intérêt pour toutes les parties.

Les sénateurs verts veulent remettre le couvert sur la taxe Nutella pour le budget 2014, qu'en pensez-vous ?

Au risque de me répéter, le fondement de cette taxe, essentiellement basée sur son impact supposé sur la santé est complètement erroné et donc contre-productif.

Propos recueillis par Béatrice Héraud
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

[Infographie] L’orpaillage illégal, qui menace l’Amazonie, ne baisse pas malgré la multiplication des projets industriels

Le Grand conseil des Amérindiens de Guyane a dénoncé l’hypocrisie de la France sur l’Amazonie. Il accuse le gouvernement de favoriser l’extractivisme (l'exploitation massive des ressources) en accordant des permis à de grandes multinationales minières. Pour l’État, la promotion des sites aurifères...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...