Publié le 04 juillet 2017

ENVIRONNEMENT

[Vidéo] ArcelorMittal affirme n'avoir déversé aucun "acide pur" dans la nature

[Mise à jour le 27 juillet] Un chauffeur, ancien sous-traitant d'ArcelorMittal, a affirmé début juillet avoir été contraint par l'usine sidérurgique de déverser dans la nature des centaines de mètres cubes d'acide hautement polluant. Le groupe, a publié le 25 juillet les premiers résultats d'une enquête interne et assure qu'aucun "acide pur" n'a été déversé dans la zone. Il s'agirait d'un "mélange de boues d'hydroxyde de fer". 


Capture d'écran de la vidéo tournée par le chauffeur

"Aucun acide pur n'a été déversé dans la zone de stockage des résidus de Florange", a affirmé, mardi 18 juillet, ArcelorMittal. Le groupe sidérurgique est sous le feu des critiques depuis la publication d'une video choc diffusée début juillet dans le journal Républicain Lorrain par un chauffeur travaillant pour Suez RV Osis Industrial Cleaning, sous-traitant de l’usine. Il affirme avoir été contraint de déverser pendant trois mois des centaines de mètres cubes dans la nature.

"Et voilà comment on recycle les déchets à Florance chez Arcelor, on balance de l’acide en pleine nature. Pas loin des bois, pas loin des habitations", commente le chauffeur dans une vidéo où l’on voit un liquide vert se répandre sur le sol.

 "J’avais pour consigne de ne pas déverser tout au même endroit pour ne pas défoncer la nature", explique-t-il au Républicain Lorrain. "Normalement je devais ramener l’acide usagé dans un centre de recyclage de Maloncourt. Mais on me disait de décharger l’acide et d’aller au crassier, avec la complicité des salariés d’Arcelor qui me donnaient les bons de livraison eux-mêmes". Les bons n’indiquant pas qu’il s’agissait d’acide hautement polluant mais de "boue d’épuration". Pour le journal local, il s’agit d’un "système frauduleux mis en place par des salariés d’ArcelorMittal et le sous-traitant".

Pas de l'acide mais un "mélange de boues d'hydroxyde de fer"

Face aux accusations, ArcelorMittal a porté plainte et a lancé une enquête interne dont il vient de publier les premiers résultats. Le groupe assure que "ce qu'on l'on voit dans la video" est un "mélange de boues d'hydroxyde de fer qui contient du chlorure et qui est légèrement acide par nature", ces boues sont "non-dangereuses", souligne-t-il, "Tous les résultats des analyses des sols et des eaux disponibles montrent l'absence de déversement d'acide dans la zone concernée".

Le président de la CAVF, communauté d'agglomération du Val de Fensch, Michel Liegbott avait pourtant affirmé, le 4 juillet, qu'il y avait "bien eu des déversements d'acide, mais on en ignore encore l'importance". Or, dans un communiqué du 25 juillet, la CAVF affirme qu'aucune "trace significative d'acide" n'a été trouvée dans les prélèvements effectués.

"Il faut être prudent dans l'analyse des résultats"

Mais nuance, "il convient d'être très prudent dans l'analyse de ces résultats car les temps de migrations des polluants dans les sols peuvent être plus ou moins long, et les conditions de prélèvement doivent systématiquement faire l'objet d'une analyse critique". D'autant que selon la CAVF, les services de l'État auraient trouvé des résultats différents des leurs.

Une enquête pour atteinte à l'environnement a été ouverte par le parquet de Thionville qui refuse pour l'instant de communiquer sur l'affaire. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Business de l air nuage entreprises pollution

Business de l'air : contre la pollution, ces entreprises vendent de l'air pur

C'est un véritable marché : l'air. Des bars à oxygène en plein pic de pollution à New Delhi, des bouteilles remplies de l'air pur des hautes montagnes... Certaines entreprises n'hésitent pas à jouer sur les peurs de la population face à la détérioration de l'atmosphère urbaine, sans aucune garantie...

Crime ecocide protection environnement terre pixabay

Rejetée par le gouvernement, la reconnaissance du crime d’écocide est loin d'être enterrée

Le 12 décembre dernier, à la veille de la clôture de la COP25, les députés français ont rejeté la reconnaissance du crime d’écocide dans le droit pénal. Mais les débats dans l'hémicycle ont fait apparaître un réel intérêt pour le sujet de façon transpartisane. Un rapport doit par ailleurs être rendu...

Incendie Lubrizol Philippe LOPEZ AFP

Trois mois après un gigantesque incendie, le site Seveso de Lubrizol redémarre

En septembre dernier, un incendie sur l’usine Seveso de Lubrizol avait émis une fumée noire sur Rouen et ses alentours. Alors que l’enquête est encore en cours sur l’origine du feu, la préfecture a autorisé la réouverture du site.

Incendies forets reserve pixabay

Écocide : nouvelle tentative pour faire entrer le crime contre l’environnement dans le code pénal français

Les atteintes aux écosystèmes n'ont jamais été reconnues comme un crime dans le droit international. Mais des députés socialistes poussent en ce sens. Ils ont déposé une proposition de loi visant à reconnaître dans le code pénal français le crime d'écocide, contre l'environnement. Ce serait une...