Publié le 24 mai 2013

ENVIRONNEMENT

Samsung se fait certifier en Suède

Socialement responsable, le nouveau « smartphone » de Samsung ? C'est ce qu'affirme le fabricant coréen, qui met en avant la certification du galaxy S4 par un label privé suédois, TCO. Une première mondiale, affirme Samsung. Pourtant, la marque coréenne frise une nouvelle fois le « social washing ».

139800_GF.jpg

Sur le communiqué de TCO Development, un label de certification suédois, on peut lire : « Le Galaxy S4, le smartphone vedette de Samsung, est le premier à satisfaire aux exigences reconnues internationalement en matière de conception environnementale et de fabrication socialement responsable ». Lancé le 26 avril, le nouveau téléphone de Samsung, qui veut distancier l'Iphone d'Apple, est le premier à être ainsi propulsé au sommet de la responsabilité sociale et écologique par un organisme de certification européen, indépendant et même, scandinave. Quelques mois après les accusations dont le fabricant coréen avait fait les frais (recrutements de mineurs, heures supplémentaires abusives et discriminations, voir notre article Plainte contre Samsung, accusé de bafouer ses engagements en Chine ), le géant aurait-il changé de politique sociale ? A en juger par les exigences sociales du label, rien n'est moins sûr. Par contre pour TCO, c'est un gain considérable en notoriété et pour Samsung, un outil de communication qui n'est pas négligeable...

Qui est TCO Development ?

Car TCO Development n'est pas n'importe qui : surtout connu des acheteurs professionnels, l'agence porte l'acronyme du syndicat de cadre suédois (TCO) qui l'a créée en 1992. Objectif au départ : certifier des écrans d'ordinateurs pour apporter une garantie de confort visuel et d'ergonomie aux employés de bureau, et de performance d'énergie à leurs employeurs. La certification s'est ensuite élargie aux vidéo-projecteurs et ordinateurs, puis en 2009 elle a intégré des exigences sociales. Quant à nouvelle incursion sur les téléphones, elle serait liée à des discussions avec Samsung, confie le directeur du développement produit et de la certification à TCO Development, Niclas Rydell.

Une cible d'acheteurs professionnels

« Nous aimerions être connus et utilisés par le grand public, mais nous n'en avons les moyens !», ajoute Niclas Rydell. Jusqu'à présent les utilisateurs de son label sont surtout des acheteurs professionnels en Europe et aux USA, y compris en France, où le label est exigé depuis plusieurs années dans les appels d'offre de l'Etat en bureautique. TCO a d'ailleurs été préconisé dans une circulaire du premier ministre de 2008 sur l'administration exemplaire, en tant que garantie de performance environnementale. Ces acheteurs vont-ils désormais s'emparer du téléphone Galaxy et s'intéresser à la partie sociale ? Samsung vise en partie à les séduire, reconnait Niclas Rydell, mais pas seulement : après les « turbulences » récentes sur les conditions de travail dans les usines, Samsung voudrait aussi montrer plus largement qu'elle fait « ce qu'elle peut pour éviter des mauvaises conditions de travail ». C'est là que les choses se compliquent.

Clauses sociales de TCO Development : le minimum syndical

Car les critères exigés par TCO pour obtenir la certification se révèlent au final très classiques et plus proches du minimum de la responsabilité d'entreprise que de l'excellence : ainsi la première exigence est la signature, par le fabricant, d'un engagement à respecter les 8 conventions clé de l'Organisation internationale du travail (OIT), lesquelles sont une base, et non le « nec plus ultra », du droit social (1). Deuxième exigence, « l'entreprise doit démontrer qu'elle a des procédures et une personne responsable pour faire respecter les clauses sociales », précise Niclas Rydell. Mais pour ce faire, TCO se borne à demander soit une attestation de certification SA 8000 (un autre label de certification, américain celui-là et centré sur les conditions de travail) soit un document d'adhésion à l'EICC, un consortium électronique dont l'appartenance suppose le respect de clause sociales strictes... Et auquel la grande majorité des constructeurs de téléphone appartiennent déjà. Surtout, et c'est là que cela coince le plus, la certification n'est pas vérifiée pour tous les sites de production puisque la fourniture d'un seul rapport d'audit détaillé, effectué dans une seule usine, suffit aux yeux de TCO.

Fondamentalement il s'agit d'engagements écrits et d'audits occasionnels, regrette Fanny Gallois, du collectif Ethique sur l'étiquette, pour qui l'actualité a largement montré que ce type d'engagements était insuffisant : au Bangladesh deux entreprises présentes dans le Rana Plaza ne s'étaient-elles pas fait auditer peu de temps avant l'incendie ? Fanny Gallois rappelle aussi que Samsung a nié la plupart des violations aux clauses de l'EICC et de l'OIT qu'avait constaté China Labour Watch en 2012, ce qui n'est pas un signe de responsabilité.

Interrogé sur les risques de faire du social washing (équivalent du greenwashing sur les aspects sociaux), TCO Development récuse cette idée. Au contraire, pour Niclas Rydell la certification de Samsung est « un très grand pas en avant et une plus grande transparence, ainsi qu'un moyen formidable de contribuer à faire changer les pratiques de l'industrie». Côté transparence, il y a quelques limites : interrogé sur le nombre et la nationalité des usines qui produisent le Galaxy S4, TCO préfère ne pas répondre.


Mise à jour du 13 juin 2013 : des organisations de défense des droits du travail demandent l'annulation de la certification TCO/ Samsung Galaxy.
Le 5 juin, plusieurs organisations de défense des droits et de la sécurité au travail en Asie et en Europe, dont l'AMRC de Hong Kong ont demandé à TCO Development d'annuler la certification du smartphone Galaxy S4. Elles estiment, au vu de la politique anti-syndicale de Samsung et de sa gestion des accidents du travail en Corée du Sud, que la certification relève « du pire greenwashing ». Réponse de TCO : « Nous prenons cette critique au sérieux et avons ouvert une enquête pour voir si ces accusations concernent directement le Galaxy S4 ». TCO a aussi demandé à Samsung de rendre publics les résultats d'audit qu'il avait soumis lors de la certification.

(1) : Les 8 Conventions fondamentales s'imposent à tous les Etats membres, même s'ils ne les ont pas ratifiées, du seul fait de leur adhésion à l'OIT, rappelait Pierre Lyon-Caen (Avocat général honoraire à la Cour de cassation et membre de la CNCDH) en 2010.

Thibault Lescuyer
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Vetements invendus gaspillage Emmaus

[Bonne nouvelle] Les marques ne pourront bientôt plus jeter ou brûler leurs invendus

Fini les vêtements neufs incinérés, les téléviseurs pas encore sortis de leur emballage et déjà jetés à la benne… le Sénat a adopté une des mesures phare du projet de loi économie circulaire interdisant la destruction des invendus par les entreprises. Si cette mesure est globalement saluée, son...

Bouteille plastique recyclage consigne

Pourquoi la consigne ne va pas faire son grand retour en France

Si en entendant le mot "consigne", vous pensez aux bouteilles en verre lavées et réutilisées, vous avez tort. Le gouvernement, qui défend son projet de loi économie circulaire, veut mettre en place une consigne qui concerne la collecte des bouteilles plastiques pour les recycler. Un "non sens...

Amazon invendus istock

Amazon veut donner ses invendus au lieu de les détruire… mais il va falloir attendre encore un peu en France

En janvier, Amazon était accusé de jeter des millions d'invendus neufs chaque année. Pour y remédier, le géant du e-commerce vient de lancer un programme visant à donner tous les invendus à des associations caritatives. Problème : cette démarche va être appliquée aux États-Unis et au Royaume-Uni...

Ulysse Plastic Odyssey Credit photo PlasticOdyssey

[Ces startups qui changent le monde] Plastic Odyssey valorise le plastique à petit prix

Ils vont faire le tour du monde pour apporter de nouvelles solutions technologiques, mais low cost, pour résoudre le problème de la pollution plastique. L’équipe de Plastic Odyssey veut aider à installer des micro-usines de recyclage sur les côtes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud, sur les...