Publié le 31 août 2009

ENVIRONNEMENT

Veolia et la Grameen Bank s'associent au Bengladesh

Après les téléphones portables avec le groupe nordique Telenor, la commercialisation de yaourts avec Danone et les produits de santé avec BASF, la Grameen Bank, créée par Mohammad Yunus, lance une nouvelle filiale avec Veolia Water pour la distribution d'eau au Bengladesh.

121374_GF.jpg

Après la santé et la nutrition, Mohammad Yunus et la Grameen Bank ciblent un nouvel objectif au Bengladesh : la distribution d'eau potable pour les populations rurales. En effet, si l'eau ne manque pas dans ce pays, la plupart des nappes phréatiques sont contaminées - de manière naturelle- à l'arsenic, rendant l'eau impropre à la consommation. La Grameen Bank vient donc d'élargir son champ d'action à la distribution d'eau potable, après avoir lancé avec Danone, en 2006, la Grameen Danone Foods. Une micro-usine, située dans le nord du Bengladesh, fabrique le "Shokti Doi" ( « qui signifie Energie yaourt » ), un produit enrichi en micro nutriments pour lutter contre la malnutrition ; mais également pour créer de l'emploi localement. Car le but de l'entreprise, au-delà de la rentabilité, est bien d'atteindre des objectifs sociaux, tels que le nombre d'emplois directs et indirects créés ( producteurs de laits, petits grossistes, vendeuses en porte à porte), le développement d'une activité économique de proximité, l'amélioration de la santé de la population ou encore la préservation de l'environnement. Les bénéfices de l'entreprise sont en outre réinvestis pour développer d'autres usines sur le même modèle dans le pays.

L'objectif poursuivi par Mohammad Yunus, dans ses différents projets, est constant : développer des activités économiques et sociales sur le principe du « social business ». Cette fois, c'est avec Veolia que la Grameen Bank a crée une filiale, la Grameen-Veolia Water, dont l'objectif est de fournir de l'eau potable aux populations les plus pauvres du Bangladesh. Inaugurée le 24 juin 2009, l'usine de production et de traitement d'eau, située à une centaine de kilomètres de Dacca, la capitale, permet d'alimenter une dizaine de bornes-fontaines situées aux alentours et dont seules des "Grameen ladies"* (réseau de femmes qui distribuent également les « Shokti Doi ») détiennent la clé. Chaque foyer peut acheter jusqu'à 30 litres d'eau potable par jour à un prix modique : de 0,2 à 0,5 centime d'euros par litre, selon la distance de la borne à l'usine. Soit 100 fois moins que l'eau en bouteille vendue localement...L'investissement, de l'ordre de 500 000 euros, devrait permettre à terme d'alimenter 100 000 personnes.

Pour Eric Lesueur, directeur du projet chez Veolia, il s'agit « d'un test grandeur nature ». « Ce nouveau mode de partenariat est inédit pour Veolia, nous n'avons pas fait d'étude de faisabilité au préalable. Mais une chose est sûre : ce projet nous permet d'enrichir notre rôle dans le développement durable et de sortir du métier traditionnel de l'eau pour mieux répondre à des besoins sociétaux ». Contrairement à d'autres entreprises, qui développent des produits et des services à bas prix destinés aux populations des pays pauvres (« bottom of the pyramid » ou BoP) Veolia se défend de vouloir, par ce biais, conquérir de nouveaux marchés. « Nous opérons principalement en milieu urbain et nous n'avons pas l'intention détendre notre offre aux zones exclusivement rurales », explique à ce sujet Eric Lesueur. Par ailleurs, si le projet peut réserver des surprises et des imprévus, l'investissement « n'est pas si élevé », estime Eric Lesueur, qui préfère évoquer une logique « gagnant-gagnant ». « Le social business fonctionne comme le business conventionnel, mais avec un bénéfice humain, souligne-t-il. L'intégralité des bénéfices sera réinjectée pour permettre le développement d'autres projets liés au domaine de l'eau. Ce n'est donc pas du mécénat, ni un mécanisme semblable à l'aide internationale, qui n'a d'ailleurs pas fait ses preuves jusqu'ici. » S'il reste encore à trouver le bon équilibre commercial de ce nouveau service, ce projet pilote est déjà considéré par le groupe comme une nouvelle voie pour la réalisation des objectifs du Millénaire. L'un d'entre eux étant de réduire de moitié d'ici 2015 le nombre de personnes qui n'ont pas accès à l'eau potable dans le monde.

 

*Les Grameen ladies est un réseau de femmes qui effectuent la distribution des produits ou services de la Grameen en porte à porte. Ce réseau fonctionne sur la proximité, ces femmes étant issues des villages proches des usines. Le principe de ces projets est en effet de développer une activité locale et de lutter contre l'exode rural.

Véronique Smée
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

La loi sur l'économie circulaire divise sur sa mise en oeuvre

Réparation encouragée, consigne pour améliorer le tri, destruction des invendus interdite: le projet de loi "pour une économie circulaire" a été présenté au conseil des ministres ce matin. L'objectif - tenter de réduire le gaspillage et l'impact croissant de nos déchets sur l'environnement- fait...

Economie circulaire : les industriels de la boisson s’engagent pour la consigne des bouteilles et canettes

Alors que le projet de loi contre le gaspillage et pour l'économie circulaire doit être présenté ce mercredi 10 juillet au conseil des ministres, les représentants des fabricants et distributeurs de boissons se déclarent favorables à la mise en place de la consigne des bouteilles plastique et...

Brune Poirson veut développer la consigne sur les emballages plastiques

La directive européenne sur le plastique fixe des objectifs élevés de collecte et de recyclage. Pour les atteindre, Brune Poirson, la secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, veut imposer un système de consigne sur les emballages. Elle a lancé un comité de...

Vêtement, cosmétique, électronique : l'interdiction de détruire les invendus va être beaucoup plus compliquée que prévu

Les critiques fusent concernant le projet de loi anti-gaspillage. Les experts en droit de l'environnement affirment que la mesure n'interdira ni l'incinération, ni la destruction des invendus. Les associations s'inquiètent du peu de détails fournis. Quant aux enseignes, elles veulent qu'une...