Publié le 11 mars 2020

ENVIRONNEMENT

Contre les microplastiques, les fabricants devront équiper les machines à laver de filtres d’ici 2025

Lors du lavage, les vêtements fabriqués avec des fibres synthétiques libèrent des microparticules de plastiques qui se déversent dans les océans. Pour y remédier, une nouvelle mesure émanant de la loi économie circulaire oblige les fabricants de machines à laver de les doter d'un filtre d'ici 2025. Une "première mondiale", selon la ministre Brune Poirson. 

Microplastique machine a laver textile
Les microplastiques représenteraient entre 15 % et près du tiers des 9,5 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année en mer.
CC0

L’industrie textile est très polluante et le grand public l’a désormais intégré. Mais le lavage des vêtements -particulièrement des fibres synthétiques comme le polyester - qui libère des tonnes de microparticules de plastique, est lui largement sous-médiatisé. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), les microplastiques représenteraient entre 15 % et près du tiers des 9,5 millions de tonnes de plastiques déversées chaque année en mer.

Pour y remédier, la France, grâce à une mesure parue dans la loi économie circulaire, oblige, à compter du 1er janvier 2025, les fabricants à équiper les lave-linge neuf d’un filtre destiné à empêcher le passage dans les eaux usées de ces fibres de plastique microscopiques.

"Est-ce que c'est faisable ? La réponse est oui, parce que nous n'avons pas le choix", a souligné la secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson à l'issue d'une table ronde où elle réunissait les constructeurs de machines à laver, des "innovateurs" qui travaillent sur des solutions de filtres, des ONG et des associations de consommateurs. "C'est un défi très difficile (...) cela ne se fera pas du jour au lendemain", a réagi la ministre. 

"Cela demande un grand travail de la part des fabricants" notamment "des changements technologiques", a reconnu Brune Poirson. Mais "il faut qu'on agisse", a martelé la secrétaire d'État, qui veut maintenant porter le dossier au niveau européen "pour faire en sorte que cette mesure ne soit pas qu'une mesure française".

La filière textile doit également s'engager

Du côté des fabricants, cette première réunion est jugée "constructive" car elle a "permis de soulever de nombreuses questions économiques, techniques et d'utilisation", selon une déclaration de leur fédération professionnelle (Gifam) transmise à l'AFP. Les constructeurs s'engagent à "tout mettre en œuvre (...) pour trouver des solutions efficaces" en vue de "réduire la pollution plastique". Mais ils insistent pour que les pouvoirs publics garantissent "une concurrence saine entre les acteurs" et appellent eux aussi de leurs vœux une mesure à l'échelle européenne.

"Nous devrions être optimistes", a assuré de son côté Mojca Zupan, directrice générale de la startup Planet Care, qui a développé des filtres à microplastiques pour machines à laver. "Nous avons une solution, qui est prête. Nous l'avons lancée en septembre dernier et nous en avons vendu 500 environ", a-t-elle expliqué, en présentant un filtre extérieur qui se branche à la sortie du lave-linge. Une technologie adaptable à l'intérieur d'une machine à laver, affirme la responsable de Planet Care. Reste que le problème doit être réglé en amont par la filière textile. La ministre assure qu’elle a engagé la discussion avec les fabricants et distributeurs de vêtements. 

Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP 


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Maree noire Ile maurice JeanAurelioPrudence L Express Maurice AFP

L’île Maurice lutte contre une terrible marée noire et demande l’aide de la France

Des efforts désespérés pour éviter une catastrophe écologique dans les eaux cristallines de l'Ile Maurice sont en cours depuis samedi. Un pétrolier contenant 4 000 tonnes de carburant s'est échoué dans cette zone maritime protégée, et déjà un quart de son chargement s’est déversé dans l’océan. Le...

Explosion Beyrouth Liban nitrate AFP

L’explosion au Liban due au nitrate d'ammonium, une substance déjà impliquée dans de nombreuses explosions accidentelles, dont AZF

Au Liban, déjà en proie à une crise économique et sociale majeure, un nouveau drame est venu frapper le pays. Une explosion chimique à Beyrouth, a priori due à des stocks mal protégés de nitrate d’ammonium, a rasé un quartier de la ville et provoqué de nombreuses victimes. Cette substance, utilisée...

Silence animaux ville confinement covid AntoninBurat HansLucas AFP

Une vague de silence a parcouru le monde durant l’épidémie de Coronavirus

Chacun d’entre nous a pu expérimenter le calme et de nouveaux bruits venus de la nature durant le confinement. Mais ce n’est pas qu’un ressenti. Une vaste étude menée à travers le monde a montré que le "bruit sismique" a baissé de 50 % pendant plusieurs mois à la faveur de la mise à l’arrêt des...

Randonnee tourisme lent

[Les nouvelles rives du tourisme] Le retour du voyage lent face au tourisme frénétique

Visiter New-York en deux jours au pas de course pour ne rien rater, le tout rythmé par des selfies à répétition ... Le tourisme, de plus en plus frénétique, a "tué l'esprit du voyage" estime le sociologue Rodolphe Christin. Face à cette course effrénée, de plus en plus de voyageurs se tournent vers...