Publié le 19 mars 2014

ENVIRONNEMENT

Déchets électroniques : la France produit chaque année 20 kg par an et par habitant

1,3 million de tonnes de déchets d'équipements électriques et électroniques. C'est ce que la France produit chaque année. Un tiers seulement de ces rebuts sont traités dans des filières de recyclage agréées. Une proportion que la France doit doubler d'ici cinq ans pour atteindre les objectifs fixés par Bruxelles.

142364_GF.jpg

© Eco-systèmes

C'est un chiffre marquant. Selon l'Ademe, chaque habitant produit environ 20kg de déchets d'équipements électriques et électroniques par an. Il ne s'agit d'ailleurs que d'une estimation car, de l'aveu même de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (Ademe), « Il n'existe actuellement aucune méthodologie permettant d'évaluer la quantité » de ce type d'ordures « générées sur un territoire tel que le territoire français ».

Ces déchets sont largement collectés (à plus de 85%). Mais qui dit collecte ne dit pas forcément recyclage. Seul un tiers est récupéré par des éco-organismes, via les déchèteries et la reprise par les fabricants. Un autre tiers fini chez les ferrailleurs dont le travail est peu reconnu dans les filières de recyclage. Ils ne valorisent en effet pas le fer et ne s'intéressent pas aux traitements des matières peu lucratives comme le plastique. Quant aux substances dangereuses (composés chimiques) contenues dans nos smartphones et nos équipements électroniques, ils sont également laissés de côté. Quid du reste ? Le dernier tiers des déchets collectés disparaît dans des « flux non identifiés », en particulier vers l'exportation illégale mais aussi en décharge où ils sont incinérés.

Doubler le recyclage d'ici 5 ans

La collecte par les éco-organismes stagne depuis 2009 (6-7 kg par an et par habitant). La France se doit pourtant de doubler ce chiffre d'ici 5 ans si elle veut remplir les objectifs récemment fixés par Bruxelles. Pour Eco-systèmes, qui détient 75% du marché, la principale marge de manœuvre vient de la collecte d'équipements usagés par les artisans et des installateurs (appareils de chauffage/ de cuisine, etc.) qui représentent un quart de ces ordures. « Ces déchets finissent surtout chez les ferrailleurs, car les professionnels n'ont pas accès aux déchèteries publiques », déplore Véronique Poirier, directrice de la communication d'Eco-systèmes. L'éco-organisme prévoit donc de sélectionner 350 récupérateurs de métaux pour les faire entrer dans sa filière agréée et améliorer à terme la qualité de leur recyclage.

390 000 barils de pétrole brut économisés

Il y a deux ans (derniers chiffres disponibles), le recyclage des déchets d'équipements électriques et électroniques en France a permis d'économiser l'équivalent de 390 000 barils de pétrole brut, en particulier grâce à la réutilisation du plastique. C'est en tout cas le chiffre avancé par Eco-systèmes. Pour le Centre national d'information indépendante sur les déchets (Cniid), un pas reste pourtant à franchir vers l'éco-conception des équipements. « Tant que les nouveaux produits n'intègreront pas, de manière généralisée, les matériaux des DEEE recyclés, cela n'incitera pas à une collecte et un recyclage performant », déplore ainsi Laura Caniot, chargée de mission au Cniid. Mais pour l'association, l'enjeu est ailleurs : « la priorité est surtout l'allongement de la durée de vie des produits », insiste Laura Caniot,

En 2012, la France a mis 1,6 million de tonnes d'équipements électriques et électroniques sur le marché.

Magali Reinert
© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Plastique Ocean

Lutte contre la pollution plastique : les dirigeants mondiaux s'accordent pour rédiger un traité "historique"

175 pays, réunis par l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement (ANUE) ont voté une résolution ouvrant la voie à un traité mondial de lutte contre la pollution plastique. Ce texte juridiquement contraignant est considéré comme la principale avancée en matière d'environnement depuis l'accord...

Vetements pollution hugo clement Winter productions

"Où finissent nos vêtements ?" : sur France 5, le documentaire qui révèle les dessous de la filière du don

Des vêtements donnés à la Croix-Rouge qui finissent sur des plages du Ghana, polluant l'océan et les écosystèmes. Dans un nouveau numéro du documentaire "Sur le front" diffusé le 19 décembre sur France 5, le journaliste Hugo Clément remonte la filière peu reluisante des vêtements de seconde main. Au...

Stocamine : l’enfouissement définitif des déchets dangereux voté "en catimini" par les députés

Cette annonce sonne comme un clap de fin. Les députés ont voté pour un amendement qui permet le stockage des déchets de stocamine pour une durée illimitée. Une annonce qui a déclenché l'ire d'associations environnementales et d'élus alsaciens, qui accusent le gouvernement d'avoir fait voter la...

Photo Montagne de dechets dans le deset d Atacama

Au Chili, des montagnes de vêtements usagés en plein désert

Symboles de la "fast fashion" mondialisée, ces décharges sauvages d’habits situées en plein désert d’Atacama au Chili polluent l’air et les nappes phréatiques de la région. Un problème grandeur nature difficile à résoudre.