Publié le 07 octobre 2013

ENVIRONNEMENT

Agro-alimentaire : une filière durable pour le saumon d'élevage

Souvent mise en cause pour les pollutions et les risques sanitaires qu'elle génère, l'industrie du saumon d'élevage a lancé la Global Salmon Initiative. Le but : améliorer sa performance environnementale et sociale. L'initiative repose en grande partie sur la certification ASC. Elle bannit les saumons transgéniques et impose la transparence sur l'alimentation OGM.

141367_GF.jpg

© Sam Beebe - Ecotrust / Flickr creative commons

« Il est absolument certain que notre industrie va continuer de croître, mais nous devons être sûrs que c'est fait d'une manière durable », explique Alfonso Marquez de la Plata, le directeur général d'AquaChile. Basé à Puerto Montt au Chili, AquaChile est l'un des principaux éleveurs de saumon en Amérique et l'une des 15 entreprises à avoir signé la Global Salmon Initiative (GSI), aux côtés des grands producteurs européens dont le norvégien Marine Harvest. Via cette initiative, annoncée le 14 août, ils s'engagent à respecter le cahier des charges de l'Aquaculture Stewardship Council (ASC), jeune « cousin » du MSC créé en 2010 et dont la déclinaison appliquée au saumon avait été finalisée en 2012.

70% des fermes de saumon certifiées ASC

Pour Jason Clay, directeur des Transformations Marchés au WWF (ONG à l'origine de MSC et d'ASC), la GSI va « radicalement changer l'aquaculture » de par son cahier des charges et en raison de la taille des 15 signataires. Ces derniers pesant 70% de la production mondiale de saumon d'élevage et s'engageant à être certifiés d'ici 2020, les « bonnes pratiques » du label ASC appliqué au saumon vont en effet se répandre beaucoup plus vite que son grand frère MSC, lequel ne couvre, 13 ans après son lancement, que 9% de la pêche industrielle... Mais ASC échappera-t-il aux critiques dont MSC a fait les frais ?

Pour plusieurs ONG, dont l'association française Bloom, MSC est trop laxiste et cautionne une pêche non durable. Bien que MSC prévoie un mécanisme de recours pour les ONG en cas de désaccord avec la certification d'une pêcherie, ces plaintes ne sont presque jamais suivies d'effets : sur les 19 recours adressés au MSC depuis sa création, 18 ont été rejetés, soulignent les auteurs d'une étude publiée en 2013. « Les principes du MSC sont trop indulgents et permettent une interprétation trop généreuse par les auditeurs », concluaient ses auteurs (1).

Dans le cas d'ASC, il est certainement trop tôt pour évaluer la rigueur du label en cas d'entorses à ses principes. Quant au cahier des charges, il est issu de plusieurs années de dialogue entre producteurs, ONG et scientifiques et il n'a pas fait l'objet de critiques retentissantes. Pour autant ASC n'est pas la solution miracle, puisque les 15 signataires de la GSI annoncent qu'ils vont s'attaquer en parallèle à deux de leurs talons d'Achille, l'alimentation des saumons, qui contribue à la surpêche, et la biosécurité (2).

Face au pou de mer, les pesticides continuent

Révélé en juin 2010 par France Télévision, le traitement du parasite pou de mer par le pesticide diflubenzuron avait fait scandale, à cause de l'impact potentiel sur la santé et surtout sur les écosystèmes marins. Trois ans plus tard, l'industrie du saumon continue d'utiliser ces pesticides, faute de mieux. « Nous mettons la pression sur l'industrie pharmaceutique pour trouver des alternatives comme la vaccination », explique le directeur général d'AquaChile. Quant à l'ASC, elle n'interdit pas les pesticides, mais elle impose aux fermes une transparence sur les traitements et des réductions graduelles (moins 15% par an) à partir de certains seuils agrégés.

L'alimentation des saumons puise dans les stocks de poisson sauvage

L'autre grand enjeu est lié à la place du saumon dans la chaîne alimentaire. Bien que son élevage pèse en tonnage beaucoup moins que celui de la carpe et du tilapia, le saumon est le seul prédateur de la bande et un consommateur vorace de poisson sauvage. « L'industrie du saumon puise dangereusement sur les stocks d'anchois du Pérou et sur le krill de l'Antartique », explique François Chartier, chargé de campagne Océans à Greenpeace. Ces dernières années, certains éleveurs ont diminué cet usage en y substituant des protéines végétales. Mais, constate François Chartier, «c'est souvent du soja OGM, cause de déforestation et cela ne fait que déplacer les impacts ».

Aujourd'hui, 17% des pêches de poisson serviraient à nourrir des poissons d'élevage, selon l'ASC. Face à cette situation, son directeur des Standards Bas Geerts explique que « les fermes doivent travailler activement pour réduire l'usage de poisson dans la nourriture » et il annonce un cahier des charges spécifique à l'alimentation pour 2015. A partir de 2017, ASC prévoit aussi que 100% du poisson qui alimente les saumons devra être certifié MSC.

Les 15 entreprises signatrices de la GSI s'engagent enfin, via ASC, à bannir le saumon transgénique (dont l'autorisation est en cours d'examen aux USA, mais pas en Europe) de leurs fermes et à une transparence sur les OGM : celles qui nourriront les saumons avec du soja transgénique auront l'obligation de le mentionner à leurs acheteurs.

En juin dernier c'est une ferme norvégienne, Bremnes Seashore, qui est devenue la première au monde à se faire auditer ASC, au moment où éclatait la dernière controverse, à ce jour, sur le saumon, et liée cette fois à sa consommation chez les enfants et femmes enceintes. L'agence française ANSES recommande pour sa part de consommer du saumon (ou un autre poisson gras) à partir de 10 ans, et pas plus d'une fois par semaine.

(1) A review of formal objections to Marine Stewardship Council fisheries certifications, publié dans le journal Biological Conservation, mai 2013

(2) mesures de sécurité visant à protéger la santé humaine et l'environnement lors de l'utilisation d'organismes pathogènes et/ou d'organismes génétiquement modifiés.

Thibault Lescuyer
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

[Infographie] L’orpaillage illégal, qui menace l’Amazonie, ne baisse pas malgré la multiplication des projets industriels

Le Grand conseil des Amérindiens de Guyane a dénoncé l’hypocrisie de la France sur l’Amazonie. Il accuse le gouvernement de favoriser l’extractivisme (l'exploitation massive des ressources) en accordant des permis à de grandes multinationales minières. Pour l’État, la promotion des sites aurifères...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...

Deforestation Amazonie Khlongwangchao

Les incendies d’Amazonie signent le réveil des entreprises sur la traçabilité de leurs chaînes d'approvisionnement

Avec les incendies en Amazonie, c’est tout un système de production non durable sur le long terme qui a été mis en lumière aux yeux du grand public. Le rôle des entreprises importatrices de viande ou de soja brésilien a notamment été pointé du doigt. Certaines marques comme The North Face ont décidé...

Village de Aasiaat au groenland Olga Gavrilova

Les États-Unis veulent s’emparer du Groenland… tout comme la Chine et la Russie

L’annonce de Donald Trump de vouloir racheter le Groenland n’est pas qu’une nouvelle sortie tonitruante. C’est un enjeu stratégique pour de nombreux pays. À la faveur de la fonte des glaces, des terres et mers deviennent plus accessibles. Cela donnerait accès à de considérables réserves de matières...