Publié le 03 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Dans trois ans, tous les fast food devront trier leurs déchets (et enfin respecter la loi)

Ils génèrent 80 000 tonnes d'emballages et 60 000 tonnes de déchets alimentaires par an mais ne trient pas leurs déchets. Les fast food, épinglés à de multiples reprises par le gouvernement, se sont engagés, le 11 juin à mettre en place le tri dans 70 % de leurs restaurants d'ici fin 2019 et 100 % d'ici 2021. L'idée d'une collecte mutualisée entre établissements fait son chemin pour répondre aux exigences environnementales. 

Le gouvernement compte sanctionner financièrement les fast food mais aussi agir sur leur réputation.
©CC0

Du tri dans les fast-foods. Sous la pression du gouvernement, les géants de la restauration rapide, McDonald's, KFC, Burger King, Starbucks ou encore Domino's Pizza notamment, se sont engagés à respecter en trois ans leurs obligations en matière de tri des déchets, jusqu'ici largement ignorées dans le secteur. Pour cause, une enquête menée fin 2018 par le ministère a montré qu'aucun des 50 établissements inspectés ne recyclait ses déchets, sur un secteur de la restauration rapide qui génère quelque 80 000 tonnes d'emballage et 60 000 tonnes de déchets alimentaires par an.

Le "contrat d’engagement de la restauration rapide pour le tri de leurs déchets", qu’ils ont signé, les oblige à rendre au moins 70 % de leurs restaurants opérationnels pour le tri des déchets d'ici fin 2019, puis 90 % au 31 décembre 2020 et 100 % au 31 décembre 2021. 30 000 points de vente servant plus de 6 milliards de repas chaque année sont concernés.

"La réputation est parfois plus importante que la sanction"

Outre les cinq géants déjà mentionnés, les signataires sont les sociétés Subway, Class'Croute, Exki, La Mie Caline, La Croissanterie, Paul, Jour Healthy Groupe, Five Guys, Cojean et Pomme de Pain. Seule l'enseigne Brioche Dorée, elle aussi conviée à la réunion de mardi, a refusé de signer. Les enseignes signataires devront rendre compte tous les six mois et "restaurant par restaurant" de "l'état d'avancement du déploiement", précise le texte. Toutefois certains établissements "pouvant présenter des contraintes opérationnelles" obtiendront "plus de temps".

Le secrétaire d’État à la Transition écologique, Brune Poirson "ne s'interdit pas" d'alourdir les sanctions prévues en cas de non-respect des obligations du secteur en matière de tri, dans le cadre du projet de loi sur l'Économie circulaire qui sera présenté en conseil des ministres à l'été, a-t-elle déclaré à la presse au sortir de la rencontre. Pour l'heure, a-t-elle rappelé, les enseignes risquent "des amendes et des sanctions pénales". Mais c’est aussi sur la réputation des entreprises que le gouvernement compte s’appuyer. "Pour beaucoup de ces entreprises, la réputation est parfois plus importante que la sanction", a déclaré Brune Poirson.

Une collecte mutualisée entre fast-food

Les établissements de restauration rapide sont tenus d'effectuer un tri des cinq flux (papier, carton, verre, plastique et métaux) obligatoire depuis juillet 2016, ainsi qu'un tri à la source des biodéchets en cuisine et en salle (pour ceux générant plus de 10 tonnes de biodéchets par an, et qui s'étendra à tous les restaurants d'ici à 2024).

Si les enseignes de restauration rapide invoquent volontiers des carences dans les systèmes de collecte des déchets pour expliquer leurs difficultés à respecter la loi, le ministère a assuré mardi que les opérateurs nationaux du secteur "ont confirmé être en mesure d'assurer la collecte des déchets de l'ensemble des établissements de restauration rapide sur tout le territoire". En outre certaines chaînes de fast-food s'organisent, indique le ministère, "pour avoir recours à un service de collecte mutualisé entre établissements situés dans un même secteur géographique".

La rédaction avec AFP


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Déchets

Electroniques, toxiques, plastiques, les déchets s’accumulent de façon vertigineuse sans qu’ils soient traités de façon adaptée. Tri, collecte, recyclage et réduction sont les différentes formes de lutte contre cette pollution envahissante.

Mcdonalds CC0

[Bonne nouvelle] McDonald’s supprime les jouets en plastique dans ses Happy Meal

Après avoir arrêté les pailles et couvercles en plastique sur ses boissons fraîches, McDonald's vient d'annoncer la fin des jouets en plastique dans ses célèbres Happy Meal. Ils seront désormais en papier ou en carton. Une initiative qui devance la loi économie circulaire datant la fin des jouets en...

Livreur paris coironavirus Edouard Richard HansLucas HansLucas via AFP 01

Deliveroo, Uber Eats, Frichti promettent 100 % d'emballages recyclables d'ici un an

Alors que la livraison de repas explose en France et, avec elle, les millions de déchets liés aux emballages à usage unique, une vingtaine d'acteurs du secteur viennent de signer une charte pour les réduire. Uber Eats, FoodChéri, Deliveroo, Frichti et d'autres s'engagent à réduire de 70 % leurs...

Apres la Chine la Malaisie refuse d etre la poubelle des pays developpes Mohd RASFAN AFP 02

Les pays riches ne pourront plus déverser aussi facilement leurs déchets plastiques dans les États pauvres

Fini les tonnes de déchets plastiques contaminés déversés chaque année dans les pays en développement. Depuis le 1er janvier, les pays européens ne peuvent plus exporter leurs déchets plastiques s'ils ne sont pas propres et recyclables. Une bonne nouvelle pour la Chine ou la Malaisie qui avaient...

Stocamine destockahe partiel mines de potasse d alsace

Stocamine : l’État se prononce pour le confinement définitif de déchets hautement toxiques à 500 mètres de profondeur

Début janvier, Barbara Pompili s'était rendu en Alsace sur le site de Stocamine, où sont enfouis 42 000 tonnes de déchets très toxiques à 500 mètres de profondeur. La ministre de la Transition écologique avait alors défendu l'idée d'un confinement définitif de ces déchets. Elle vient de confirmer...