Publié le 15 février 2018

ENVIRONNEMENT

Automobile : quand le passage du diesel à l'essence fait augmenter les émissions de CO2 en France

Pour la première fois en 23 ans, les voitures neuves émettent plus de CO2. L'explication est à aller chercher du côté des véhicules essence qui ont pris le dessus sur les diesels, notamment à la suite du Dieselgate. Si les moteurs à essence émettent moins de particules fines, ils émettent en revanche 20 % de plus de dioxyde de carbone que les diesels, contribuant ainsi au changement climatique. Un calcul des émissions sur l'ensemble du cycle de vie relativise toutefois ces données.

Les véhicules neuf de 2017 émettent en moyenne 1 gramme de CO2 en plus par kilomètre que les modèles 2016.

Certains parlent déjà d’"essencegate", en référence au "dieselgate" qui a frappé plusieurs constructeurs, Volkswagen en tête, en 2015. Pour la première fois depuis 23 ans, les émissions de CO2 des voitures neuves repartent à la hausse en France. Une aberration alors que de nombreuses mesures ont été prises pour lutter contre la pollution automobile.  

Selon les données de l’agence AAA Data, les véhicules neufs émettent en moyenne 111 grammes de CO2 par kilomètre en 2017, contre 110 g/CO2/km l’année précédente. C’est seulement 1 gramme de plus, mais cela rompt une courbe orientée à la baisse depuis 1995. Parmi les plus mauvais élèves, General Motors, Fiat Chrysler, Volkswagen ou encore BMW, qui sont largement au-dessus de la norme européenne qui prévoit de ne pas dépasser les 95 g/CO2/km en 2021.  

  

Des gouvernements girouettes  

L’explication est à trouver, selon les experts, dans le basculement du marché de l’essence vers le diesel. En 2017, les ventes de diesel ont baissé de 5 points et représenté 47,3 % du marché. Si la motorisation diesel est plus polluante, en émettant des oxydes d’azote (NOx) et des dioxydes d’azote (NO2) dangereux pour la santé, elle émet aussi 20% de CO2 en moins par rapport aux moteurs à essence.  

Alors comment choisir entre pollution de l’air et réchauffement climatique ? Les gouvernements successifs ont fait la girouette. En 2007, un bonus-malus privilégiant largement le diesel avait été créé pour mieux protéger le climat. Puis avec le scandale du Dieselgate, les normes se sont durcies sur le diesel et la France va aligner sa fiscalité sur celle de l’essence d’ici 2021.  

Sur tout le cycle de vie, l’essence plus écolo

La solution consiste peut-être à évaluer les véhicules sur l’ensemble de leur cycle de vie. C’est en tout cas ce que préconise l'ONG Transport & Environment. Dans un rapport publié en septembre dernier (1), elle montre que les voitures diesel rejettent 3,65 tonnes de CO2 de plus sur l’ensemble du cycle de vie du véhicule que leurs équivalentes essence. Leur calcul intègre à la fois les émissions correspondant à la circulation du véhicule, sa durée de vie, la fabrication de son moteur, la teneur en biocarburant.

Plusieurs éléments expliquent cette différence : le biodiesel – qui entre à 5 % dans la composition du diesel – entraîne des émissions supérieures à celles du bioéthanol (5 % de la composition de l’essence) ; les voitures diesel roulent également plus (environ 4 %) que les modèles à essence ; le raffinage pour produire du diesel est plus énergivore que pour l’essence ; et il faut davantage de matière pour fabriquer un moteur diesel, plus lourd et plus complexe qu’un moteur essence.

Pour le CCFA (Comité des constructeurs français d'automobiles), l’urgence est avant tout d’"éradiquer les véhicules de plus de quinze ans, qui représentent le tiers du parc roulant en France, ce qui permettrait de faire baisser de 50 % les émissions de particules". À terme, la question ne devrait plus se poser puisque le gouvernement s’est engagé sur la fin des voitures thermiques d’ici 2040.

Concepcion Alvarez @conce1

(1) Voir le rapport de Transport&Environment   


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Silence animaux ville confinement covid AntoninBurat HansLucas AFP

Une vague de silence a parcouru le monde durant l’épidémie de Coronavirus

Chacun d’entre nous a pu expérimenter le calme et de nouveaux bruits venus de la nature durant le confinement. Mais ce n’est pas qu’un ressenti. Une vaste étude menée à travers le monde a montré que le "bruit sismique" a baissé de 50 % pendant plusieurs mois à la faveur de la mise à l’arrêt des...

Randonnee tourisme lent

[Les nouvelles rives du tourisme] Le retour du voyage lent face au tourisme frénétique

Visiter New-York en deux jours au pas de course pour ne rien rater, le tout rythmé par des selfies à répétition ... Le tourisme, de plus en plus frénétique, a "tué l'esprit du voyage" estime le sociologue Rodolphe Christin. Face à cette course effrénée, de plus en plus de voyageurs se tournent vers...

ONU petrolier Yemen catastrophe

Pétrolier abandonné au large du Yémen : L’ONU craint une "catastrophe écologique imminente"

Depuis cinq ans, le pétrolier FSO Safer est abandonné dans la mer Rouge au large du Yemen. Le tanker, menacé par le délabrement, risque de déverser les quelques 1,14 million de barils de pétrole qu'il contient en cas de naufrage. L'ONU tente d'intervenir mais cette opération, dans un pays en guerre,...

Catastrophes pollution

La marée noire de Deepwater, le naufrage de l'Exxon Valdez... Découvrez le coût des pires catastrophes environnementales

Après la marée noire en Arctique, le géant minier russe Norilsk Nickel se voit réclamer 1,8 milliard d’euros pour dédommagement par l'agence de l'environnement. Une somme d’ores et déjà contestée par le groupe. Dans les cas de pollution, à de rares exceptions près, les amendes mirobolantes réclamées...