Publié le 02 juin 2021

ENVIRONNEMENT

Les véhicules les plus polluants désormais interdits dans certaines zones de Paris

Depuis mardi 1er juin, les véhicules classés Crit'Air 4, 5 et non classés sont désormais interdites dans les zones à faible émission du Grand Paris entre 8h et 20h. La mesure concerne environ 11% du parc automobile de la Métropole et vise à lutter contre la pollution de l'air. Néanmoins, des dérogations seront accordées, notamment aux véhicules d'urgence ou ceux munis du macaron handicapé. Les professionnels touchés par la crise sanitaire pourraient également être exemptés.

IStock Canetti Istock voiture trafic
En France, environ 100 000 décès prématurés seraient liés à la pollution de l'air.
@Canetti / Istock

Fin de parcours pour les véhicules les plus polluants. Les voitures et deux-roues estampillés des vignettes Crit'Air 4, 5 et non classés, soit les plus vieux moteurs diesel et essence, ne peuvent plus circuler en semaine depuis le mardi 1er juin dans la zone à faible émission (ZFE) du Grand Paris. Plus précisément, l'interdiction s'étend entre 8h et 20h, hors jours fériés, dans un périmètre situé à l'intérieur de l'A86 qui forme une large boucle autour de Paris.  

Concrètement, il s'agit des véhicules diesel Euro 1, 2 ou 3, immatriculés avant le 31 décembre 2005, et des véhicules essences immatriculés avant le 31 décembre 1996, soit environ 200 000 voitures. Pour les poids lourds, autobus et autocars, cette interdiction est valable tous les jours aux mêmes horaires. En tout, environ 11% du parc automobile est concerné. Initialement prévue le 1er décembre 2020, cette interdiction déjà en vigueur dans Paris même avait été repoussée de six mois pour "des raisons qui tiennent notamment à la pandémie", selon la Métropole du Grand Paris.  Elle doit être étendue progressivement aux autres vignettes: les véhicules classés Crit'Air 3 s'ajouteront dès juillet 2022 et les Crit'Air 2 en janvier 2024. 

Des dérogations

Les véhicules particuliers contrevenants risquent une amende de troisième classe, soit 68 euros. "Le gouvernement est attaché à mettre en place les systèmes de contrôle permettant de s'assurer du respect des ZFE", a souligné le ministère la Transition écologique à l'AFP. "Le gouvernement a proposé aux collectivités le développement d'ici fin 2021 de la vidéo verbalisation assistée par ordinateur, mais cette solution n'est pas souhaitée par les collectivités", a précisé le ministère. Cette méthode repose sur l’enregistrement des numéros de plaque d’immatriculation, de points GPS et de dates grâce à un système vidéo. Des travaux ont lieu en parallèle "pour mettre en place une solution pérenne de Contrôle Sanction Automatisé", qui prenne notamment en compte les différentes dérogations pour les véhicules sur "liste blanche", a précisé le ministère.

Les dérogations concernent les porteurs d'une carte "mobilité inclusion" comportant la mention "stationnement pour les personnes handicapées", les véhicules de collection, de secours, ou les véhicules utilisés pour approvisionner les marchés, pour les déménagements, ou des événements culturels. La Métropole prévoit également de l’élargir aux professionnels impactés par la crise sanitaire ayant bénéficié d'un prêt garanti par l'État, du fonds de solidarité, ou de mesures de la région, sur justificatif.

"Déjà adopté par 247 villes ou métropoles européennes, ce dispositif est reconnu comme particulièrement efficace pour réduire les émissions provenant du trafic routier, l'une des principales sources de pollution en ville", a souligné la Métropole du Grand Paris lundi dans un communiqué. D’ici à 2025, toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants seront concernées.

Pauline Fricot, @PaulineFricot avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Pollution corse twitter annick girardin

Algues vertes, hydrocarbures, fuite d’huile… la reprise du tourisme français engluée dans des problèmes écologiques

Un navire, qui effectuait des forages en baie de Saint-Brieuc pour un parc éolien, a subi une fuite d'huile provoquant une nappe dans la zone. Cet accident survient quelques jours seulement après la marée noire et les galettes d'hydrocarbures retrouvées sur plusieurs plages corses après le dégazage...

pollution industrie allemagne Pixabay @Foto-Rabe

L’Europe fixe un plan " zéro pollution" d’ici 2050, un objectif ambitieux qui manque cependant d'outils concrets

Dans un plan adopté mi mai, la Commission européenne s'est fixé un cap de zéro pollution en 2050. Le premier pallier fixé à 2030 vise à éliminer de moitié les décès liés à la pollution de l'air ou les déchets en mer, en s'appuyant notamment sur une mise à jour des normes existantes. Si l'objectif...

Corse maree noire hydrocarbures PASCAL POCHARD CASABIANCA AFP

Marée noire : après le dégazage d’un navire, la Corse subit une pollution aux hydrocarbures

Le 11 juin, à l'occasion d'un exercice militaire aérien, deux nappes d'hydrocarbure ont été repérées au large des côtes corses. Elles sont venues souiller une plage de l'île de Beauté où des galettes d'hydrocarbures se sont déposées. Si les autorités tentent de dépolluer sur terre et en mer, cette...

pot d'échappement dieselgate CCO

Six ans après le Dieselgate, la France met en examen quatre marques automobiles pour tromperie

Renault, Peugeot, Citroën et Volskwagen ont été mis en examen par la justice française dans le cadre de l’affaire du Dieselgate. Les quatre marques automobiles sont soupçonnées d’avoir utilisé des logiciels pour cacher le niveau des émissions de leurs anciens moteurs diesel, ce qu’elles nient. Le...