Publié le 10 août 2015

ENVIRONNEMENT

Pollution au mercure : le clip qui incrimine Unilever

Comment faire entendre sa voix auprès d’une multinationale ? Peut-être avec un clip vidéo. Sofia Ashraf, une Indienne de 28 ans, fait un carton sur le web avec un rap défendant la cause d’anciens ouvriers d’Unilever, qui fabriquaient des thermomètres dans le sud de l’Inde. Ils accusent la firme anglo-néerlandaise de les avoir exposés sans aucune précaution au mercure, un produit très toxique, et d’avoir contaminé les sols autour de l’usine. Après 14 ans de lutte, leur cause est en train de faire le tour du monde grâce aux réseaux sociaux.

Capture d'écran du vidéo clip "Kodaikanal won't" qui prend la défense des anciens ouvriers d'Unilever en Inde.
Youtube / Jhatkaa

"Kodaikanal ne baissera pas les bras jusqu’à ce que vous preniez acte." C’est avec ce refrain que Sofia Ashraf, conceptrice de campagne dans une agence de pub internationale, originaire de Chennai, la capitale de l’État du Tamil Nadu, a rendu la cause des ouvriers de Kodaikanal célèbre.

Son vidéo-clip, qui reprend le hit "Anaconda" de la rappeuse américaine Nicki Minaj, a déjà été vu plus de 2,4 millions de fois en seulement dix jours.

 

 "Le mercure était partout" raconte un ouvrier

 

C’est à Kodaikanal, une station touristique située dans les montagnes du Tamil Nadu, dans le sud de l’Inde, qu’un millier d’ouvriers a fabriqué jusqu’en 2001 des thermomètres au mercure pour le compte d’Hinduston Unilever, une filiale du géant de l’agroalimentaire et des cosmétiques. Sans aucune précaution, selon les témoignages des employés.

"Il n’y avait rien pour nous laver", raconte J. Peter Sundararajan, l’un d’entre eux. "On avait du mercure dans les sourcils, les cils, sous les ongles. Le mercure était partout, là où nous vivions, où nous dormions, dans notre eau et notre nourriture." En 2001, date de la fermeture de l’usine, les habitants, appuyés par l’ONG Greenpeace, découvrent plusieurs tonnes de verre contenant du mercure à 3 kilomètres seulement de l’usine.

Une violation des règles environnementales que reconnaît Unilever. Mais c’est la seule chose qu’elle accepte d’endosser. Alors que les anciens ouvriers déplorent la mort de 45 de leurs collègues et de 18 enfants, due à un empoisonnement au mercure, la firme anglo-néerlandaise continue aujourd’hui de nier. Dans un communiqué publié quelques jours après la mise en ligne de la vidéo de Sofia Ashraf, Unilever répète que "la sécurité de [ses] employés est [sa] priorité numéro 1".

 

 

300 tonnes de déchets toxiques rapatriés aux États-Unis

 

"Alors que de vastes études n'ont pas trouvé de preuve d'un dommage sur la santé de nos anciens travailleurs et sur l'environnement de Kodaikanal, nous continuons à prendre cette question très sérieusement et nous tenons à la voir résolue".

Dans un document qui relate les faits chronologiquement, Unilever rappelle qu’elle a, à deux reprises (en 2001 et 2003), fait rapatrier quelque 300 tonnes de déchets toxiques à retraiter aux États-Unis.

Des travaux de dépollution du site ont par ailleurs été lancés en 2009 mais ont pris du retard. En cause : le taux de mercure au-delà duquel l’assainissement est admis. Alors que le standard britannique est de 1 mg/kg, le Bureau de contrôle de la pollution du Tamil Nadu a autorisé une concentration du mercure dans le sol de 20 mg/kg. Ce que les ONG contestent fortement, dénonçant un "deux poids, deux mesures". Pour l’instant, la situation est donc bloquée.

 

Le PDG d’Unilever fait un pas vers ses anciens ouvriers

 

Mais la viralité du clip de Sofia Ashraf va peut-être changer la donne. Une pétition, publiée sur la plateforme Jhatkaa, et adressée au PDG d’Unilever, Paul Polman, réclame "le nettoyage de la pollution à Kodaikanal et le dédommagement des employés". Plus de 68 000 personnes à travers le monde l’ont déjà signée. Une pression qui a fait réagir l’intéressé sur Twitter, le 6 août dernier. Il s’en remet au gouvernement indien :

"N’acceptons pas différents standards. Tous les humains sont les mêmes. Nous avons besoin de l’accord gouvernemental et de faire bouger #UnileverPollutes [hashtag créé pour la campagne contre la multinationale, NDLR]. Déterminé à résoudre vite le problème. Progrès trop lents."

Des réunions sont prévues toute la semaine entre les représentants des anciens ouvriers et Unilever.  

 

 

Concepcion Alvarez
© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Exposition chimique des salariés : Technicolor condamnée, Samsung s'excuse publiquement

La délocalisation de l’industrie électronique dans les pays asiatiques pose de nombreux problèmes environnementaux et sociaux. Deux affaires ont récemment remis en cause le droit des industriels à utiliser des produits hautement toxiques. Technicolor (ex-Thomson) a ainsi été condamnée par...

Responsabilité sociale d'entreprise : une entreprise sur cinq sanctionnée

C’est un fait : pour une entreprise, ne pas se préoccuper de la responsabilité sociale et sociétale représente un risque juridique et financier. C’est ce que montre une nouvelle étude de l’agence de notation extra-financière Vigeo, portant sur plus de 2 500 entreprises cotées dans le...

Crimes environnementaux : jusqu'à 15 ans de prison pour les pollueurs italiens

L’Italie vient d’inscrire le crime contre l’environnement dans son code pénal. La nouvelle loi prévoit jusqu’à quinze ans d’emprisonnement pour les pollueurs et a doublé les délais de prescription. En France, le projet de loi sur le préjudice écologique, remis sur la table en février...

Contre l'explosion de la criminalité environnementale, la lutte s’organise

Les chiffres sont vertigineux : la criminalité environnementale représente près de 190 milliards d’euros par an. Un marché juteux, et peu risqué pour les trafiquants. Mais la situation pourrait bien changer, notamment grâce aux actions d’Interpol et aux 35 propositions faites par un groupe...

Bhopal, 30 ans après : les associations de victimes en guerre contre Dow Chemical

Le drame de Bhopal n’a pas laissé qu’un site contaminé par des déchets toxiques et des nappes phréatiques polluées, il continue de se jouer aussi pour les milliers de victimes en attente d’un jugement. Dow Chemical, le géant américain de la chimie qui a racheté le groupe propriétaire de...

5 % de la population est victime des maladies environnementales émergentes

La part de responsabilité de la pollution environnementale dans l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète est reconnue. Mais aujourd’hui, l’alerte porte sur l’apparition de maladies neurologiques ou immunitaires causées par l’exposition aux polluants tels que produits...

Fort Berthold : l’environnement miné par une exploitation sans retenue

La réserve indienne de Fort Berthold paye le prix fort. L’extraction du pétrole de schiste à marche forcée empoisonne le sous-sol, fait fuir les animaux et met la flore en danger. La surveillance des 12 000 puits, qui peuvent fuir à tout moment, est assurée par… 2 agents.

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

IStock poissons morts

"Pollution du siècle" de l’Escaut : le sucrier Tereos condamné à une sanction inédite

Le deuxième plus gros groupe sucrier au monde, Tereos, a été condamné à plus de 9 millions d'euros de dommages et intérêts. Il est responsable de la mort de tonnes de poissons après qu'une de ses digues se soit rompue entre le 9 et 10 avril 2020 provoquant le déversement de milliers de litres de...

Echantillon eau polluants chimiques scientifique pipette istock Smederevac

Cancers, infertilité : les "polluants éternels" contaminent les eaux françaises sans limite

C'est une pollution généralisée et largement sous-estimée, alerte l'association Génération futures dans un nouveau rapport. Celle aux PFAS, aussi appelés "polluants éternels" en raison de leur très faible dégradation dans l'environnement, présents dans les poêles, les emballages alimentaires, les...

Zones a faibles emissions CC0 Sebleouf

Chasse aux voitures polluantes : quand l'écologie se heurte au social

Depuis le 1er janvier, les zones à faibles émissions sont devenues obligatoires dans une dizaine d'agglomérations françaises. Il s'agit de restreindre l'accès à une zone délimitée aux véhicules les plus polluants. Une mesure qui inquiète sur le plan social. Après la crise des Gilets jaunes, qui...

Vetements fibres synthetiques istock

Primark, Zara, Boohoo... Le secteur de la mode reste accro au plastique malgré l’urgence climatique

Omniprésentes dans les collections de fast fashion, les fibres synthétiques ont encore de beaux jours devant elles. C’est la conclusion d’un nouveau rapport diffusé par l’ONG No Plastic in My Sea et la fondation Changing Markets. L’usage toujours plus important de ces matières renforce la dépendance...