Publié le 12 mai 2010

ENVIRONNEMENT

Le Bisphénol A banni des biberons

La Loi Grenelle 2 suspend la fabrication, l'importation et la commercialisation des biberons au bisphénol A « jusqu'à l'adoption par l'agence française de sécurité sanitaire des aliments, d'un avis motivé autorisant à nouveaux ses opérations ». Une victoire pour le réseau santé environnement.

default

Considéré comme un perturbateur endocrinien par certains scientifiques, - au même titre que les phtalates ou les pesticides-, le Bisphénol A est utilisé dans les biberons, mais également dans le revêtement intérieur des boites de conserves et des cannettes. C'est sa capacité à migrer hors du plastique qui inquiète les scientifiques. En effet, selon une étude scientifique du professeur Belcher à Cincinnati (Etats-Unis), datée de janvier 2008, la consommation d'aliments ayant été en contact avec du BPA est la principale cause de contamination de la population. Par ailleurs, l'exposition à une forte chaleur favoriserait cette migration, ce qui aggraverait donc le problème pour les biberons chauffés aux micro-ondes. D'autres études ont également montré que l'exposition fœtale au BPA chez la souris perturbe le développement neuronal et celui des glandes mammaires. Or, précise André Cicolella, toxicologue , membre du Réseau Environnement Santé, « ce type de perturbation est l'un des trois mécanismes de développement du cancer du sein ». Pour l'heure, peu d'études portent sur l'exposition de l'homme, ce qui a conduit l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) à prendre une position « rassurante » en définissant une dose journalière admissible (DJA) de BPA. L'agence a même relevé cette valeur, de 0,01 mg de BPA/kg de poids corporel/jour en 2002 à 0,05 mg/kg/j en 2008. Des chiffres que les fabricants de boites de conserve disent respecter.

Interdiction au Canada

Si l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) s'est alignée sur les conclusions de l'Autorité européenne, des villes comme Paris et Besançon ont décidé d'interdire l'utilisation de ces biberons dans leurs crèches. Au Canada, le gouvernement a décidé d'interdire l'importation et la vente de ces biberons et de prendre des mesures pour limiter les rejets de BPA dans l'environnement. Cette décision est basée sur les conclusions du Programme de toxicologie nationale des Etats-Unis. Aux expositions actuellement admises, le rapport évoque « certaines inquiétudes concernant les effets sur le système nerveux, le comportement, la prostate et les glandes mammaires ». Certains fabricants ont d'ailleurs pris les devants et proposent des gammes de biberons sans BPA : les fabricants du biberon B.free®, utilisent un nouveau plastique totalement exempt, comme son nom l'indique, de Bisphénol A.

Aux Etats-Unis, si les six plus gros fabricants américains -Avent, Disney First Years, Gerber, Dr. Brown, Plaxtex et Evenflow- ont accepté de bannir le BPA de leurs biberons, les fabricants européens réagissent très différemment... L'association européenne des producteurs de matières plastiques, PlasticsEurope, ainsi que le syndicat professionnel des emballages plastiques estiment que la suspension de la commercialisation des biberons ''n'est qu'une fausse solution qui alimentera les angoisses des consommateurs''.

Le réseau santé environnement, qui a longtemps bataillé pour l'interdiction du Bisphénol A dans les biberons s'est réjouit de son inscription dans le Grenelle 2, « Les députés ont confirmé la démarche des sénateurs et franchi un grand pas en avant en accréditant les études scientifiques qui prouvent la toxicité du BPA lorsque les nourrissons y sont exposés par la contamination alimentaire, notamment via les biberons. C'est une étape décisive au niveau national. Ceci étant, les mères étant elles-mêmes exposées au BPA par voie alimentaire (au travers des plastiques alimentaires tels que canettes, boites de conserve, film alimentaire, bouilloire...), il faut désormais aller au bout de la logique en protégeant également les bébés allaités et les fœtus exposés via la contamination maternelle. C'est l'ensemble des sources d'exposition alimentaire qu'il faut donc éliminer».

Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Maree noire pollution arctique IRINA YARINSKAYA AFP

Marée noire en Arctique : Le géant minier Norilsk Nickel va rembourser 1,8 milliard d'euros

L’agence russe de surveillance de l’environnement réclame à Norilsk Nickel un dédommagement de 1,8 milliard d’euros après l'effondrement du réservoir d'une de ses centrales thermiques en Arctique. 20 000 tonnes d'hydrocarbures se sont déversées dans la zone, du fait, notamment, de la fonte du...

Zalando Outlet Stuttgart

[Bonne nouvelle] D'ici 2023, Zalando ne vendra que des marques écoresponsables

Le géant de la mode en ligne Zalando ne vendra plus de marques qui ne sont pas écoresponsables. Il laisse trois ans à ses partenaires pour améliorer leur impact environnemental et social en s'appuyant sur l'outil d'évaluation Higg BRM. Parallèlement, le groupe entend réduire de 80 % son empreinte...

Maree noire arctique IRINA YARINSKAYA AFP

Marée noire dans l’Arctique russe : une catastrophe écologique "sans précédent" toujours en cours

Les autorités russes n'ont toujours pas réussi à stopper la progression de la marée noire dans la rivière de l’Ambarnaïa située dans l'Arctique russe après la fuite d'un réservoir de diesel d'une centrale thermique dans la zone. Pire : les 20 000 tonnes d'hydrocarbures commencent à se déverser dans...

Pollution arctique WWF russia pyatno sboku

Marée noire en Arctique : Vladimir Poutine déclare l’état d’urgence

C'est une catastrophe écologique. Suite à l'effondrement du réservoir d'une centrale thermique en Arctique, 20 000 tonnes d'hydrocarbures viennent de se déverser dans la rivière de l'Ambarnaïa. Une grave fuite qui a poussé le président russe Vladimir Poutine à déclencher l'état d'urgence nationale....