Publié le 31 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

BHP va dépenser 400 millions de dollars pour diminuer ses émissions… et celles de ses clients

Les entreprises minières sont de plus en plus mises sous pression pour réduire leurs émissions de CO2. La plus grande d’entre elles, l’Australien BHP, est la plus engagée en la matière. Ainsi, elle va engager 400 millions de dollars pour diminuer les émissions de ses opérations. L’entreprise souhaite également atténuer celles, beaucoup plus importantes, de ses clients, en particulier les aciéristes.

Operation miniere de BHP Billiton au Chili BHP
Opérations minières de BHP au Chili.
@BHP

En pleine prise de conscience mondiale de l’urgence climatique, les entreprises minières sont regardées de près. Il faut dire que leur rôle est central. Elles sont à la fois de très importantes émettrices de CO2, mais aussi essentielles pour fournir les matières premières nécessaires aux technologies de la transition énergétique, à commencer par celles des batteries des automobiles électriques.

C’est dans ce contexte que l’australien BHP vient bousculer son secteur en annonçant un investissement de 400 millions de dollars sur cinq ans pour diminuer les émissions de ses activités et celles de ses clients. "Ceux qui bénéficient des avantages de nos produits devraient pouvoir le faire avec de moins en moins d'impacts", a déclaré Andrew Mackenzie, PDG de BHP dans une conférence organisée par le Financial Times.

Il ajoute : "Nous devons jouer un rôle de gestionnaire des émissions de nos produits sur tout le long de notre chaîne de valeur". Le groupe va donc porter désormais son action sur le scope 1 (émissions directes), le scope 2 (émissions liées à l’énergie) et le scope 3 (émissions du cycle de vie des produits). L’entreprise pense en particulier à l’industrie de l’acier qui utilise du charbon à coke et du minerai de fer, dont BHP est le plus grand producteur mondial.

35 fois plus d’émissions chez les clients

"Au cours des cinq prochaines années, notre programme déploiera les technologies à faibles émissions de carbone dans nos opérations. Cela stimulera les investissements dans des solutions basées sur la nature et encouragera de nouvelles actions collectives pour les émissions du scope 3", explique le dirigeant. Selon l’entreprise, sur les 12 derniers mois, les émissions du Scope 3 représentent 590 millions de tonnes de CO2, contre 16,5 millions de tonnes pour les scopes 1 et 2.

Cet engagement pris par le leader du secteur devait faire réfléchir les autres géants du secteur, également appelés à s’engager sur la voie de la transition énergétique. En mai dernier, lors de l’Assemblée générale de Rio Tinto, le PDG Simon Thompson a été interrogé sur la pertinence d’incorporer le scope 3 à sa stratégie. Il assurait alors : "Nous ne pouvons fournir des objectifs pour des actions en dehors de notre contrôle". Une position qu’il ne sera désormais plus possible de tenir.

Les trois grands du secteur ont déjà décidé de tourner le dos au charbon thermique (utilisé dans la production d’électricité). Ainsi, En 2018, Rio Tinto a vendu sa dernière mine de charbon. En février 2019, le directeur général de Glencore, Ivan Glasenberg, annonçait que la production de charbon serait maintenue "globalement aux niveaux actuels", excluant de nouveaux investissements. Quant à BHP, il s’est engagé à vendre, non sans difficultés, tous ses actifs.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Amazonie deforestation gryffyn m on Unsplash

Jour du dépassement : l'humanité a consommé en sept mois toutes les ressources que la planète produit en un an

Le Jour du dépassement tombe cette année le 29 juillet. Cela signifie qu'à partir de ce jour, l'humanité a déjà utilisé l'ensemble des ressources produites par la planète en une année et puise désormais dans les réserves. La date revient à son niveau de 2019 après avoir reculé d'un mois en 2020 en...

IStock @vlad61 Grande barrière de corail

La Grande barrière de corail échappe à son inscription dans les sites "en péril" de l’UNESCO

La Grande barrière de corail ne sera pas inscrite sur la liste des sites "en péril" du patrimoine mondial de l'Unesco, malgré les recommandations des experts. Par crainte de perdre les milliers de touristes, l'Australie a fait campagne auprès des membres du Comité réunis en Chine fin juillet pour...

Satellite bois Wisa Woodsat ArcticAstronautics

Le premier satellite en bois va bientôt s’envoler vers l’espace

Aller là où aucun arbre n’a jamais posé sa racine. C’est l’un des exploits que va réaliser Wisa Woodsat, le premier satellite quasiment entièrement en bois. L’objectif est de tester la résistance et la fiabilité de cette matière, et en particulier du contreplaqué. Le lancement prévu pour la fin de...

Volvic eau minerale Pauline Fricot

À Volvic, l’accès à l’eau fait des remous face au réchauffement climatique

À Volvic, la nappe phréatique s'est vidée de 30% depuis les années 80. Alors que le géant de l'eau minérale, Volvic, propriété de Danone, puise sa ressource dans les réserves du territoire, un pisciculteur est contraint de faire cesser son activité par manque d'eau. L'entreprise maintient qu'elle...