Publié le 04 avril 2019

ENVIRONNEMENT

Environnement : des sénateurs veulent faire reconnaître le crime d’écocide dans la loi française

Une proposition de loi portée par des sénateurs socialistes entend faire reconnaître le crime d’écocide. Une surprise, car si plusieurs partis et personnalités travaillent sur le sujet notamment dans le cadre des élections européennes, le sujet ne semblait pas vraiment à l’ordre du jour au niveau national. Le signe d’un changement de ton sur les crimes environnementaux, poussé par la pression citoyenne et les actions comme L'Affaire du Siècle.

Pollution pétrolière dans le delta du Niger
©PiusUtomi Ekpei/AFP

Le crime d’écocide, qui punit les atteintes les plus graves à l’environnement et les êtres vivants, va-t-il faire son entrée dans le droit pénal français ? C’est en tous cas la proposition des sénateurs du groupe socialiste et républicain, qui viennent de déposer un texte en ce sens. Un dépôt presque "surprise" tant la reconnaissance de l’écocide peinait à prendre corps au niveau national, en raison de sa complexité, de sa dimension transnationale et de la défiance qu’elle peut susciter dans les milieux économiques.

Mais aujourd'hui, ce sujet est porté par la mobilisation sans précédent sur le climat et plus largement sur l'environnement au niveau mondial. En France, depuis septembre, des centaines de milliers de personnes ont manifesté pour lutter contre le changement climatique et la pétition "L’Affaire du Siècle" a rassemblé près de deux millions de personnes autour d’une action juridique contre l’État français.

Un sujet qui devient politique

"Les sujets environnementaux sont au cœur de l’actualité planétaire et le sentiment d’urgence se diffuse. Nous avons profité de cet agenda et même bousculé l’ordre de nos propositions de loi pour pouvoir intégrer l’écocide dans notre niche parlementaire", souligne Jérôme Durain, sénateur socialiste. 

Le texte vise des peines lourdes, volontairement "très très dissuasives" : jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle et 7,5 millions d’euros d’amende pour les responsables des dommages "portant atteinte de façon grave et durable à l’environnement et aux conditions d’existence d’une population" qui résulteraient d’une "action concertée tendant à la destruction ou dégradation totale ou partielle d’un écosystème, en temps de paix comme en tant de guerre". Des peines sont également prévues si la simple intention est avérée, sans dommages prouvés.

Quelle efficacité ? 

Pour certaines ONG environnementales pourtant, le sujet n’est pas là. Pour Anne Roques, juriste chez FNE (France Nature environnement), il "s’agit d’abord d’appliquer les textes existants en arrêtant de faire passer les intérêts économiques des méga projets avant les intérêts environnementaux". Au contraire, Valérie Cabanes, juriste internationale spécialiste de l’écocide (1) et présidente d’Honneur de Notre Affaire à Tous (l’ONG à l’initiative de l’Affaire du Siècle), se "réjouit" de voir une telle loi portée par des élus français. Même si elle s’inquiète des confusions du texte.

"L’intentionnalité est trop restrictive pour être efficace : telle que définie, elle pourrait s’appliquer aux activités mafieuses mais pas aux multinationales", assure-t-elle. L’exposé des motifs de la proposition de loi cite par exemple la pollution pétrolière de Texaco en Equateur. Or, dans de tels cas, il paraît difficile de prouver l’intention de l’entreprise de détruire la forêt amazonienne et de rendre malade la population.  

Poser les bases d’une "disposition juridique exigeante"

Valérie Cabanes évoque aussi un manque d’outils permettant de déterminer la gravité des dommages. "En droit pénal, le juge n’a pas de marge d’interprétation. Il faudrait donc intégrer dans la loi les limites scientifiques planétaires qui lui permettraient d’évaluer l’ampleur des dégâts". Autre manque: la mention des générations futures, pourtant essentielle selon la juriste, dans la notion d'écocide. 

Pour le sénateur Jérôme Durain cependant, le texte est d’abord une façon "d’entrer dans le débat". "Nous avons voulu un texte simple à comprendre, efficace au niveau des sanctions et qui puisse conquérir politiquement". Le sénateur se dit ouvert aux différents apports des auditions qui vont se dérouler ces prochaines semaines pour "poser les bases d’une disposition juridique exigeante". Le texte sera examiné en plénière le 2 mai prochain.  

Béatrice Héraud @beatriceheraud  

(1) Valérie Cabanes est auteure de "Un nouveau droit pour la terre, pour en finir avec l’écocide" ( Seuil, 2016)


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Incendies forets reserve pixabay

Écocide : nouvelle tentative pour faire entrer le crime contre l’environnement dans le code pénal français

Les atteintes aux écosystèmes n'ont jamais été reconnues comme un crime dans le droit international. Mais des députés socialistes poussent en ce sens. Ils ont déposé une proposition de loi visant à reconnaître dans le code pénal français le crime d'écocide, contre l'environnement. Ce serait une...

New delhi suffoque pollution Indraneel Chowdhury NurPhoto

Depuis 10 jours, New Delhi et ses 20 millions d'habitants suffoquent sous une épaisse pollution

La qualité de l'air ne s'améliore pas dans la capitale indienne malgré la circulation alternée et la fermeture de certaines usines. Depuis 10 jours, New Delhi vit sous un épais brouillard de pollution. La faible vitesse du vent et les températures basses piègent le smog dans la mégalopole,...

Metaleurop nord nicod

Quinze ans après la fermeture de l'usine Seveso MetalEurop, l’État attaqué pour préjudice écologique

Quelques jours après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen, la polémique autour des sites Seveso se poursuit. Dans le Pas-de-Calais, la communauté d'agglomération d'Hénin-Carvin a déposé un recours contre l'État pour préjudice écologique après la fermeture de l'usine Seveso MetalEurop. Une...

Les 20 entreprises qui emettent un tiers des emissions mondiales

Chevron, Shell, Total… Ces 20 entreprises qui émettent un tiers des émissions de CO2 mondiales

Elles sont seulement vingt et émettent 35 % des émissions mondiales depuis 1965. Le Guardian vient de publier une vaste enquête révélant le nom de ces vingt entreprises, toutes du secteur de l'énergie, qui ont émis 480 milliards de tonnes de CO2. Dans le top 3 on retrouve Saudi Aramco, Chevron et...