Publié le 17 février 2009

ENVIRONNEMENT

«Cradle-to-cradle» : l'empreinte écologique positive ?

Récupérer les matières pour les réutiliser à l'infini, c'est le concept d'éco-conception « cradle-to-cradle » (du berceau au berceau), imaginé par l'architecte américain William McDonough et Michael Braungart, chimiste allemand spécialiste du cycle de vie des produits et ancien activiste de Greenpeace.

119478_GF.jpg

Encore peu connus en France, l'architecte designer William McDonough et le chimiste allemand Michael Braungart sont pourtant deux personnalités de l'écologie industrielle. Leur ouvrage "Cradle to Cradle" date déjà de 2002. Leur credo, il est vrai, diffère des courants plus connus de l'écologie : loin d'une approche décroissante, ils défendent une consommation « intelligente », fondée sur la réutilisation permanente des matières et des objets. Tous deux préconisent une « empreinte écologique positive », à travers une philosophie d'éco-conception qui consiste à penser le produit dès l'origine pour lui donner ensuite plusieurs vies. Et idéalement, le réutiliser à l'infini, y compris pour d'autres usages que sa fonction initiale. Eric Allodi, représentant en France de la technologie « CtoC », explique le procédé : « Toutes les matières qui composent un produit sont analysées pour identifier ce qui peut être recyclé et dans quelles filières de recyclage on peut les orienter, pour recréer de la matière première. » Aujourd'hui, rares sont les produits pensés pour être recyclés, pourtant les solutions techniques existent. Eric Allodi donne l'exemple de la moquette « dépolymérisable », qui peut facilement être récupérée, pour être retraitée. « Les entreprises y voient leur intérêt, puisqu'on vient les débarrasser gratuitement de vieux produits. Sous chaque dalle est inscrit le numéro à appeler, c'est simple ».
Mais pour être « Cradle to Cradle », la première condition est d'utiliser des matières non toxiques, qui pourront être réintroduites sans accroître la pression sur l'environnement, voire le « nourrir ». Comme par exemple des cosmétiques biodégradables ou des T-Shirts entièrement compostables, utilisés pour nourrir la terre. Ou encore des livres fabriqués dans un plastique réutilisable et des chaises conçues pour être démontées et recyclées.

Certification

Les industriels qui veulent adopter la démarche « C to C » peuvent le faire de manière progressive, trois niveaux de certification (argent, or ou platine) leur sont proposés. « Il faut d'abord s'assurer de la non toxicité des produits, puis instaurer un circuit de récupération de la matière première pour ensuite la réinjecter dans un nouveau produit. En fin de vie, chaque objet réintègre son circuit d'origine sans perte de qualité ni gaspillage de nutriments qui ont servi à la constituer », explique Eric Allodi. Depuis la première certification (qui comprend une vingtaine de critères) attribuée en 2005, 109 produits ont obtenus le label "Cradle to Cradle-C2C", pour un coût annuel compris entre 10 000 dollars (T-Shirt), et 15 à 20 000 dollars (chaise). Rhoner, fabricant suisse de textile, a ainsi revu toute sa production pour adopter des matières et des teintures naturelles compostables, qu'il revend à un consortium de producteurs de fraises... En France, la marque de collants Dim s'est également engagée dans ce procédé, en abandonnant polyamide et teintures conventionnelles pour des matières premières plus naturelles, avec l'appui financier de l'Ademe (à hauteur de 50 % soit 130 000 euros). Objectif : faire des collants compostables ou recréer de nouveaux produits à l'infini, à condition bien sûr que les consommatrices s'impliquent pour « rendre » leurs collants usés... Le projet constitue en tout cas une vraie stratégie pour la marque qui, dans la foulée, a nommé un directeur développement durable et envisage un nouvel axe de communication autour du « C to C ».

Une ville 100 % Cradle to Cradle ?

En Europe, la démarche connaît déjà quelques succès, notamment en Hollande et en Allemagne. L'EPEA (Environmental Protection and Encouragement Agency) est le partenaire officiel « C to C » aux Pays-Bas, où la ville de Venlo (92 000 habitants) a annoncé devenir 100 % Cradle to Cradle d'ici 2012, avec une politique « zéro déchets ». La Chine, qui doit construire d'ici 7 ans pas moins de 200 millions de logements (soit 6 villes nouvelles) s'est engagée via l'Association chinoise du bâtiment dans la démarche. William McDonough explique avoir trouvé avec BASF un polystyrène « sans aucun produit chimique dangereux pouvant servir pour construire des murs solides, légers et super isolants", explique-t-il dans une interview au magazine Newsweek. "Le bâtiment peut être chauffé et rafraîchi pour presque rien. Il est silencieux au point que même s'il y a 13 personnes dans l'appartement du dessus, vous ne les entendez pas". Autre invention de l'architecte pour l'usine Ford, un toit végétal qui collecte puis purifie l'eau de pluie, tout en isolant le bâtiment. Outre la réduction de consommation d'énergies qu'il induit, le toit est lui-même plus économique, puisque sa durée de vie est deux fois supérieure à celle d'un toit classique.

Véronique Smée
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Recyclage

En plein développement, le recyclage répond aux besoins de limitation des déchets et favorise l’émergence de nouvelles filières. Les entreprises doivent aujourd’hui prévoir le recyclage de leurs produits en amont comme en aval, et pouvoir s’appuyer sur les consommateurs.

Sac plastique dechets recylage extension consigne de tri Machaon

[Danger plastique] Le tri se simplifie mais les filières de recyclage sont à la traîne

L’extension des consignes de tri poursuit sa généralisation en ce début d'année. Au total, en 2019, 24 millions de Français vont pouvoir trier leurs emballages plastique et métal dans la même poubelle. Mais tous ces nouveaux déchets ne bénéficient pas encore de filières de recyclage. Face au danger...

Briques urines Robyn Walker University of Cape Town

[Calendrier de l’avent] Demain, on fabriquera des maisons écolos avec... de l'urine

Des chercheurs sud-africains ont réussi à créer un matériau de construction durable avec une matière première inattendue : l'urine. Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour jusqu’à Noël, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve que le combat pour le...

Paille de riz pixabay

[Calendrier de l’avent] Demain, des Billy en paille de riz chez Ikea

Exit le bois, Ikea veut contribuer à l’amélioration de l’air indien en recyclant la paille de riz dans ses meubles en kit. Jusqu’à Noël, Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve que le combat pour le climat,...

Dechets plastique pixabay

75 % de nos emballages plastique ne sont pas recyclés et partent en décharge ou en incinération

[Correctif apporté le 20/11/2018] Pour la Journée mondiale du recyclage, ce jeudi 15 novembre, Novethic est allé voir ce qui se cache derrière les poubelles. Selon des données récentes, seuls 26 % des emballages en plastique sont vraiment recyclés. 49 % sont brûlés et valorisés en énergie et 25 %...