Publié le 20 novembre 2008

ENVIRONNEMENT

Pollution : la fertilité masculine en péril

Arte diffuse, mardi 25 novembre, le documentaire « Mâles en péril », qui fait le point sur les recherches scientifiques concernant la toxicité de certains produits chimiques. L'enquête démontre le lien, aujourd'hui avéré, entre les substances toxiques et la baisse de fertilité observée chez les hommes. La gravité de la situation a également été soulignée par la secrétaire d'Etat à l'écologie.

118668_GF.jpg

« Au départ, on n'osait pas croire ces résultats ». C'est sur ces témoignages glaçants de chercheurs du monde entier que s'ouvre le documentaire « Mâles en péril » de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade*. Les auteurs reviennent sur les découvertes scientifiques qui amènent aujourd'hui à affirmer - et non plus seulement à supposer - que la baisse de la fertilité observée chez l'homme depuis une quinzaine d'années est liée à la pollution de son environnement. Des résultats tellement inquiétants que les chercheurs eux-mêmes peinaient à les croire au début. Mais aujourd'hui, aucun doute ne subsiste, à tel point que la secrétaire d'Etat à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet a pris parti officiellement sur le sujet.

Comme souvent en sciences, les découvertes majeures découlent de hasards, d'observations fortuites, voire d'erreurs. C'est ainsi que Ana Soto, professeur d'anatomie et de biologie cellulaire à l'université Tufts, à Boston (Etats-Unis) a soupçonné les plastiques de contenir un produit qui imitait l'effet des œstrogènes, les hormones féminines. En parallèle, le professeur Niels Skakkebaek, directeur de recherche à l'hôpital universitaire de Copenhague (Danemark), observe qu'un garçon danois sur cinq a une fertilité très faible. Chez les grenouilles d'un lac pollué à l'Atrozine, un herbicide de Syngenta, le professeur Tyrone Hayes, de l'université de Californie (Etats-Unis), découvre des œufs dans les testicules des mâles.

Effets prouvés, inquiétudes concrètes

C'est ainsi que ces chercheurs ont découvert les perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques qui agissent sur le système hormonal et modifient les caractéristiques du système reproducteur, chez les animaux, mais aussi chez les hommes. « Mâles en péril » nous accompagne à travers les laboratoires, présente les tâtonnements des chercheurs, puis leurs résultats, ahurissants. Le distilbène, œstrogène de synthèse prescrit pendant 30 ans aux femmes enceintes pour éviter les fausses couches, contamine les fœtus. Le bisphénol A, présent notamment dans les biberons et les bouteilles en plastique, passe dans les liquides puis dans le sang. La présence de pesticides dans les urines des hommes est corrélée avec la baisse de qualité de leur sperme. Les phtalates, composants des plastiques souples, agissent sur la formation du système reproducteur chez le fœtus mâle (voir article lié).

Tous ces produits, omniprésents dans notre quotidien, ont en commun d'agir sur l'organisme comme des œstrogènes. Leurs effets sont particulièrement aigus pendant la vie fœtale. Par défaut, le fœtus humain devient une fille ; c'est la mise en place du système hormonal masculin, induite par la présence du chromosome Y, qui en fait un garçon. Les perturbateurs endocriniens, en jouant le rôle d'hormones féminines, court-circuitent cette mise en place par des mécanismes encore mal connus. En contaminant la mère, les produits chimiques reprotoxiques (toxiques pour la reproduction) atteignent le fœtus, organisme très sensible aux pollutions extérieures. « Je pense qu'il est très probable que de nombreuses maladies des adultes trouvent leur origine pendant la vie fœtale » affirme le professeur Skakkebaek dans le documentaire. Henrik Leffers, docteur en biologie moléculaire à l'hôpital universitaire de Copenhague, déclare même n'avoir jamais trouvé, dans ses recherches, « une femme qui ne soit pas contaminée par les phtalates ».

Le risque du «cocktail» de produits chimiques

Les inquiétudes n'ont pas finir de grandir. Les scientifiques craignent l'effet synergique des différents produits chimiques. Le laboratoire du professeur Ulla Hass, du département de toxicologie et d'évaluation des risques de l'Institut national danois de l'alimentation, a testé sur des rats un cocktail de deux pesticides et un phtalate. Là encore le résultat est inquiétant. « Ces trois substances ne posaient pas de problème injectées seules. Mais injectées ensemble, elles ont un effet très net, quelle que soit la dose » précise Ulla Hass. Et il faudra probablement de nombreuses années pour tester tous les mélanges possibles des milliers de substances considérées comme inquiétantes.

Devant ces informations gravissimes, on s'attend à une réaction ferme des décideurs. L'interdiction pure et simple des substances dangereuses ? Un moratoire sur les produits soupçonnés d'être reprotoxiques ? Une augmentation des crédits de recherche pour les laboratoires ? Rien de tout cela. Nathalie Kosciusko-Morizet s'est certes déclarée préoccupée par le sujet. Elle soutient la sortie du documentaire d'Arte et organise, mardi 25 octobre, un colloque international « Environnement chimique, reproduction et développement de l'enfant » pour faire le point sur l'état des connaissances scientifiques. La création d'un pôle d'écotoxicologie est également à l'étude. Mais la secrétaire d'Etat à l'écologie n'a parlé que d'une « campagne d'information des citoyens » et de prévention, essentiellement auprès des femmes enceintes. Elle place ses espoirs dans la réglementation REACH, qui « responsabilise l'industriel ». « Les questions posées par les chercheurs de notre reportage demandent des réponses politiques » a déclaré Sylvie Gilman, l'une des réalisatrices du documentaire. « Les réponses de stratégies individuelles ne suffisent pas ».

*Mâles en péril, de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade. Documentaire (2008 - 52 minutes)
Diffusé le mardi 25 novembre à 21h sur Arte, suivi d'un débat avec la secrétaire d'Etat à l'écologie Nathalie Kosciusko-Morizet.

Rouba Naaman
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Environnement et cancers : le lien est avéré

L'Inserm confirme les liens de causes à effets entre certains facteurs environnementaux et la hausse du nombre de cancers en France. Parmi les substances incriminées, les pesticides semblent avoir un impact considérable dans ce que beaucoup appellent désormais « l'épidémie de cancers »....

Cosmétiques bébé : appel au principe de précaution

Certains composants des cosmétiques pour bébé seraient toxiques. Un mouvement de professionnels de la santé, mené par le c2ds, demande aux maternités de ne plus distribuer les mallettes naissance contenant des échantillons. Après l'Appel de Paris, la toxicité des produits chimiques est à...

Le problème des éthers de glycol piétine

Plus de vingt-cinq ans après les premières notifications sur leur toxicité, les éthers de glycol ne sont toujours pas interdits dans les produits de consommation courante. Dans un rapport sur la pollution de l'air intérieur, paru en janvier 2008, la sénatrice du Nord - Pas-de-Calais,...

Première preuve formelle de la toxicité des phtalates

Une étude d'une unité de recherche du CEA vient confirmer les soupçons : le MEHP, un phtalate répandu, nuit à la fertilité masculine en agissant dès le stade fœtal. La situation est alarmante, étant donné l'omniprésence des phtalates dans l'environnement.

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Pollution sonore paris chant oiseau

[Bonne nouvelle] Le confinement met la pollution sonore en sourdine

Ce sont des bruits qu'on avait presque oublié tant ils étaient relégués à l'arrière-plan, cachés par le brouhaha des voitures, des trains, des marteaux-piqueurs et des avions. Aujourd'hui, les Parisiens et Franciliens entendent à nouveau clairement le chant des oiseaux et le bruissement des...

Place de la concorde vide mardi 17mars coronavirus LudovicMarin AFP

Coronavirus : le confinement d’un tiers de l’humanité réduit la pollution de l’air de façon très nette... y compris à Paris

Avec la mise en place de mesures de confinement à l'échelle planétaire, de la Chine aux Etats-Unis, en passant par l'Inde et l'Europe, la qualité de l'air commence nettement à s'améliorer. Cela a été mesuré en Chine, dans le nord de l'Italie et en France. Dans la région parisienne, l'air n'avait pas...

Microplastique machine a laver textile

Contre les microplastiques, les fabricants devront équiper les machines à laver de filtres d’ici 2025

Lors du lavage, les vêtements fabriqués avec des fibres synthétiques libèrent des microparticules de plastiques qui se déversent dans les océans. Pour y remédier, une nouvelle mesure émanant de la loi économie circulaire oblige les fabricants de machines à laver de les doter d'un filtre d'ici 2025....

Incendie Lubrizol Philippe LOPEZ AFP 0897628754

Lubrizol mis en examen pour les dégâts environnementaux du sinistre suite à l’incendie de son usine à Rouen

Cinq mois après le gigantesque incendie qui a ravagé l'usine Lubrizol à Rouen, le groupe a été mis en examen pour sa responsabilité dans les dégâts environnementaux causés par le sinistre, dont l'origine reste encore inconnue.