Publié le 20 août 2018

ENVIRONNEMENT

Sacs plastiques : de plus en plus de pays les interdisent

Chaque jour, le club des pays interdisant les sacs plastiques à usage unique grossit. Le dernier en date : le Burundi, quelques jours après la Nouvelle-Zélande et le Chili, premier pays d'Amérique du Sud à franchir le pas. Ce mouvement d'une soixantaine de pays symbolise une vraie prise de conscience. Reste à faire appliquer les lois et à les étendre à d'autres plastiques à usage unique comme les pailles et les gobelets.

Sacs plastiques dechets pixabay
Plus de 5 000 milliards de sacs plastiques sont consommés chaque année dans le monde polluant les océans.
Pixabay

C'est un fléau mondial et de plus en plus de pays semblent en avoir conscience. Le dernier en date : le Burundi. Son président, Pierre Nkurunziza, a décidé de mettre fin aux sacs plastiques à usage unique d’ici un an et demi, le temps que les commandes passées et les stocks s’écoulent. Quelques jours plus tôt, le 9 août, la Nouvelle-Zélande a également franchi "un pas significatif" a déclaré la première ministre Jacinda Arden. L’interdiction progressive est prévue pour 2019. 

5 000 milliards de sacs utilisés chaque année

Suivant la marche de l’histoire, le 4 août, le Chili est devenu le premier pays d’Amérique du Sud à les interdire. "Ce que nous proposons est simple : nous voulons changer le mode de vie des Chiliens. Nous voulons passer de la culture du jetable à celle du durable", a déclaré le chef de l’État Sebastian Pinera. Et la tâche s’avère ardue : les Chiliens utilisent 3,4 milliards de sacs par an. À l’échelle mondiale, selon l’ONU, la consommation est de 5 000 milliards par an, soit 10 millions par minute !

Actuellement, une soixantaine de pays a choisi d’interdire ces petits sacs, symbole de la pollution, notamment maritime. Dès les années 1990, quelques pays ont pris à bras-le-corps le problème. Le Danemark a fait figure de pionnier en instaurant une taxe en 1994. En 2002, le Bangladesh décide de les interdire définitivement. En cause, les canalisations bouchées par les tonnes de sacs plastiques et qui provoquent des inondations. C'est également ce qui a poussé la République démocratique du Congo à les bannir en 2017. 

Faire appliquer les lois 

Mais la loi reste encore à être appliquée. En RDC, les supermarchés traditionnels la respectent, mais les petites épiceries, fréquentées par la majorité des congolais, ne jouent pas le jeu. Les vendeuses de pain, de sel ou d’huile de palme continuent à servir leurs clients avec des sacs en plastique. Depuis le décret d’interdiction de décembre 2017, le gouvernement multiplie les initiatives dissuasives.

"Les emballages interdits seront non seulement confisqués et incinérés, mais vous devrez payer des amendes et pénalités comme prévues par le décret", mettait en garde, en avril, le ministre de l’Industrie Marcel Lewu.

Les sacs plastiques, une première étape

Reste que le plus gros consommateur de sacs plastique manque encore à l’appel : les États-Unis. Son système fédéral impose un cas par cas. Ainsi la Californie a été le premier État américain à bannir les sacs plastiques en 2014.

Une décision saluée par les associations environnementales, mais qui parait encore trop frileuse. Car les sacs plastiques, très légers, ne représentent qu’une petite partie de la production. Bruxelles planche ainsi sur une interdiction de plusieurs objets plastiques à usage unique comme les gobelets, cotons tiges ou pailles. La Commission européenne a soumis sa proposition au Parlement et au Conseil européen. La loi ne devrait pas voir le jour avant 2020.

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Des bulles d eau sans plastique ze ro de chet

[Bonne nouvelle] Marathon de Londres : 200 000 bouteilles économisées grâce à des bulles d’eau

Elles font la taille d'une balle de tennis de table. Et elles pourraient bien remplacer le plastique dans les évènements sportifs. Les petites bulles d'eau végétale Ooho, entièrement comestibles et biodégradables, ont été distribuées lors du marathon de Londres. Résultat, 200 000 bouteilles d'eau en...

Dechets en Chine SeanPavonePhoto

Plastique : depuis que la Chine a fermé sa poubelle, le recyclage mondial est en plein chaos

En bannissant début 2018 l'importation de déchets plastiques sur son territoire, la Chine a créé un véritable séisme dans l'industrie mondiale du recyclage. Depuis, les pays occidentaux peinent à trouver des solutions de repli. D’autant plus que plusieurs pays voisins régulent à leur tour cette...

Tri des dechets fast food a la traine

Tri des déchets : le gouvernement dévoile le nom des fast-food à la traîne

Domino's Pizza, Exki, Subway et Five Guys, voici le nom des quatre chaînes de fast-food qui ne respectent pas leurs engagements en matière de tri des déchets. Elles avaient jusqu'à fin mars pour transmettre au gouvernement leur plan de mise en confirmé mais contrairement à McDonald's ou Burger King,...

Yumi plastique biodegradable et compostable paye deux fois plus que le plastique classique

[Danger plastique] En France, le plastique végétal compostable est plus taxé que le plastique classique

C'est un comble pour Yumi. Cette startup de jus de légumes bio a opté pour des bouteilles 100 % végétales biodégrables et compostables. Pourtant, elle paye une écocontribution deux fois plus élevée que les entreprises qui génèrent du plastique classique. Face au danger mortel qu’est le plastique...