Publié le 05 novembre 2022

ENVIRONNEMENT

Yellowstone, les Pyrénées et le Kilimandjaro : des glaciers emblématiques vont disparaître quel que soit le scénario climatique

Plusieurs glaciers du monde parmi les plus emblématiques, dont le Yellowstone, les Pyrénées et le Kilimandjaro, vont disparaître d'ici à 2050 "quel que soit le scénario climatique". Ce sont les sombres prévisions de l'Unesco, qui a publié une étude à quelques jours de la COP27, qui s'ouvre dimanche 6 novembre. L'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) appelle ainsi à "rapidement réduire les émissions de CO2" pour préserver les autres glaciers qu'elle a inscrits au patrimoine mondial.

Kilimandjaro glaciers disparition Unesco flickr Benh LIEU SONG
Le Kilimandjaro va disparaître en 2050 selon les prévisions de l'Unesco.
@flickr / Benh Lieu Song

La fonte se constate partout. En Afrique, l'ensemble des glaciers classés va ainsi disparaître d'ici à 2050, notamment ceux du Parc national du Kilimandjaro, en Tanzanie, ou du Mont Kenya. En Europe, les glaciers des Pyrénées-Mont Perdu en France et en Espagne devraient disparaître, au même titre que ceux des Dolomites en Italie, du haut lieu tectonique suisse Sardona et des parcs nationaux du Yellowstone et de Yosemite aux États-Unis. En Suisse, les glaciers aussi sont en voie de disparition. Ils ont perdu 6% de leur volume total rien que depuis le début de l'année. 

Trois sites classés en Russie vont également voir leurs glaciers fondre entièrement. Au total, les glaciers de 17 sites classés au patrimoine mondial n'existeront plus d'ici à 2050, projette l'Unesco, à partir d'une analyse de données satellitaires réalisée avec l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Les glaciers des aires protégées des trois fleuves parallèles au Yunnan en Chine ont vu leur volume divisé par plus de deux et fondent actuellement le plus rapidement parmi les sites classés.

Sur un tiers des sites classés, les glaciers vont complètement disparaître

L'étude porte sur 18 600 glaciers de 66 000 km2 au total, répartis sur 50 sites du patrimoine mondial, soit 10% de la surface glaciaire totale de la terre, précise l'Unesco. Sur un tiers de ces sites, les glaciers vont complètement disparaître. Les autres "pourraient être sauvés si nous limitions le réchauffement climatique à 1,5 degré" par une réduction "drastique" des émissions de gaz à effet de serre, prévient l'organisation.

Les glaciers du patrimoine mondial fondent à raison de 58 milliards de tonnes de glace chaque année, soit le volume d'eau utilisé annuellement par la France et l'Espagne, contribuant à hauteur de 5% à l'élévation mondiale du niveau de la mer, selon le rapport. La vitesse du recul des glaciers "inquiète", d'autant plus que "la fonte s'accélère", a détaillé à l'AFP Tales Carvalho Resende, co-auteur de l'étude.

La fonte des glaces est l'une des dix menaces majeures

Selon le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) paru au printemps, la fonte des glaces et des neiges est l'une des dix menaces majeures causées par le réchauffement climatique. La conférence COP 27 de l'ONU sur le climat, qui se tient du 6 au 18 novembre dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, "aura un rôle crucial à jouer pour aider à trouver des solutions", a souligné la directrice de l'Unesco, Audrey Azoulay, dans un communiqué.

Si les émissions de gaz à effet de serre restaient à leur niveau actuel, "environ 50% des glaciers du patrimoine mondial pourraient presque entièrement disparaître d'ici 2100", s'alarme encore l'organisation. L'impact sera "environnemental, sur la biodiversité et sur les ressources d'eau", souligne M. Carvalho Resende, sans "oublier que ces glaciers ont également une importance culturelle pour les communautés locales".

La fonte expose "des millions de personnes" au "manque d'eau et au risque accru de catastrophes naturelles", renchérit Bruno Oberle, directeur général de l'UICN, dans le communiqué. En insistant sur les glaciers les plus connus, l'Unesco espère provoquer une "une prise de conscience" plus forte pour des engagements "plus ambitieux", selon M Carvalho Resende.

Au-delà d'un appel à une réduction des émissions, l'Unesco demande la création d'un "fonds international pour la surveillance et la préservation des glaciers". "Il y a toujours un manque de données assez important", pointe le co-auteur. Par ailleurs, "même si on arrête drastiquement les émissions, les glaciers vont continuer à reculer" et "il faudra mettre en place des actions d’adaptation" face aux bouleversements inévitables que cela provoquera, note-t-il.

La Rédaction avec AFP


© 2023 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Triple crise des inegalites climatiques 2

Un graph’ pour comprendre la triple crise des inégalités climatiques en un clin d’œil

Le nouveau rapport du Laboratoire des inégalités mondiales, publié le 31 janvier, met en lumière la triple crise des inégalités climatiques : inégalités dans les émissions de CO2, inégalités des pertes liées aux impacts du réchauffement et inégalités dans les capacités financières à y faire face....

Immeuble Signal Soulac sur mer Gironde Philippe Lopez AFP

Signal, le premier immeuble victime de l'érosion côtière à cause de la montée des eaux

Le chantier de démolition de l’immeuble Signal, à Soulac-sur-mer, vient d’être lancé. Le bâtiment en bord de mer avait été évacué en 2014 alors que le rivage se rapprochait dangereusement du pas de sa porte. Après des années de batailles judiciaires, les copropriétaires avaient obtenu un...

Credits carbone marche carbone CO2 arbres istock

Après les enquêtes du Guardian et de Cash Investigation, voilà pourquoi il ne faut pas (encore) tuer les crédits carbone

De nouvelles enquêtes publiées ces derniers jours ont démontré une nouvelle fois le manque de fiabilité des crédits carbone, utilisés notamment par les grandes entreprises pour compenser leurs émissions de CO2 au lieu de les réduire. Un débat qui n'est pas nouveau et qui jette l'opprobre sur ce...

Scientifiques en rebellion devant dassault Lyuba XR France

Scientifiques en rébellion : "j’aurais plus peur pour mon avenir si j’étais un cadre de TotalEnergies qu’un scientifique engagé"

Il y a quelques semaines, Rose Abramoff, une scientifique américaine, était licenciée après avoir arboré une banderole appelant les scientifiques à l’action, lors d’un congrès. Un choc pour ses collègues du monde entier, dont Jérôme Santolini, biochimiste, directeur de recherche au CEA et l’un des...