Publié le 22 mars 2018

ENVIRONNEMENT

Près de 6 milliards d’humains manqueront d’eau en 2050

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le jeudi 22 mars, l’Unesco publie un rapport qui alerte une nouvelle fois sur l’état désastreux de nos nappes phréatiques. En 2050, ce sont jusqu’à 6 milliards d’êtres humains qui risquent ainsi d’être confrontés à des pénuries d’eau régulières. Pour les experts des Nations-Unis, la solution passe par la mise en place d’infrastructures "vertes" qui imitent la nature.

Les Nations Unies appellent à mieux préserver les zones humides.
@Pixnio

C’est un nouveau rapport (1) alarmant qu’a présenté en début de semaine l’Unesco dans le cadre du 8e Forum sur l’eau qui se tient toute la semaine au Brésil. Selon les estimations des Nations-Unies, à l’horizon 2050, ce sont entre 4,8 et 5,7 milliards d’humains qui risquent d’être confrontés à des situations de pénurie d’eau au moins un mois par an si rien n’est fait d’ici là. Aujourd’hui, 3,6 milliards de personnes vivent déjà dans des zones arides.

"Nous avons besoin de solutions nouvelles pour la gestion des ressources en eau afin de contrebalancer les défis émergents relatifs à la sécurité de l’eau que posent la croissance démographique et les changements climatiques. C'est un enjeu majeur que nous devons tous ensemble relever avec une approche vertueuse afin de prévenir les conflits liés à l’eau", a déclaré Audrey Azoulay, la directrice générale de l’Unesco.

Moins de 1 % des investissements

Les réserves souterraines s’épuisent, pompées principalement par l’irrigation, tandis que la qualité se dégrade en raison de la pollution industrielle et agricole, constate le rapport. Ainsi depuis le début du XXe siècle, 64 à 71 % des terres humides ont été perdues en raison des activités humaines. Et 80 % de toutes les eaux usées industrielles et municipales sont actuellement déversées dans les rivières et fleuves sans aucun traitement préalable. "Un tiers des plus grands systèmes d’eau souterraine sont déjà en détresse" notent les experts.

Face à cette situation, miser sur les infrastructures "grises", c'est-à-dire issues du génie civil traditionnel, ne suffira plus. Il faudra en parallèle développer des "solutions fondées sur la nature" qui consistent à préserver les écosystèmes ou à copier des processus naturels qui ont déjà fait leur preuve. "Préserver les milieux humides naturels, améliorer l’humidité des sols et la recharge plus efficace des eaux souterraines sont des solutions souvent plus économiques et durables que les barrages" pointent les Nations unies.

Depuis deux décennies, la municipalité de New York par exemple a développé une politique de protection de ses bassins versants en participant à des programmes de préservation des forêts et en rémunérant des agriculteurs pour leurs bonnes pratiques moins polluantes. À la clé : 300 millions de dollars d’économies par an sur le traitement des eaux. Seulement, ces solutions "vertes" sont encore très peu développées. Elles ne concernent à ce jour que moins de 1% de l’investissement total dans les infrastructures de gestion des ressources en eau, à travers la planète.

Concepcion Alvarez, @conce1

(1) Lire le rapport de l'Unesco 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[LE CHIFFRE] : Los Angeles, San Diego, Lima, Caracas... 20 grandes villes qui vont manquer d’eau ces prochaines années

Cette semaine, les autorités sud-africaines ont placé le pays en état de catastrophe naturelle en raison de la sécheresse historique qui frappe depuis trois ans la ville du Cap. Cette situation pourrait bientôt se généraliser à une centaine de métropoles à travers le monde d’ici 2050. En...

Sécheresse : Rome va être privée d’eau 8 heures par jour

La plus grande sécheresse en Italie depuis 200 ans commence à devenir difficilement soutenable pour les ressources hydriques du pays. Les services de gestion de l’eau de Rome ont même dû annoncer des coupures d’eau quotidiennes pour préserver le lac de Bracciano, dont le niveau est...

En France, la moitié des cours d'eau est polluée aux pesticides et aux nitrates, selon l'UFC-Que Choisir

C'est un "S.Eau.S" que lance l'UFC-Que Choisir dans son nouveau rapport. L'association dénonce l'augmentation du nombre de cours d'eau et de nappes phréatiques contaminées par les pesticides et les nitrates. En cause, l'agriculture intensive qui a augmenté l'usage de ces produits de 18 %...

Le risque eau coûte 14 milliards de dollars aux entreprises en 2016

En 2016, les pertes de production liées à l’eau ont atteint 14 milliards de dollars pour les 1 432 entreprises qui publient leurs données auprès du CDP, organisation qui regroupe investisseurs et entreprises. En pleine tempête Harvey et alors que l'Asie du Sud fait face à des pluies...

ENVIRONNEMENT

Eau

Sécheresse, pollution, inondations, les ressources en eau se dégradent. Or l’eau est indispensable à de nombreuses activités industrielles, plus particulièrement dans le secteur de l’énergie. Les projets de grands barrages sont souvent contestés.

[Science] Des antibiotiques polluent les rivières du monde entier

De l'Europe à l'Asie en passant par l'Afrique, les concentrations d'antibiotiques relevées dans certaines rivières du monde dépassent largement les niveaux acceptables, met en garde une étude présentée début juin.

Du glyphosate et autres pesticides retrouvés dans des lacs et rivières

Des traces de substances suspectées d'être des perturbateurs endocriniens ont été trouvées dans des lacs et rivières françaises, a fait savoir mardi l'association Générations futures après avoir épluché des milliers de données publiques.

[Science] Le réchauffement va rendre la Terre plus verte et plus bleue… mais ce n’est pas une bonne nouvelle

Le réchauffement climatique va modifier les populations de phytoplancton dans les océans de la planète. En conséquence, les bleus et les verts visibles des eaux, influencés par la densité de ces micro-organismes, vont se faire plus intenses d’ici 2100.

Les pressions sur les ressources en eau pourraient coûter jusqu’à 45 % du PIB mondial

C’est l’un des 17 objectifs de développement durable des Nations-Unis pour 2030 mais il semble plus que jamais hors d’atteinte au vu des derniers chiffres publiés par l'ONU. Plus de deux milliards d’êtres humains n’ont toujours pas accès à l’eau potable et quatre milliards et demi à des services...