Publié le 18 décembre 2018

ENVIRONNEMENT

Acte 2 : les étudiants qui refusent de travailler dans des entreprises polluantes vont rencontrer le CAC 40

Après avoir récolté plus de 28 000 signatures sur leur Manifeste pour un réveil écologique, les étudiants des grandes écoles qui ne souhaitent pas intégrer des entreprises polluantes vont rencontrer des groupes du CAC 40. L'occasion de dialoguer avec eux, de leur soumettre leurs revendications et, pourquoi pas, de changer leurs pratiques. 

Plus de 28 000 étudiants ont déjà signé le Manifeste pour un réveil écologiste lancé fin octobre par des élèves de grandes écoles.
©CC0

Après la mobilisation, place à l’action. En octobre, des milliers d’étudiants de grandes écoles, de Polytechnique à l’École normale supérieure en passant par HEC, signaient un manifeste pour un réveil écologique. Plus question de foncer tête baissée vers des entreprises polluantes, l’enjeu était de se questionner sur le choix du futur employeur.

Les 28 000 signatures réunies et le fort écho médiatique ont donné aux initiateurs du projet une réelle crédibilité. Résultat, ils vont rencontrer, dans les prochaines semaines, plusieurs entreprises du CAC 40, dont certaines les ont contactés directement. Pour l'instant, le collectif ne communique pas les noms des sociétés qui se prêtent au jeu du dialogue.

Faire évoluer les mentalités et les pratiques 

"On veut toucher le plus de monde et le plus rapidement possible, donc les grosses entreprises nous paraissent les meilleures interlocutrices. Notre manifeste est un vrai levier pour faire évoluer les mentalités et les pratiques en profondeur", espère Corentin Bisot, initiateur du mouvement.

Pour cet étudiant en troisième année à Polytechnique, le but n’est pas forcément de "boycotter des entreprises ou de créer une liste noire", mais plutôt d’entamer une discussion et d’exposer leurs revendications. Et elles sont nombreuses. Cela passe par la mise en place d’objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, au refus de contribuer à la surconsommation par la stratégie marketing, à la mise en place de formations pour sensibiliser les collaborateurs aux enjeux environnementaux et sociétaux.

Un manifeste pour un réveil écologique repris dans d'autres pays 

"En rencontrant les entreprises, on veut construire un vrai dialogue. Cela va nous permettre d’être plus précis sur notre cahier de doléances et d’opposer nos revendications à la réalité", explique Corentin Bisot. Un pas a été réalisé vers l’exécutif, les étudiants ayant remis à Emmanuel Macron une lettre ouverte exposant leurs attentes.

Et cette mobilisation commence à inspirer d’autres pays. "On a été contacté par des étudiants d’Allemagne, du Royaume-Uni, de la Suède… Ils ont repris notre Manifeste et la même charte graphique pour lancer le mouvement", indique Corentin Bisot.

En Australie, le 30 novembre dernier, ce sont 15 000 étudiants qui ont défilé pour lutter contre le réchauffement climatique lors de la Strike 4 Climate Action. Cette initiative leur a été inspirée par Greta Thunberg. Cette jeune militante suédoise, devenue un symbole de la COP24, a appelé à une grève du climat devant les institutions nationales de chaque pays.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

Maree noire Ile maurice JeanAurelioPrudence L Express Maurice AFP

L’île Maurice lutte contre une terrible marée noire et demande l’aide de la France

Des efforts désespérés pour éviter une catastrophe écologique dans les eaux cristallines de l'Ile Maurice sont en cours depuis samedi. Un pétrolier contenant 4 000 tonnes de carburant s'est échoué dans cette zone maritime protégée, et déjà un quart de son chargement s’est déversé dans l’océan. Le...

Explosion Beyrouth Liban nitrate AFP

L’explosion au Liban due au nitrate d'ammonium, une substance déjà impliquée dans de nombreuses explosions accidentelles, dont AZF

Au Liban, déjà en proie à une crise économique et sociale majeure, un nouveau drame est venu frapper le pays. Une explosion chimique à Beyrouth, a priori due à des stocks mal protégés de nitrate d’ammonium, a rasé un quartier de la ville et provoqué de nombreuses victimes. Cette substance, utilisée...

Silence animaux ville confinement covid AntoninBurat HansLucas AFP

Une vague de silence a parcouru le monde durant l’épidémie de Coronavirus

Chacun d’entre nous a pu expérimenter le calme et de nouveaux bruits venus de la nature durant le confinement. Mais ce n’est pas qu’un ressenti. Une vaste étude menée à travers le monde a montré que le "bruit sismique" a baissé de 50 % pendant plusieurs mois à la faveur de la mise à l’arrêt des...

Randonnee tourisme lent

[Les nouvelles rives du tourisme] Le retour du voyage lent face au tourisme frénétique

Visiter New-York en deux jours au pas de course pour ne rien rater, le tout rythmé par des selfies à répétition ... Le tourisme, de plus en plus frénétique, a "tué l'esprit du voyage" estime le sociologue Rodolphe Christin. Face à cette course effrénée, de plus en plus de voyageurs se tournent vers...