Publié le 27 mars 2013

ENVIRONNEMENT

Un tiers des déchets sont recyclés en Europe

35 % des déchets municipaux ont été recyclés en Europe en 2010, un pourcentage en hausse par rapport au taux de 23% enregistré en 2001. Cette moyenne cache toutefois de fortes disparités au sein de l'UE, alors qu'une directive prévoit l'obligation de recycler 50% des déchets à l'horizon 2020.

139472_GF.jpg

Réemploi des matières, réduction des gaz à effet de serre et développement économique de nouvelles filières : si le recyclage est un des axes privilégiés par la Commission européenne dans sa politique en faveur de l'environnement, une dizaine d'Etats membres restent à la traîne. Selon le rapport publié par l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) consacré à la gestion des déchets municipaux solides, dans les 27 États membres de l'UE, en Croatie, en Islande, en Norvège, en Suisse et en Turquie, 5 pays ont déjà atteint, voire largement dépassé, l'objectif européen de recyclage portant le taux à 50% en 2020. L'Autriche affiche le taux de recyclage le plus élevé (63 %), suivie de l'Allemagne (62 %), de la Belgique (58%), des Pays-Bas et de la Suisse (51 %). Mais d'autres devront faire des efforts considérables pour atteindre cet objectif ; notamment la Bulgarie et la Roumanie, et risquent de ne pas atteindre les objectifs de recyclage auxquels la législation les contraint. Pour parvenir aux 50% ils devraient augmenter leur taux de recyclage de plus de 4 % chaque année d'ici 2020 une augmentation très improbable.

Des taux de mise en décharge particulièrement élevés

D'importants volumes de déchets sont encore mis en décharge -37%, contre 56% en 2001-, 23% ont été incinérés, 25% recyclés et 15% compostés . La proportion des déchets municipaux recyclés est ainsi passée de 12 à 39 % au Royaume-Uni entre 2001 et 2010, et de 11 à 36 % en Irlande au cours de la même période. La Slovénie, la Pologne et la Hongrie ont également augmenté très fortement leur taux de recyclage depuis leur adhésion à l'UE ; permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre causées par les déchets municipaux de 56 %, soit une réduction de 38 millions de tonnes d'équivalent CO2 dans l'UE, en incluant la Norvège et la Suisse.
La Commission européenne a publié le 19 mars 2013, les feuilles de routes personnalisées des dix États membres de l'Union européenne les moins avancés (la Bulgarie, la République tchèque, l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie, mais aussi à la Grèce et à l'Italie). La Commission pointe pour ces pays « l'insuffisance des mesures de prévention des déchets, le manque d'incitation à empêcher la mise en décharge des déchets et l'insuffisance des infrastructures de gestion des déchets ». Plusieurs pays affichent des taux particulièrement élevés de mise en décharge : en 2011, 99% des déchets traités en Roumanie, 94% en Bulgarie ou encore 92% à Malte. La Commission rappelle à ces pays la nécessité d'employer les instruments économique ad hoc pour faire évoluer leurs pratiques : la taxation ou l'interdiction de la mise en décharge ou de l'incinération, les régimes de responsabilisation du producteur, des mesures de prévention, de suivi des collectes et une meilleure gouvernance.

Gain environnemental et économique

Dans son livre vert publié le 7 mars dernier, la Commission estime que le recyclage des matières plastiques au sein de l'UE reeprésente « un potentiel de création de 162 018 emplois » si l'Europe parvient à atteindre un taux de recyclage de 70 d'ici à 2020 (contre 21,3 % actuellement). Dans le cas inverse, elle souligne que « des taux de recyclage trop bas et des exportations de déchets plastiques, aux fins de leur retraitement dans les pays tiers [Asie notamment], constituent pour l'Europe une perte importante de ressources non renouvelables, mais aussi d'emplois ».

Pour autant les déchets plastiques (25 millions de tonnes en 2008) sont toujours mis en décharge à 48,7 % et 21,3 %sont recyclés... « Tandis que les prévisions pour 2015 annoncent une augmentation globale de 30 % du niveau de recyclage mécanique (de 5,3 Mt à 6,9 Mt), la mise en décharge et l'incinération avec valorisation énergétique devraient rester les principaux modes de gestion des déchets », prévoit le livre vert, qui rappelle par ailleurs que le faible taux de valorisation actuel pollue considérablement le milieu marin. "Les plaques de déchets qui flottent dans les océans Atlantique et Pacifique sont estimées à 100 millions de tonnes dont environ 80 % de matières plastiques". Une des pistes évoquées par le livre vert consiste à donner une valeur aux matières plastiques -les bouteilles en PET pourraient par exemple être soumises à une consigne. La lutte contre l'obsolescence programmée est également envisagée en imposant notamment aux producteurs « des critères particuliers de réutilisation, de durabilité et des possibilités de réparation » .

Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Dechets parcs Guillaume Semene

Parcs, canaux, quais... Quand le déconfinement rime avec déchets

La réouverture des parcs et jardins dans la capitale a été une bouffée d'air pour tous les Parisiens en mal de nature. Mais cette bonne nouvelle a été de courte durée. Des internautes ont photographié des espaces verts jonchés de paquets de chips, bouteilles, sacs... Une situation similaire a été...

Masque Foret MF 01

450 ans pour disparaître, non-recyclable… Avec les incivilités, l'utilisation des masques vire au désastre écologique

Ce sont les nouveaux mégots. Partout en France, les éboueurs retrouvent des masques chirurgicaux qui jonchent les trottoirs. Une association vient même d'en retrouver au fond de la Méditerranée. Cette situation est un vrai désastre écologique : les masques mettent 400 à 450 ans à se dégrader et ne...

Retour du plastique coronavirus afp

Avec le Covid-19, le retour en force du plastique et du tout jetable

Le plastique est de nouveau fantastique. Depuis la crise sanitaire, face au risque de contamination, la demande en bouteilles d'eau, produits alimentaires emballés, gants, surblouses ou visières connaît un véritable boom. Une situation qui inquiète les associations qui se battent depuis des années...

Confinement collage

Couture, bricolage, sport... Novethic tente de se confiner de manière responsable

Comme il se doit, la rédaction de Novethic s’est confinée afin de télétravailler en toute sécurité et sans prendre de risques pour les autres. L’occasion aussi pour nos journalistes de changer un peu leurs habitudes. L’une fait ses crèmes cosmétiques avec les produits de sa cuisine, l’autre mange...