Publié le 17 septembre 2014

ENVIRONNEMENT

République Démocratique du Congo: au Port de Kinkolé, le contrôle de la dernière chance

À 25 km de Kinshasa, dans le port de Kinkolé, les grumes patientent sur les rives du Pool Malebo. C’est ici, sur le fleuve transformé en lac, et après avoir parcouru des milliers de kilomètres, que les radeaux qui transportent le bois finissent leur long périple fluvial. Là, aussi, que les agents du ministère de l'Environnement congolais contrôlent les cargaisons. 

Le port de Kinkole, à Kinshasa, où les grumes sont entreposées, et vont ensuite partir vers Matadi avant d'être exportées vers l'Europe ou la Chine
© Clément Tardif/ Greenpeace

Tels des mirages posés à la surface du Pool Malebo, les hommes qui ont affronté le fleuve sur leurs radeaux de grumes flottantes négocient leur cargaison artisanale avec les industriels. A terre, dans le port privé de Kinkolé, le commerce bat son plein. Un acheteur chinois examine les grumes de près.

Passé ce port, le Congo n’est plus navigable, il laisse la place aux chutes Livingston sur 350 km de long. Alors pour atteindre le port de Matadi, porte ouverte sur l’océan Atlantique, les grumes sont chargées sur des camions, et acheminées par la route.

Dans les ports de Kinshasa, dont celui de Kinkolé, les agents du ministère de l’Environnement congolais (MECNT) contrôlent les cargaisons. La direction de vérification et de contrôle interne (DCVI), service du ministère, exige des producteurs plusieurs documents tels que le certificat phytosanitaire, le certificat Cites pour les essences protégées, mais aussi tous les documents permettant d’assurer la traçabilité du bois. Cette administration est chargée de la surveillance du bois d’exportation et des enquêtes sur la corruption interne. Mais "ses inspecteurs jouissent d’une autorité limitée", déplore le think tank anglais Chatham House dans son rapport publié en juillet 2014.

 

Les acheteurs asiatiques sont moins regardants

 

Jusqu’à 2007, 90% du bois d’exportation de la RDC était destiné à l’Union européenne. Mais en 2012, seuls 40% du bois de RDC ont été exportés vers l’UE, 40% sont partis pour la Chine. "Les Asiatiques s’engagent sur des volumes importants et réguliers et à des prix convenables pour les fournisseurs, explique Éric Boilley, directeur du Commerce du Bois, une association professionnelle qui fédère les importateurs, négociants et raboteurs français. La France a clairement perdu son statut d’acheteur sur le marché africain, largement supplanté par les opérateurs asiatiques." Pourtant, l’Afrique demeure le premier fournisseur en bois de la France.


La raison ? "La multiplication des contrôles et la délivrance de documents spécifiques en matière forestière, de transport et d’exportation a considérablement ralenti le rythme des exportations", analyse Éric Boilley. Avec la réglementation bois européenne (RBUE) qui renforce les exigences de contrôle, les grumes congolaises auront de plus en plus de mal à entrer dans l’Union. Mais elles ont sans peine trouvé un nouveau débouché… en Chine.  

Geneviève de Lacour, à Kinshasa
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Amazonie deforestation gryffyn m on Unsplash

Jour du dépassement : l'humanité a consommé en sept mois toutes les ressources que la planète produit en un an

Le Jour du dépassement tombe cette année le 29 juillet. Cela signifie qu'à partir de ce jour, l'humanité a déjà utilisé l'ensemble des ressources produites par la planète en une année et puise désormais dans les réserves. La date revient à son niveau de 2019 après avoir reculé d'un mois en 2020 en...

IStock @vlad61 Grande barrière de corail

La Grande barrière de corail échappe à son inscription dans les sites "en péril" de l’UNESCO

La Grande barrière de corail ne sera pas inscrite sur la liste des sites "en péril" du patrimoine mondial de l'Unesco, malgré les recommandations des experts. Par crainte de perdre les milliers de touristes, l'Australie a fait campagne auprès des membres du Comité réunis en Chine fin juillet pour...

Satellite bois Wisa Woodsat ArcticAstronautics

Le premier satellite en bois va bientôt s’envoler vers l’espace

Aller là où aucun arbre n’a jamais posé sa racine. C’est l’un des exploits que va réaliser Wisa Woodsat, le premier satellite quasiment entièrement en bois. L’objectif est de tester la résistance et la fiabilité de cette matière, et en particulier du contreplaqué. Le lancement prévu pour la fin de...

Volvic eau minerale Pauline Fricot

À Volvic, l’accès à l’eau fait des remous face au réchauffement climatique

À Volvic, la nappe phréatique s'est vidée de 30% depuis les années 80. Alors que le géant de l'eau minérale, Volvic, propriété de Danone, puise sa ressource dans les réserves du territoire, un pisciculteur est contraint de faire cesser son activité par manque d'eau. L'entreprise maintient qu'elle...