Publié le 16 décembre 2020

ENVIRONNEMENT

Un tribunal anglais reconnaît le rôle de la pollution atmosphérique dans le décès d’une petite fille de 9 ans

L'exposition à la pollution de l'air va être ajoutée sur le certificat de décès d'Ella Adoo-Kissi Debrah, une petite anglaise décédée en 2013 à l’âge de neuf ans, après une grave crise d’asthme. Un tribunal anglais a en effet reconnu le rôle des émissions liées au trafic routier dans sa mort. La France, déjà condamnée à plusieurs reprises après notamment le recours de trois Parisiens, va être de nouveau jugée pour la pollution due aux particules fines.

Ciel de londres flickr
Un expert britannique avait noté un "lien frappant" entre les hospitalisations en urgence d’Ella et les pics enregistrés de dioxyde d’azote et de particules en suspension.
@Flickr

La pollution de l’air tue, et cette fois elle a un visage. Celui d’Ella Adoo-Kissi Debrah, une petite anglaise décédée en 2013 à l’âge de neuf ans. Depuis, sa mère n’a cessé de se battre pour faire reconnaître la pollution atmosphérique comme l’une des causes de sa mort. C’est ce qu’a finalement reconnu un tribunal anglais ce mercredi 16 décembre après deux semaines d’enquête. La Coroner Court a constaté que les niveaux de pollution de l'air à proximité du domicile d'Ella dépassaient les limites légales de l'Union européenne au cours des trois années précédant son décès.

"Aujourd'hui est un jour historique. Un combat de 7 ans a permis de faire reconnaître la pollution de l'air sur le certificat de décès d'Ella. Nous espérons que cela permettra de sauver la vie de nombreux autres enfants" a déclaré sa maman, Rosamund Adoo-Kissi-Debrah. "La décision du Coroner confirme ce qui est déjà inscrit dans le droit international : les gouvernements sont tenus de protéger nos droits à la vie, à la santé et à un environnement sain" a ajouté David R. Boyd, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits humains et l'environnement.

"Ce jour doit marquer un tournant"

Ella Adoo-Kissi Debrah vivait à moins de 30 mètres de la South Circular, une voie très fréquentée du sud de Londres. Elle est décédée d’une grave crise d’asthme après trois ans de crises répétées et une trentaine d’hospitalisations. Certains jours, Ella avait "des crises extrêmement sévères, elle arrêtait de respirer", a décrit sa mère. En 2018, le professeur Stephen Holgate, expert britannique en pollution de l’air, avait noté un "lien frappant" entre les hospitalisations en urgence d’Ella et les pics enregistrés de dioxyde d’azote et de particules en suspension.

"Ce jour doit marquer un tournant. La pollution atmosphérique est une crise de santé publique. Les ministres et l’ancien maire ont agi trop lentement dans le passé, mais ils doivent maintenant tirer les leçons de la décision du coroner et faire beaucoup plus pour lutter contre ce fléau mortel" a réagi Sadiq Khan, le maire travailliste de Londres. Depuis son élection, il a mis en place une zone à ultra-basse émission qui contraint les conducteurs des véhicules les plus polluants à s’acquitter d’une taxe quotidienne à son entrée.

L'Etat français condamné à plusieurs reprises

Si cette décision est une première au Royaume-Uni, ce n'est pas le cas de ce côté-ci de la Manche. En 2019, le tribunal administratif de Paris avait reconnu la "carence fautive" de l’État après le recours de trois Parisiens victimes de problèmes respiratoires. Quelques mois plus tôt, le tribunal administratif de Montreuil avait déjà estimé que l’État avait commis une faute, après le recours d’une mère et sa fille vivant près du périphérique et souffrant de problèmes respiratoires.

Déjà condamnée par la Cour de justice de l’UE, la France sera de nouveau jugée pour la pollution due aux particules fines PM10, a annoncé vendredi 30 octobre la Commission européenne. Début juillet, le Conseil d’Etat avait quant à lui condamné le gouvernement français à une astreinte historique de 10 millions d’euros par semestre de retard s’il ne durcissait pas son dispositif contre la pollution de l’air dans huit grandes agglomérations. La pollution de l’air ferait entre 48 000 et 76 000 morts par an en France et 4,2 millions dans le monde.

Concepcion Alvarez @conce1


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Banniere respiro

Lyon, Bordeaux, Nantes... Les villes réduisent la voilure publicitaire devançant le "plan de sobriété" du gouvernement

La ministre de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a annoncé l'interdiction des publicités lumineuses entre une heure et six heures du matin dans le cadre du "plan de sobriété" d'Emmanuel Macron. Ces mesures restrictives ne sont pas nouvelles pour plusieurs villes françaises qui ont...

Ocean pollution plastique istock panaramka

Il faut stopper notre dépendance au plastique : on vous explique pourquoi en une infographie

Un nouveau rapport de l'OCDE estime que d'ici 2060, la production plastique et les déchets vont tripler, faute de politiques ambitieuses en la matière. Or le plastique est déjà présent partout, dans les océans, les cours d'eau, les sols et même dans notre organisme. Cela suppose de réduire fortement...

Vallee de la chimie saint fons lyon CCO tusco

À Lyon, la Vallée de la Chimie au cœur d’une action en justice pour pollution environnementale

L'incendie de l'usine Seveso de Lubrizol près de Rouen avait largement marqué les esprits. Pour que cela ne se reproduise pas, l'association Notre affaire à tous a mené pendant deux ans un travail de recherche sur les infractions commises par les entreprises de la Vallée de la Chimie, au sud de...

Toxic tour village de Geamana sous un lac Roumanie Philippe Brault Arte

À voir sur Arte : "Toxic tour", voyage au pays de la pollution

Une plage paradisiaque aux eaux turquoise, un lac teinté d’ocre et de rouge, une réserve naturelle où les loups prospèrent… Ne vous laissez pas tromper, ces lieux dignes de cartes postales sont en réalité des sites hautement pollués. La série documentaire Toxic tour, à découvrir sur Arte.tv, nous...