Publié le 18 mars 2009

ENVIRONNEMENT

Une nouvelle ère pour Eco-Emballages

Après le scandale financier qui a l'a ébranlé fin 2008 et la perte potentielle de 22 millions d'euros due à des placements non sécurisés, Eco-Emballages assure qu'il intentera des actions en justice et annonce une nouvelle gestion interne. Les deux années à venir s'annoncent par ailleurs décisives pour l'éco-organisme, dont l'agrément doit être renouvelé en 2011.

119725_GF.gif

Si la conférence de presse organisée par l'AMF (Association des Maires de France) et Eco-emballages le 17 mars portait, en principe, sur l'objectif du Grenelle - parvenir à 75% de déchets ménagers triés en 2012-, il a bien sûr été question des suites du scandale financier qui a touché l'éco-organisme en décembre 2008. Il avait placé 70 millions d'euros de sa trésorerie sur des fonds à risque, situés dans les Iles Caïman. Ils se sont retrouvés bloqués en raison de la crise financière. L'organisme avait alors annoncé des pertes potentielles de 22 millions d'euros et son directeur général, Bernard Hérodin, a été licencié pour faute grave. 4 mois plus tard, Eco-Emballage annonce avoir récupéré 22 millions sur les 70 et avoir provisionné ses comptes à hauteur de 50 millions d'euros, comme cela lui a été recommandé par Deloitte, chargé d'un audit réclamé par le gouvernement suite au scandale. Plusieurs mécanismes de contrôle ont été mis en œuvre, notamment une charte de trésorerie interdisant les placements à risques (cette charte est toutefois valable pour tous les éco-organismes), un comité d'audit (qui n'existait pas auparavant chez Eco-Emballages) et le renforcement du rôle de l'Etat en matière de contrôle. Par ailleurs, les deux présidents ont également rappelé que la plupart des décisions prises par l'éco-organisme étaient en fait encadrées car prises dans le cadre de nombreux comités. Un nouveau directeur général doit par ailleurs être nommé le 7 avril prochain.
« Cette nomination intervient dans une période cruciale », reconnaît Oliviers Desforges, membre du comité exécutif d'Eco-Emballages. « Le renouvellement de notre agrément par l'Etat intervient en 2011 (pour une durée de 5 ans), et nous devons parvenir aux nouvel objectif fixé par la loi Grenelle, à savoir 75% d'emballages ménagers recyclés en 2012 ». Un objectif ambitieux mais réalisable, puisqu'en 2007, 61,3% d'emballages ménagers ont été recyclés.

Eco-Emballage restera un organisme de droit privé

Rappelons qu'Eco-emballages est un organisme privé, agréé par l'Etat, qui gère l'éco-contribution versée par près de 47000 entreprises pour participer au recyclage des emballages. Il redistribue ensuite 92 % des sommes collectées aux collectivités locales pour qu'elles mettent en œuvre la collecte sélective des déchets et le recyclage. Durant le délai entre la réception de l'éco-contribution et le versement des aides aux municipalités, Eco-emballages réalise des placements, jusqu'ici peu transparents, mais autorisés néanmoins par son statut de Société Anonyme (SA)...C'est précisément ce statut privé qui est critiqué par les parties prenantes du recyclage, dont le Cercle national pour le recyclage et les associations de défense de l'environnent. Elles réclament davantage de contrôle et surtout, un statut spécifique pour ces structures qui travaillent étroitement avec les collectivités territoriales. Manifestement, il n'en est pas question aujourd'hui. Eco-Emballage restera bien un organisme de droit privé, dont les mérites ont été vantés lors de la conférence par Jacques Pelissard, président de l'Association des Maires de France : « Avec le système de collecte financière assuré par Eco-Emballages, les collectivités sont au moins certaines que l'argent leur sera reversé. Si l'Etat s'en chargeait, je ne suis pas sûr que nous retrouvions 92% de cette collecte, étant donné que les taxes qu'il perçoit ne sont pas toujours redistribuées à qui de droit... ».

Véronique Smée
© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Recyclage

En plein développement, le recyclage répond aux besoins de limitation des déchets et favorise l’émergence de nouvelles filières. Les entreprises doivent aujourd’hui prévoir le recyclage de leurs produits en amont comme en aval, et pouvoir s’appuyer sur les consommateurs.

American express oceans plastique recycle

American Express lance la toute première carte bancaire en plastique recyclé

American Express vient de lancer la toute première carte bancaire en plastique recyclée issu des plages et des océans. En circulation dans un an, elle vise à lutter concrètement contre la pollution plastique et à sensibiliser le grand public à cet enjeu.

La seconde Vie des Pales deolienne 01 denis guzzo flickr

[INFOGRAPHIE] Recyclage des éoliennes et des panneaux photovoltaïques : une filière à monter de toutes pièces

Veolia vient d’inaugurer dans le sud de la France la première usine de recyclage de panneaux photovoltaïques en Europe. Alors que les énergies renouvelables sont souvent vantées pour leur faible impact environnemental, leur fin de vie est pour l’instant un sujet oublié. Panneaux photovoltaïques et...

Coca cola bouteille plastique recyclage

55 industriels s'engagent sur l’objectif de 100 % de plastiques recyclés en 2025

Une cinquantaine d'entreprises et fédérations professionnelles ont présenté lundi 2 juillet leurs engagements en faveur d'un recyclage des plastiques, dans le cadre de la feuille de route du gouvernement sur l'économie circulaire dévoilée fin avril.

Plastif plastique recyclage

La machine Plast'if imprime des objets en 3D à partir des déchets en plastique des salariés

Et si vos dizaines de gobelets plastiques permettaient de créer un tabouret ou des prothèses pour handicapés ? La startup Plast'if a inventé une machine qui transforme sur place, dans l'entreprise, vos déchets en plastique.