Publié le 04 février 2020

ENVIRONNEMENT

Loi économie circulaire : l'interdiction de détruire les invendus va booster le marché de l'anti-gaspillage vestimentaire

C'est désormais acté. Les marques auront interdiction de jeter ou brûler leurs invendus non alimentaires à partir de 2022. Le réveil est douloureux pour le secteur du textile qui s'est inégalement préparé à cette nouvelle mesure. Pour leur simplifier la tâche, des "facilitateurs" comme Comerso ou Phenix leur tendent la main en prenant en charge la gestion de leurs invendus. 

Interdiction de jeter les invendus vestimentaires loi economie circulaire
La destruction des produits invendus chaque année est évaluée à 630 millions chaque année.
CC0

Jeudi 30 janvier, dans le cadre de la loi économie circulaire, une mesure visant à interdire la destruction des invendus non alimentaires a été définitivement adoptée. Cela représente 630 millions d'euros chaque année. À partir de 2022, il en sera fini des chaussures neuves lacérées retrouvées dans les poubelles, les trenchs partis en fumée ou les jeans imprégnés de javel. Reste à savoir si le secteur s’est bien préparé à ce changement. "Le secteur du textile a quatre à cinq ans de retard sur la gestion de ces invendus par rapport à l’industrie alimentaire", estime François Vallée le directeur marketing et communication de Comerso. 

La startup dit recevoir depuis quelques mois de plus en plus d’appels de marques de textile qui souhaitent être aidées dans la gestion de leurs invendus. L’entreprise était à la base spécialisée dans l’alimentation. Son rôle était d’épauler les enseignes de la distribution en faisant le lien avec les associations. Un gain de temps pour tous. Elle a ajouté une nouvelle corde à son arc en proposant son aide sur la gestion des invendus non alimentaires comme le textile. "On sent l’urgence portée par la loi", assure François Vallée. 

Des réseaux difficiles à identifier

L’atout de la startup angevine est de soulager les marques qui préfèrent mettre leur force sur leur cœur de métier. L’Agence du don en nature craignait d’ailleurs en 2018 lorsque Emmaüs affichait sa volonté d’interdire la destruction des invendus textiles, que les associations ne soient pas prêtes à recevoir les tonnes de dons du secteur. D’où l’appel à Comerso. "C’est un facilitateur", plaide Emmanuel Larrondo, directeur marketing et digital de Besson chaussures. La startup sait cibler les petites associations peu visibles et activer un réseau développé depuis des années. Surtout, son offre est multiple. Elle a créé un site C-Destock, une centrale d’achat numérique qui met en lien les industriels avec les soldeurs ou déstockeurs. Les entreprises ont donc plusieurs options pour prolonger la vie de leurs invendus.

"Vu les petits volumes d’invendus, trouver une filière de valorisation n’était clairement pas une priorité des entreprises jusqu’ici", estime Charles Lottmann, cofondateur de Nous Anti Gaspi, un réseau d’épicerie qui propose à prix cassés les invendus des producteurs et des industriels. "La loi va les pousser à trouver des solutions", avance-t-il. Le réseau d’épicerie a ainsi développé un lien avec Petit Bateau qui est devenu un de ses fournisseurs phares côté textile. 

Repenser les business models

Sur ce marché du gaspillage vestimentaire, il faudra aussi compter sur Phenix, concurrent principal de Comerso. "En travaillant avec la grande distribution et donc des hyper-marchés on s’est assez vite intéressé aux vêtements", explique la startup. Depuis plusieurs années, elle travaille avec le fabricant de tissus TDV à Laval. "Nous revalorisons des rouleaux de tissus entiers qui ne peuvent pas être vendus car ce sont des tissus "pro" (pour les uniformes des pompiers par exemple). Nous les donnons à des associations, et notamment des ateliers de couture pour la réinsertion professionnelle", explique l’entreprise. 

Reste que pour avoir le moins d’invendus possible, il s’agit d’abord de mieux gérer, en amont, sa production. Et le numérique peut aider les marques dans cette voie. Une étude du cabinet Roland Berger avait ainsi évoqué des cas concrets d’entreprises ayant réussi à baisser leur impact environnemental grâce aux fashiontechs. Mais entre le luxe par exemple et la fast fashion, les problématiques diffèrent. Pour cette dernière, il va falloir interroger le coeur même de son business model, basé sur les prix bas et la surproduction. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Economie circulaire

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services tout en limitant la consommation et le gaspillage des matières premières, de l’eau et des sources d’énergie. Elle se base sur l’écoconception des produits, leur réparation et leur recyclage.

Pandora or argent recycle

[Bonne nouvelle] Pandora va concevoir tous ses bijoux à partir d’or et d’argent recyclés d’ici 2025

Le géant Pandora a annoncé vouloir fabriquer la totalité de ses bijoux à partir de métaux recyclés d'ici 2025. Si l'offre d'or et d'argent recyclés reste aujourd'hui restreinte, le plus grand bijoutier au monde espère faire bouger les lignes et convaincre les clients que le recyclage ne dégrade pas...

Odd elyx

Les Objectifs développement durable s’affichent dans le métro

C’est une première. Les Objectifs de développement durable font l’objet d’une campagne publicitaire nationale grâce à la Régie Media Transports. Celle-ci a mis ses écrans à disposition de la Fondation Elyx, dont le petit personnage dessiné est l'ambassadeur digital des Nations Unies. Un coup de...

ARPP recommandation pub capture ecran

De nouvelles recommandations pour que la publicité ne favorise plus la surconsommation

Fini les produits vantés comme "respectueux" ou "protégeant" la planète ? L’ARPP, l’autorité de régulation de la publicité, vient d’actualiser ses dernières recommandations développement durable qui font autorité auprès des annonceurs. Mais si l’ARPP s’est bien saisie de la question de la...

Zero dechet grande distribution

[Bonne nouvelle] Dans cet Hyper U, 95 % des déchets sont valorisés

Dans le quatrième plus grand Hyper U de France, on lutte drastiquement contre les déchets alimentaires. Le magasin valorise désormais 95 % de ses invendus. Dons aux associations, paniers Too Good To Go, méthanisation des biodéchets non comestibles... La clé est de multiplier les solutions.