Publié le 01 juillet 2017

ENVIRONNEMENT

[LA VIDEO] Des sacs biodégradables qui font pousser des légumes

La chaîne de supermarché allemande Edeka distribue depuis quelques jours des sacs biodégradables qui font pousser des légumes. Chaque sac contient des graines de tomates, d'aubergines ou de poires. Il suffit de remplir le sac de déchets organiques comme des épluchures de légumes et de le planter. 


Il se nomme le FEEDitBAG. À première vue, il ressemble aux sacs plastiques classiques que l’on retrouve dans les rayons fruits et légumes des supermarchés. Et pourtant, il a une particularité. Entièrement biodégradable, ce sac, inventé en seulement 10 semaines et distribué par la chaîne de supermarché allemande Edeka, permet de faire pousser des légumes. 

Concrètement, le consommateur peut mettre ses épluchures de légumes ou d'autres déchets organiques dans le FEEDitBAG et le planter directement sous terre. Ce dernier contient une pastille qui abrite plusieurs graines. Elles vont utiliser cette ressource pour se développer. La première version de ce sac contient des graines de tomates, aubergines et poires mais les consommateurs sont invités à voter sur le site internet du FEEDitBAG pour choisir d'autres graines.

100 000 tonnes de déchets de sacs plastiques chaque année

Un sac en plastique classique met plus de 450 ans à se décomposer. "Tout le monde parle des alternatives pour le plastique, mais les sacs pour les fruits et les légumes continuent d’être utilisés chaque jour. Nous avons pensé que si nous touchions les émotions des consommateurs, alors nous pourrions changer leur comportement", a déclaré le patron de l’agence Cheil, qui a participé à l’élaboration du FEEDitBAG. Plusieurs autres pays seraient intéressés par ce nouveau modèle.

L’utilisation de sacs plastiques génère chaque année plus de 100 000 tonnes de déchets, polluant les océans et menaçant les espèces marines. Une étude publiée en janvier par une université belge a ainsi montré que les consommateurs des produits de la mer ingéraient chaque année jusqu’à 11 000 microparticules de plastiques. Chaque minute, dans le monde, l’équivalent d’un camion d’ordure de déchets plastiques est versé dans la mer. D’ici 2050, c’est près de quatre camions par minute qui pourront souiller les océans. 

Marina Fabre @fabre_marina


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Plastique Ocean

Lutte contre la pollution plastique : les dirigeants mondiaux s'accordent pour rédiger un traité "historique"

175 pays, réunis par l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement (ANUE) ont voté une résolution ouvrant la voie à un traité mondial de lutte contre la pollution plastique. Ce texte juridiquement contraignant est considéré comme la principale avancée en matière d'environnement depuis l'accord...

Vetements pollution hugo clement Winter productions

"Où finissent nos vêtements ?" : sur France 5, le documentaire qui révèle les dessous de la filière du don

Des vêtements donnés à la Croix-Rouge qui finissent sur des plages du Ghana, polluant l'océan et les écosystèmes. Dans un nouveau numéro du documentaire "Sur le front" diffusé le 19 décembre sur France 5, le journaliste Hugo Clément remonte la filière peu reluisante des vêtements de seconde main. Au...

Stocamine : l’enfouissement définitif des déchets dangereux voté "en catimini" par les députés

Cette annonce sonne comme un clap de fin. Les députés ont voté pour un amendement qui permet le stockage des déchets de stocamine pour une durée illimitée. Une annonce qui a déclenché l'ire d'associations environnementales et d'élus alsaciens, qui accusent le gouvernement d'avoir fait voter la...

Photo Montagne de dechets dans le deset d Atacama

Au Chili, des montagnes de vêtements usagés en plein désert

Symboles de la "fast fashion" mondialisée, ces décharges sauvages d’habits situées en plein désert d’Atacama au Chili polluent l’air et les nappes phréatiques de la région. Un problème grandeur nature difficile à résoudre.