Publié le 04 juillet 2016

ENVIRONNEMENT

Comment vérifier l'engagement "zéro déforestation" des grandes firmes ?

Sous la pression d’ONG et de consommateurs, des géants de l’agroalimentaire s’engagent à stopper la déforestation liée à leurs activités. Mais l'objectif "zéro déforestation" affiché par Cargill, Unilever ou Nestlé reste ambigu et sa mise en œuvre difficile, explique Alain Karsenty, économiste au Cirad. Comment vérifier les engagements de conservation des forêts dans les régions tropicales ? D'autant plus si les firmes s'approvisionnent auprès de nombreux producteurs et qu’il n’existe pas de cadastre ? Surtout, comment améliorer les pratiques des planteurs et mieux vérifier leurs engagements ? Entretien.

La déforestation continue sur les plateaux d'Ollombo, au Congo.
Guyot-Ana / Only France

Novethic. De grandes entreprises qui produisent ou achètent de l'huile de palme, du soja, du cacao ou d'autres productions liées à la déforestation tropicale s’engagent désormais à appliquer le principe "zéro déforestation". D'où vient cette dynamique ?

Alain Karsenty. Ce mouvement a été initié il y a quelques années par The Forest Trust (TFT), une ONG internationale qui accompagne les entreprises pour rendre leur chaine d'approvisionnement plus responsable écologiquement. L'organisation remet en question l'efficacité de la certification environnementale, telle que le Forest Stewardship Council (FSC). En particulier parce que les certificateurs ont besoin d'avoir un marché à certifier, sans avoir la capacité d'audit nécessaire pour garantir les pratiques et la traçabilité. Basée aujourd'hui dans quinze pays, l'ONG incite ainsi les entreprises à contrôler elles-mêmes leur chaine d'approvisionnement et à choisir leurs fournisseurs. 

Cette idée a fait progressivement son chemin. Greenpeace s'est associé à TFT pour élaborer une méthode destinée à mettre en œuvre le "zéro déforestation", le High Carbon Stock (HCS). Cette méthodologie permet d'identifier les espaces disponibles pour des plantations et ceux à protéger. Elle prend en compte différents critères : la richesse de la biodiversité, la fonction sociale et culturelle de l'espace considéré et l’acceptabilité par les populations locales. Les forêts sont ainsi classées en six catégories. C’est un net progrès par rapport à la certification pour l'huile de palme durable RSPO par exemple, puisque celle-ci ne considère que le critère "forêts primaires" ou à "haute valeur de conservation". 

 

Une méthodologie plus pertinente

 

Et aujourd’hui, quelles sont les entreprises qui prennent des engagements ? 

Des géants comme Cargill ou Unilever ont lancé le mouvement sous la pression d’ONG environnementales et de consommateurs. Aujourd'hui, de nombreuses multinationales les rejoignent : L’Oréal, Nestlé, le géant de l'huile de palme Wilmar... Il faut aussi noter que lors de la déclaration de New-York sur les forêts en septembre 2014, des États se sont également engagés en faveur du "zéro déforestation", comme l'Indonésie ou la Côte d'Ivoire. 

 

Quelle valeur accorder à ces engagements ?

Beaucoup d'entreprises en restent à l’étape des déclarations et demeurent floues sur les moyens de mise en œuvre. Toutes ne font d’ailleurs pas référence au standard High Carbon Stock (HCS). Certaines parlent du "zéro déforestation net", c'est à dire que la déforestation est compensée par des plantations. Or, il faut bien comprendre que le "zéro déforestation" ne signifie pas arrêter la coupe d'arbres. Il s’agit de faire en sorte que ce soit uniquement des espaces de moindre intérêt forestier, écologique et social qui soient concernés. On est donc loin des engagements du HCS ! 

 

Difficile de garantir la traçabilité

 

Quelles sont les limites de la méthodologie HCS de The Forest Trust et Greenpeace ?

Lorsque les entreprises sont elles-mêmes productrices, les outils proposés par la méthodologie HCS peuvent permettre de mieux contrôler les plantations sur lesquelles elles travaillent directement. Mais dans de nombreux cas, les entreprises s’approvisionnent auprès de producteurs locaux sous contrat. La traçabilité devient donc beaucoup plus difficile.

C’est d’autant plus vrai en Afrique ou en Asie, où il n’existe pas de cadastre pour vérifier qui est propriétaire des parcelles cultivées. L'autre difficulté vient du fait que la demande "zéro déforestation" des entreprises auprès de leurs fournisseurs représente une contrainte supplémentaire pour les petits producteurs qui doivent respecter ce standard. En Indonésie et en Malaisie, ils ont déjà déclaré qu'ils n'y arriveraient pas.

 

Vous proposez de compléter cette approche par des contrats de type PSE. De quoi s’agit-il exactement ?

Pour dépasser ces limites, les PSE peuvent constituer un instrument pour découpler développement agricole et déforestation, dans la mesure où ils fournissent une incitation directe au changement de pratiques ou à la conservation.

Les PSE sont des contrats écrits, volontaires et conditionnels (le paiement n’est effectué que tant que les engagements prévus dans le contrat sont respectés). La plupart des PSE rémunèrent des personnes pour un certain usage des terres, c’est-à-dire un service environnemental rendu par les usagers.

Mais agir au niveau de quelques filières grâce à des PSE financés par les firmes ne suffit pas : il faut également des incitations à destination des communautés pour des projets de territoires durables. Une de ces incitations serait la sécurisation foncière, à travers des programmes d’enregistrement des droits collectifs et familiaux, aboutissant à des cadastres géo-référencés, lesquels constituent bien souvent le "chaînon manquant" de la traçabilité. 

 

Les entreprises vont-elles suivre ?

Oui, si des opérateurs nationaux (des ONG nationales par exemple) mettent en place les paiements pour services environnementaux (PSE) et aident efficacement les petits producteurs à répondre aux exigences "zéro déforestation" des firmes. L'idée est d'articuler les PSE individuels dédiés aux planteurs et financés en grande partie par les firmes à des PSE collectifs soutenus par l'Etat et les bailleurs. Un tel projet est en cours de développement en Côte d'Ivoire.

Propos recueillis par Magali Reinert
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climat : "Il faut donner envie, inciter les entreprises à transcrire leurs engagements en actes"

100 jours après l’adoption de l’Accord de Paris, la donne a-t-elle vraiment changé pour les entreprises ? En amont de la COP21 et pendant l’évènement, elles ont été nombreuses à afficher leur engagement en matière de lutte contre le changement climatique. Mais quid de la mise en œuvre ?...

Biodiversité : "la compensation doit être plus coûteuse que l’évitement"

Pour Guillaume Sainteny, le texte de loi qui doit être adopté cet après-midi au Sénat ne constitue pas une révolution en matière de lutte contre l'érosion de la biodiversité. Si le maître de...

Pour les petits producteurs du Sud, le changement climatique déstabilise déjà leurs moyens de production vitaux

"Le commerce équitable, une arme de plus pour lutter contre le changement climatique". C’est le slogan de la dernière campagne de l’association Max Havelaar (Fairtrade International) pour la COP21. Car le commerce équitable soutient des pratiques durables alors que les effets du changement...

Climat : Un projet pour financer la restauration des sols à grande échelle

Le premier fonds destiné à mettre fin à la dégradation des terres dans le monde a été créé. Il est né d'un partenariat signé entre les ministères français de l’Agriculture et du Développement, la Convention des Nations Unies pour la Lutte Contre la Désertification et la société de gestion...

Au Brésil, la coopération entre entreprises et ONG peut-elle sauver la forêt ?

La protection des forêts était ce mardi au cœur des discussions de la COP21, notamment dans le cadre de l'Agenda des solutions (ou Lima Paris Action Agenda). Car partout dans le monde, celles-ci sont menacées. Or la déforestation est responsable de 10 à 20 % des émissions de gaz à effet de...

COP21 : REI mise sur le bois comme solution d’avenir pour le climat

La construction représente 40 % des émissions mondiales. Il y a donc urgence à se pencher sur la question. Parmi les solutions innovantes mises en place, le bois fait figure de champion avec des émissions réduites de moitié par rapport à une construction classique. REI, une entreprise de...

En Amazonie, Veja valorise le travail des extracteurs de caoutchouc sauvage pour lutter contre la déforestation

Pour survivre, les "seringueiros", les extracteurs de caoutchouc sauvage d’Amazonie brésilienne, coupent des hectares de forêt pour faire de l’élevage ou de l’agriculture. En les rémunérant mieux, la marque de basket Veja, soutenu par l’Etat brésilien de l’Acre, veut limiter ces pratiques....

Le "zéro déforestation" : un impératif à terme pour les entreprises

Plus de 50 % des forêts tropicales ont disparu à travers le monde au cours du dernier demi-siècle. En cause, la production de quelques commodités agricoles seulement, comme l’huile de palme. D’où la nécessité, pour les entreprises les consommant, de mettre en place des chaînes...

Feux en Indonésie : l’agriculture et l’industrie du papier au banc des accusés

Plus de 2 millions d’hectares ont brulé en Indonésie. En cause, des forêts vulnérables dégradées par l’exploitation des industries papetière et agricole. Face aux conséquences sanitaires et environnementales majeures de la catastrophe, le gouvernement vient de promettre de réhabiliter ces...

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...

Sablier reportage stellamaris navire extracteur

[Reportage] La ruée vers le sable à bord du Stellamaris, un navire extracteur français

La demande en sable, déjà la deuxième ressource la plus consommée au monde devant le pétrole, va exploser dans les années à venir. Utilisé majoritairement dans la construction, il est source de tensions dans plusieurs régions du monde où les plages sont littéralement vidées. Loin de ces images...