Publié le 29 mars 2018

ENVIRONNEMENT

Pollution lumineuse : le Conseil d'État condamne le gouvernement pour son inaction

Le Conseil d’État a condamné mercredi 28 mars le gouvernement pour son inaction dans la lutte contre la pollution lumineuse, exigeant qu'il prenne une série d'arrêtés. Une décision saluée par des associations environnementales.

80 % de l'humanité est confronté à la pollution lumineuse.
Luca Biagiotti

Le Conseil d’État a tranché en faveur d’associations qui reprochaient à l’État de ne pas lutter contre la pollution lumineuse. "Le ministre de la transition écologique et solidaire est enjoint d'édicter ces arrêtés dans un délai de neuf mois à compter de la notification de cette décision", a jugé l’institution. "Une astreinte de 500 euros par jour" de retard est prévue, précise le Conseil d’État.

Les trois associations, France nature environnement (FNE), la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA) et l’Association nationale pour la protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes (ANPCEN), qui avaient saisi le Conseil d’État, se sont réjouies de cette décision.

Impact sanitaire et environnemental

Il est "urgent désormais de passer de l’intention aux actes pour que ces objectifs deviennent enfin une réalité tangible", réclame Raymond Léost, en charge des questions juridiques pour FNE, cité dans un communiqué. La loi Grenelle 2 de 2010 prévoyait des mesures contre la pollution lumineuse, qui affecte la santé humaine, les animaux et les plantes, mais les arrêtés précisant leur mise en œuvre n'avaient jamais été publiés.

Anne-Marie Ducroux, présidente de l’ANPCEN, a regretté qu'il "faille que les associations fassent un contentieux devant la plus haute juridiction pour obtenir la prise en compte des enjeux pluriels de la pollution lumineuse". La lumière la nuit peut perturber le rythme circadien, l'horloge biologique, ce qui accroît le risque de cancer, de diabète et de dépression. Elle peut aussi inhiber la dormance des végétaux qui leur permet de survivre aux rigueurs de l'hiver.

Selon un atlas mondial de la pollution lumineuse publié en 2016, plus de 80 % de l'humanité vit sous des cieux inondés de lumière artificielle, et un tiers de la population de la planète ne peut jamais voir la Voie lactée.

La Rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Pollution maree noire ecocide tortue iStock 188020464

Projet de loi Convention climat : un délit d’écocide à la portée très réduite

Le projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat comptera bel et bien un délit d'écocide. Mais alors qu'il devait permettre de condamner largement toute pollution des eaux, des sols et de l'air, seuls les cas "graves et durables", commis de façon intentionnelle, sont finalement...

Canva photo editor

Des rivières de déchets plastiques souillent la Serbie

Retenus par un barrage hydroélectrique, des milliers de mètres cubes de déchets plastiques ont recouvert un lac de Serbie. Ce phénomène, qui se répète chaque année à la faveur des fortes pluies d’hiver, a atteint des proportions exceptionnelles en 2021. Il affecte plusieurs pays de la région.

Dechets plastique bouteilles pixabay

Après les énergies fossiles, les grandes banques mondiales sont accusées de trop financer le plastique

Alors que les banques cessent petit à petit de financer le charbon et les énergies fossiles, érigés en ennemi numéro un du climat, l'initiative internationale portfolio.earth entend enclencher la même dynamique sur la thématique de la biodiversité en s'attaquant d'abord à l'industrie du plastique....

Projet montagne d or oreamining

La justice relance le projet Montagne d’Or en Guyane, malgré l'opposition du gouvernement

Le tribunal administratif de Cayenne vient de relancer le projet contesté de la Montagne d'or en Guyane. Le gouvernement avait assuré en 2019 qu'il ne verrait pas le jour mais les juges estiment qu'il n'a pas apporté de preuves pour justifier une telle décision. Ils enjoignent donc l'Etat à...