Publié le 27 mars 2014

Cartouche supply chain

ENVIRONNEMENT

A Huangmengying, village chinois "de cancéreux", les pollueurs restent introuvables

A Huangmengying, un village du bassin du fleuve Huai situé entre Pékin et Shanghai, les rivières sont polluées et les cancers se multiplient. C'est l'un des 217 "villages de cancéreux" reconnus par Pékin l'an dernier. Des mesures d'assainissement des eaux ont bien été mises en place mais elles sont insuffisantes pour résoudre le problème. Quant aux industries toxiques qui ont déversé leurs produits pendant des années, elles ont plié bagage. Reportage.

HUANGMENGYING cancer village rmsy Imagine china AFP
Dans le village de Huangmenying, Liu Yuzhi est âgée de 39 ans. Elle est atteinte par un cancer des os.
Rmsy / Imagine China / AFP

A Huangmengying, dans le comté de Shenqiu, "l'or bleu" est une malédiction. La rivière Shaying, qui irrigue cette bourgade de 2 500 âmes, dans la pauvre province centrale du Henan, aurait pu lui donner un enviable cachet. Au contraire, elle l'enserre, l'empoisonne. Les chiffres sont accablants. Entre 1990 et 2005, 114 habitants de ce village sont morts du cancer, soit la moitié des décès totaux. C'est ce qu'affirme l'Organisation Non Gouvernementale (ONG) Les Gardiens du Fleuve Huai.

A Shenqiu, entre 1973 et 1995, le nombre de morts provoquées par le cancer du poumon a été multiplié par 20, selon Yang Gonghuan, professeur à l'Académie chinoise des sciences médicales de Pékin. En juin dernier, cette chercheuse a publié "un atlas des cancers", circonscrit au bassin du fleuve Huai. Une zone qui concentre 165 millions d'habitants. S'étalant sur 10 ans, cette enquête inédite a prouvé le lien entre cancer et pollution des nappes phréatiques.

Huangmengying n'est donc que le pire exemple de ces "villages de cancéreux", que les autorités chinoises, jusque-là muettes sur la question, ont été contraintes de reconnaître.

 

Un droit environnemental factice

 

"Ici, on pense que tout ça, c'est de leur faute, mais rien n'a jamais été prouvé", lâche un homme dont le père est mort du cancer. En effet, ces dernières années, dans le seul comté de Shenqiu, plus de 700 usines ont fermé. Elles produisaient notamment des teintures, des produits pétrochimiques ou du glutamate de sodium. Après avoir plié boutique, les patrons, enrichis, sont simplement partis. Autre facteur aggravant, la construction d'un barrage hydroélectrique en amont du fleuve, qui a conduit à une stagnation des eaux et à leur contamination.

Mais comment prouver la responsabilité de ces industriels ? "Les causes du cancer sont complexes", rappelle Yang Gonghuan. "Mes recherches portent sur des régions qui ont été polluées il y a 15 ou 20 ans. Jamais on ne pourra prouver que telle ou telle entité a été responsable". 

Même son de cloche chez Dai Renhui, avocat au Centre d'aide aux victimes de la pollution, une ONG basée à Pékin : "le droit environnemental existe. Sur le papier. Les tribunaux refusent les prélèvements effectués par de simples citoyens et préfèrent dépêcher des agents des départements locaux de l'environnement, lesquels, avant de procéder aux tests, avertissent les industriels qui freinent alors leur production". Le tout avec l'aval des barons locaux, longtemps promus en fonction de la croissance économique de leur territoire !

Ce droit environnemental, s'il était réellement applicable, resteraient de toute façon méconnu des villageois. Pour Dai renshui, parmi ces habitants "pauvres, parfois illettrés, très peu savent s'organiser politiquement ou saisir la justice".

 

"La terre, notre gain de pain !"

 

Dans le dispensaire de la moribonde grand place de Huangmenying, Wang Shiwen, le médecin du village, prend des nouvelles de ses patients, comme un curé le ferait pour ses fidèles. "J'en ai vu défiler des malades", glisse ce quadragénaire, sans quitter son air débonnaire. "Mais depuis quelques années, ça va mieux. Trois nouveaux puits ont été construits, le premier en 2004 et le dernier en 2011. On peut dorénavant puiser profondément de l'eau et la redistribuer à tout le village". Des travaux a minima donc, qui s'inscrivent dans un plan général d'assainissement du fleuve Huai, financé par la province du Henan et dont le coût s'élève à 240 millions de yuans [28 millions d'euros].

Au final, le mal a été contourné plus qu'enrayé dans ce village. "Plus personne ne boit de l'eau du robinet. Elle est trop polluée ! Pour se laver ou pour la cuisine, nous utilisons essentiellement de l'eau de l'extérieur", explique tranquillement une jeune mère. Son bébé dans les bras, elle explique ne s'être jamais résolue à partir. "Je ne connais personne ailleurs", se justifie-t-elle.

Le village ne s'est pas d'ailleurs pas vidé. Des constructions sont mêmes en cours dans la localité. Chacun y cultive son lopin de terre, et peu importe la pollution des sols.

"Que peut-on faire ? Ici, nous sommes tous des paysans", s'exclame, dans un rire communicatif, un quadragénaire avenant, avant de, brusquement, baisser les yeux. Et l'homme s'empresse de conclure : "On ne peut se passer d'eau. La terre, c'est notre gagne-pain"!

Edgar Dasor
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Pollution

Fleuves impropres à la consommation, terres stériles, produits toxiques déversés massivement, la liste des pollutions de toutes natures est longue. Les initiatives visant à les réduire se font plus nombreuses mais elles restent très inférieures aux besoins.

L aquaculture est confronte a des risques majeurs environnement changement climatique

Réchauffement climatique et risques environnementaux : l’aquaculture au bord de la noyade

Changer de cap ou couler. C'est en somme le dilemme auquel doit faire face l'aquaculture. Avec une croissance de 6 % par an, le secteur semble en pleine forme. Et pourtant, selon le groupe d'investisseurs éthiques Fairr, il est confronté à des risques environnementaux majeurs, à une dépendance aux...

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

Non, l'État n'a pas été reconnu coupable de son inaction contre la pollution de l’air

La justice a-t-elle vraiment reconnu une "faute" de l'État dans sa politique de lutte contre la pollution de l'air ? C'est ce qu'indiquait le tribunal administratif de Montreuil mardi 25 juin, faisant suite au recours d'une mère et sa fille qui vivaient près du périphérique parisien et souffraient...

On avale jusqu a 5 grammes de plastique par semaine

[Science] Chaque semaine, nous avalons cinq grammes de plastique, le poids d’une carte de crédit

Avec ou sans sel ? Selon un rapport de l'université de Newcastle pour le WWF, une personne avale jusqu'à 5 grammes de plastique par semaine, l'équivalent du poids d'une carte de crédit. Nous ingurgitons ces microparticules de plastique principalement en buvant de l'eau en bouteille mais également en...

La premiere carte de credit qui plafonne notre empreinte carbone selon nos achats 1

[Bonne nouvelle] La première carte de crédit qui calcule votre empreinte carbone selon vos achats

Et si nous faisions autant attention à nos quotas de CO2 qu'à notre argent ? Doconomy, une startup suédoise, vient de lancer en partenariat avec MasterCard une carte de crédit calculant l'empreinte carbone de nos achats. La version Black Card vous bloque même vos achats si vous dépassez le plafond...