Alors que la livraison de repas explose en France et, avec elle, les millions de déchets liés aux emballages à usage unique, une vingtaine d'acteurs du secteur viennent de signer une charte pour les réduire. Uber Eats, FoodChéri, Deliveroo, Frichti et d'autres s'engagent à réduire de 70 % leurs emballages en plastique d'ici 2023 et à passer à 100 % d'emballages recyclages d'ici 2022. Des actions saluées par les associations dont Zero Waste France.

La livraison de repas connaît un vrai boom depuis quelques années, accentuée par la crise sanitaire. Si elle permet à de nombreux restaurants, fermés en raison de la pandémie, de survivre, elle génère énormément de déchets liés à l’emballage des repas. En 2019, plus de 200 millions de repas ont ainsi été livrés générant plus de 600 millions d’emballages à usage unique qui ont terminé dans nos poubelles. Dans ce cadre, dix-neuf acteurs de la livraison de repas ont signé le 15 janvier une charte avec le ministère de la Transition écologique, où ils s’engagent entre autres à réduire leurs emballages en plastique.
Parmi les mesures phares figure un objectif de 50 % des emballages livrés qui soient sans plastique à usage unique d’ici le 1er janvier 2022, puis de 70 % au 1er janvier 2023. Les signataires promettent par ailleurs la fin de la livraison systématique de couverts et de sauces dès le 1er mars 2021, ainsi que le lancement de 12 expérimentations pour réemployer les contenants pour plats, avec notamment des dispositifs de consigne. La charte fixe aussi un objectif de 100 % d’emballages recyclables au 1er janvier 2022.
Passer à l’action
Les dix-neuf signataires représentent l’ensemble de l’écosystème de la livraison de repas. On retrouve les plateformes de commande de repas en ligne comme Uber Eats ou Deliveroo, les restaurants "virtuels" à l’instant de Frichti ou Foodchéri mais également des sociétés proposant des services de réutilisation d’emballages ou de consigne (Uzaje, Green Go, Reconcil, En boîte le plat, Pyxo), et des fabricants et fournisseurs d’emballages ou contenants (Metro, Pyrex, Arc International).
"Il est nécessaire d’agir dès maintenant pour réduire le gaspillage que l’on constate aujourd’hui", a déclaré Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique alors que le marché est en progression de 20 % par an. "Beaucoup de solutions existent pour passer du jetable au réutilisable. Cette charte va permettre de passer à l’action et je félicite tous les acteurs qui s’y engagent. La porte est ouverte à ceux qui souhaiteront la rejoindre dans un second temps", a-t-elle ajouté. 
Un comité de suivi va permettre de s’assurer de la tenue des engagements des signataires de la charte avec une communication sur l’avancement des progrès, tous les six mois. "Le ministère animera la démarche et accompagnera les expérimentations de réemploi menées par les acteurs de la restauration livrée, avec l’appui de l’Ademe", l’agence de la transition écologique, détaille le communiqué du ministère.  "Ses engagements vont dans le bon sens et doivent être rapidement mis en œuvre", a salué l’association Zero Waste France. 


Marina Fabre, @fabre_marina avec AFP
Découvrir gratuitement l'univers Novethic
  • 2 newsletters hebdomadaires
  • Alertes quotidiennes
  • Etudes