Publié le 11 décembre 2015

ENVIRONNEMENT

SEaB Energy installe des micro-méthaniseurs au plus près des consommateurs…et de leurs déchets

Disposer de sa propre énergie grâce à ses déchets. SEaB Energy a imaginé des containers mobiles de 6 mètres de long qui transforment les déchets organiques en énergie. Des containers qui peuvent être installés au bas des immeubles ou au cœur d’un petit village. L’entreprise de 17 salariés, créée en 2009, par Sandra et Nick Sassow est installée à Southampton, sur la côte sud-est de l’Angleterre. Et son carnet de commandes est déjà bien rempli. Entretien avec Sandra Sassow, la présidente directrice générale de SEaB.

Seab energy container digesteur methanisation DR
Un micro-méthanisateur construit par SEaB Energy.
DR

Novethic. Vous avez mis au point des petits digesteurs qui produisent de l’énergie à partir de déchets. Quelle est la différence avec les méthaniseurs qui commencent à émerger sur le marché ?

Sandra Sassow. Le projet est né du constat qu’il y avait un problème au niveau de la distribution de l’énergie mais aussi du transport des déchets. Ces derniers sont transportés jusqu’à un méthaniseur qui se trouve généralement loin. Cela annule les bénéfices de la méthanisation des déchets puisque l’empreinte carbone du transport est très importante. Par ailleurs, l’énergie ainsi produite vient alimenter le réseau. Avec mon mari, qui a longtemps été consultant pour de grandes entreprises sur les questions d’énergies renouvelables, nous nous sommes dit que la solution pouvait être de produire de l’énergie là où elle est consommée, et de récupérer les déchets là où ils sont jetés, à travers la mise en place de petites centrales locales.  

 

Novethic. Comment fonctionnent vos petits digesteurs ?

Sandra Sassow. Nous voulions une solution très simple, facile d’entretien et qui puisse être installée partout. C’est pourquoi nous avons opté pour des digesteurs anaérobiques (qui fonctionnent sans dioxygène). Les déchets organiques triés et pesés sont broyés sans utiliser d’eau externe puisque nous récupérons également l’eau des déchets, réinjectée dans le système. Par exemple, nous travaillons avec un supermarché pour l’installation de l’un de nos containers. Sur place, il y a déjà une personne chargée de trier et de peser les déchets organiques. Plutôt que de les jeter dans une grande poubelle qui partira dans un centre de traitement ou d’incinération, nous proposons de mettre ces déchets dans notre container qui va ensuite pouvoir produire de l’énergie avec.

 

"Des digesteurs dans le centre de Londres et de New-York"

 

Novethic. Quelles sont les performances énergétique et environnementale de vos produits ?

Sandra Sassow. Notre plus grand container, capable d’ingérer 1 000 tonnes de déchets par an, permet d’éclairer l’équivalent de 330 maisons, selon les standards anglais, et de chauffer en plus 130 maisons. Par ailleurs, nous avons commandé une étude qui compare notre modèle avec un système transportant les déchets jusqu’à un méthaniseur situé à une vingtaine de kilomètres. Il ressort que notre technologie permet d’économiser 400 tonnes de CO2, une différence essentiellement due à l’empreinte carbone du transport. Et nous n’avons pas fait la comparaison avec les systèmes classiques qui n’utilisent pas la méthanisation, un procédé qui reste encore rare. Dans ce cas, la différence serait largement supérieure. 

 

Novethic. Quand pourrons-nous voir ces containers installés dans nos villes ou campagnes ?

Sandra Sassow. Très bientôt puisque nous sommes actuellement en train de construire 15 digesteurs. Je rentre de New York où notre projet a été choisi parmi quarante autres pour une installation l’an prochain dans le centre-ville. De même, le centre de Londres nous a choisi, tout comme l’Afrique du Sud, le Portugal, les Pays-Bas ou le Brésil. En 2016, nous espérons pouvoir livrer deux unités par mois, chaque unité comprenant environ 5 digesteurs. Nous travaillons notamment avec des urbanistes pour intégrer notre technologie dans leurs projets. Notre ambition est que nos digesteurs fassent partie de chaque immeuble de la ville du futur.

 

Novethic. Est-ce que vous visez aussi les pays en développement ?

Sandra Sassow. Oui, dès l’année prochaine, avec notamment des projets menés avec des partenaires. Notre système peut être pertinent pour ces pays car il peut répondre à la question du traitement d’une partie des déchets et, par ailleurs, donner accès à l’énergie, y compris dans des zones reculées. En Afrique, nos unités pourraient remplacer les générateurs fonctionnant au diesel. Nous avons par exemple imaginé installer des digesteurs dans des stations-essence pour que les habitants puissent échanger leurs déchets alimentaires contre du biogaz et de l’eau propre. Nous pourrions ainsi mettre en place un système de production électrique décentralisé de la même manière que les téléphones portables ont rendu inutile la mise en place d’un réseau de lignes fixes. Nos centrales électriques locales pourraient ainsi éviter la construction de réseaux électriques nationaux.

Propos recueillis par Concepcion Alvarez
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

L’impact des déchets sur le réchauffement climatique sous-évalué

L’impact des déchets sur le climat n’est pas suffisamment pris en compte. C’est ce qu’affirme un rapport commandité par Zero Waste et ACR+. Les deux associations y...

Grâce à ses enzymes, Carbios bouleverse le monde du plastique

Il faut entre 200 et 400 ans au plastique pour se dégrader naturellement. Carbios, une jeune entreprise innovante clermontoise de 17 salariés, créée en 2011, a quant à elle imaginé un plastique d’emballage capable de disparaître en quelques semaines. Comment ? Grâce au biomimétisme. Une...

Economie circulaire : un outil efficace pour lutter contre le réchauffement climatique

Comment l’économie circulaire peut-elle contribuer à atténuer le réchauffement climatique? C’est l’objet de l’étude réalisée par l’Institut de l’économie circulaire et l’équipe d’EY Cleantech &...

100 % d'électricité renouvelable : un atout pour l'économie locale

Des centaines de projets fleurissent aux quatre coins de l’Hexagone pour fabriquer de l’énergie à partir de sources renouvelables avec des effets positifs sur l’environnement, mais aussi sur le développement économique et social des communes. C’est ce que démontre Greenpeace, qui a étudié...

Mesurer l’engagement climatique des entreprises, un défi méthodologique

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et le CDP (ex-Carbon Disclosure Project), spécialisé dans l’analyse de l’impact des principales entreprises mondiales sur le climat, ont lancé mercredi 2 décembre, au Bourget, où se tient la COP21, la phase pilote de leur...

Chiffrer le coût de l’inaction, un tournant dans la prise de conscience climatique ?

En 2006, un rapport jette un pavé dans la mare climatique. Il évalue en effet le coût de l’inaction contre le changement climatique entre 5 % et 20 % du PIB mondial contre … 1 % pour celui de l’action ! Si ce rapport a fait grand bruit à l’époque, c’est aussi qu’il émanait non pas d’une...

Carbon Risk : une application pour mesurer l'urgence climatique

Comment rendre concrets les impacts économiques et financiers du réchauffement climatique? C'est en essayant de répondre à cette question que notre application "Carbon Risk"est...

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Micro plastique oceans dottedhippo istock

[Science] Les microplastiques dans les océans sont des nids à virus

La pollution des océans peut-elle déclencher des pandémies ? Alors que le Covid-19 sévit toujours un an après son apparition, les microparticules de plastiques, présentes en masse dans les océans, ont créé une "plastisphère", une couche de microplastiques et de micro-organismes, qui pourrait elle...

Auchan barquette

[Bonne nouvelle] Auchan dit stop aux barquettes en plastique dans ses rayons boucherie et poissonnerie

Fini les barquettes en plastique non recyclable dans les rayons boucherie, charcuterie et poissonnerie à Auchan. Alors que l'enseigne de grande distribution en utilise 55 millions par an, elle va, dès ce mois de mars, basculer vers des barquettes en fibres végétales compostables. Cette innovation...

Mcdonalds CC0

[Bonne nouvelle] McDonald’s supprime les jouets en plastique dans ses Happy Meal

Après avoir arrêté les pailles et couvercles en plastique sur ses boissons fraîches, McDonald's vient d'annoncer la fin des jouets en plastique dans ses célèbres Happy Meal. Ils seront désormais en papier ou en carton. Une initiative qui devance la loi économie circulaire datant la fin des jouets en...

Livreur paris coironavirus Edouard Richard HansLucas HansLucas via AFP 01

Deliveroo, Uber Eats, Frichti promettent 100 % d'emballages recyclables d'ici un an

Alors que la livraison de repas explose en France et, avec elle, les millions de déchets liés aux emballages à usage unique, une vingtaine d'acteurs du secteur viennent de signer une charte pour les réduire. Uber Eats, FoodChéri, Deliveroo, Frichti et d'autres s'engagent à réduire de 70 % leurs...