Publié le 06 novembre 2017

ENVIRONNEMENT

Nestlé Waters veut protéger ses ressources en eau en partageant sa connaissance des aquifères

Nestlé Waters, qui vend 35 milliards de litres d’eau en bouteille par an, va certifier 20 de ses usines d’embouteillage dans le monde selon les normes de l’Alliance for Water Stewardship. La démarche consiste à rendre les sites de production plus économes mais aussi à partager la connaissance de l’hydrologie avec tous les acteurs locaux.

L'usine Nestlé Waters de Sheikhupura au Pakistan a été certifiée par l'Alliance for Water Stewardship pour sa gestion de l'eau.

"Nous buvons l’eau d’un même verre avec des pailles différentes", répète à l’envie Maurizio Patarnello, président de Nestlé Waters. Il fait allusion aux agriculteurs, aux industriels et aux villes qui tous puisent dans les mêmes nappes phréatiques… sans toujours prendre garde aux besoins des autres. Or la ressource en eau a tendance à se raréfier et à perdre en qualité, y compris en France.

Pour une entreprise comme Nestlé Waters, c’est un enjeu majeur. Le leader mondial de l’eau en bouteille vend 35 milliards de litres par an, ce qui représente une part de marché mondiale de 10 à 11 %. Et pour chaque litre vendu, c’est au total 1,5 litre d’eau qui est consommé. Même si ce ratio fait partie des meilleurs de l’industrie, il n’en reste pas moins que l’accès une ressource hydrique de qualité est un risque pour le groupe.

Revue de risques pour l’entreprise

Aussi ce dernier a décidé d’engager une certification sur la bonne gestion des ressources en eau aux alentours de ses usines. Pour cela, il s’est rapproché d’Alliance for Water Stewardship, un large regroupement d’industriels (Coca-Cola, GSK, Veolia…) et d’ONG (CDP, WWF, Care…), qui propose un standard d’utilisation pérenne de l’eau. "Les entreprises ont de plus en plus conscience que l’eau devient un risque à prendre en compte", Adrian Sym, président d’Alliance for Water Stewardship. "Notre enjeu est de créer un standard unique pour tout le secteur et toute la planète".

Ainsi, en 2016, Nestlé Waters a mené une revue de risques sur toutes ses implantations industrielles. Elle portait sur l’accès à la ressource, la réglementation, la réputation locale, la réputation corporate et la qualité de l’eau. "La situation est très différente selon chaque site et chaque réponse doit être spécifique", assure Cédric Egger, hydrogéologues de Nestlé Waters. Il ajoute cependant que "les risques sur la ressource en eau croient globalement dans le monde entier", en faisant référence au changement climatique et aux différentes sources de pollution.

La certification des usines Nestlé Waters suit une approche incrémentale qui part de la chasse au gaspi à l’intérieur de l’usine et s’élargit pour toucher tous les bassins versants d’où les usines tirent leurs ressources. "Nous sommes allés voir tous les acteurs locaux autour de nos usines pour connaître leurs attentes vis-à-vis de nous et au sujet de l’accès à l’eau en général", explique Maurizio Patarnello.

Partager la connaissance

"Ainsi, nous sensibilisons les agriculteurs sur de nouvelles technologies qui leur sont bénéfiques en matières de rendement et qui bénéficient à l’environnement au sens large, comme l’irrigation au goutte-à-goutte", explique le dirigeant qui précise qu’il y a parfois un soutien financier mais que souvent il s’agit simplement de formation. "Plus généralement, nous apportons aux communautés la connaissance hydrologique de la dynamique des aquifères", ajoute Cédric Egger, assurant qu’il s’agit d’une démarche essentielle pour l’obtention de la certification.

Aujourd’hui, l’entreprise a fait certifier 4 de ses 100 usines d’embouteillage : à Sheikhupura au Pakistan, à Ontario, Sacramento et Livermore en Californie. Autant de zones en fort stress hydrique. L’objectif est de certifier 20 usines d’ici 2020, situées sur les cinq continents. Elles sont censées représenter la diversité de situations hydrologiques auxquelles le groupe est confronté. "Mais la certification n’est pas une fin en soi, assure Maurizio Patarnello, elle permet de mettre en valeur notre politique de gestion de l’eau et de nous forcer à une discipline interne".

Pour l’heure, Nestlé Waters se refuse à donner des résultats ou des objectifs en matière de consommation ou de qualité de la ressource. Mais le groupe donne rendez-vous dans trois ans, quand la certification devra être renouvelée. D’ici là, l’entreprise souhaite que "ses bonnes pratiques deviennent un standard, même au-delà de Nestlé".

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Eau

Sécheresse, pollution, inondations, les ressources en eau se dégradent. Or l’eau est indispensable à de nombreuses activités industrielles, plus particulièrement dans le secteur de l’énergie. Les projets de grands barrages sont souvent contestés.

Secheresse empreinte eau CC0

La France consomme bien plus d'eau qu'elle n'en prélève sur son territoire

C'est une anomalie spécifique aux pays riches et la France n'y échappe pas. Selon le bilan annuel sur l'eau et les milieux aquatiques, l'Hexagone, à cause des produits importés, consomme bien plus d'eau qu'il n'en prélève sur son territoire. C'est essentiellement l'importation de coton liée aux...

Secheresse france

Le mois de juillet 2020 a été le plus sec en France depuis 60 ans

Alors que la France traverse une canicule de forte ampleur, les terres de l'Hexagone s'assèchent. Météo France estime que le mois de juillet 2020 sera "probablement" le mois de juillet le plus sec depuis 1959. Plus d'une soixantaine de départements sont désormais soumis à un arrêté préfectoral...

Veolia eau

En France, 20 % de l'eau potable fuit dans la nature et le plan de relance verte doit y remédier

Aujourd'hui, un litre sur cinq d'eau traitée et mise en distribution en France est perdue. En cause, un sous-investissement important dans le réseau de distribution vieillissant. Or, avec le réchauffement climatique, les épisodes de sécheresse et de canicule, l'enjeu devient primordial. La...

Un nouvel outil pour prédire les futurs conflits liés à l'eau

Plusieurs organisations viennent de créer le WPS, Water Peace Security, un outil qui permet de prédire près d'un an à l'avance les futurs conflits liés à l'eau. Son atout est de prendre en compte les données climatiques mais aussi les facteurs socio-économiques qui participent à la naissance de ces...