Publié le 14 juillet 2018

ENVIRONNEMENT

[VIDEO] Au Groenland, un iceberg de 10 milliards de tonnes se détache de son glacier

Symbole de la fonte des glaces, un iceberg de 6 kilomètres vient de se détacher d'un glacier au Groenland. Les images, filmées par l'université de New York sont rares et montrent concrètement la fonte de la banquise à cause du réchauffement climatique. 

L'iceberg qui s'est détaché du glacier pèse 10 à 14 milliards de tonnes.
©NASA

6 kilomètres de long, 1,6 kilomètre de large et 800 mètres de profondeur. Voilà la taille de l’iceberg qui s’est détaché en juin dernier du glacier Helheim au Groenland. Il pèserait entre 10 et 14 milliards de tonnes et représenterait, selon le Washington Post, 3 % de la perte annuelle de glace dans la région.

Augmentation du niveau des mers 

La séparation, filmée en accéléré par une équipe de chercheurs de l’université de New York, ne dure que 30 minutes. Ce phénomène appelé vêlage a été très rarement filmé. "Savoir comment les icebergs se détachent est important pour des simulations parce que cela permet au final de déterminer la hausse globale du niveau des mers", estime David Holland, coordinateur logistique au sein du laboratoire chargée de l’étude à l’université du New York. "Si nous comprenons mieux ce qui se passe, nous pourrons créer des simulations pertinentes pour aider à prédire et préparer le changement climatique", souligne-t-il.

 

 

 

 

Le vêlage est un phénomène courant pour les glaciers mais le problème est la fréquence du vêlage. "Un glacier comme celui de Helheim se forme par accumulation de neige sur le continent, neige qui se tasse et devient de la glace", explique à La Croix Gaël Durant, chargé de recherche à l’Institut des géosciences de l’environnement. "Celle-ci s’écoule sous son propre poids jusque dans la mer. Mais normalement la quantité de neige qui tombe sur la calotte compense à l’échelle annuelle la perte de masse par vêlage. Ce n’est plus le cas aujourd’hui du fait très probablement du changement climatique".

L'Antarctique durement touché 

Et ce n’est pas non plus le cas pour l’Antarctique qui perd sa banquise à vitesse accélérée. En octobre 2017, un iceberg immense de 250 kilomètres carrés s’était détaché du glacier de Pine Island, soit deux fois la surface de Paris. Le glacier de Pine Island connait la fonte la plus rapide des glaciers de l’Antarctique. Au total, il libère chaque année 45 milliards de tonnes de glace, soit un quart des pertes du continent. Il contribue ainsi à l’élévation du niveau des eaux de 1 millimètre tous les 8 ans. 

              Marina Fabre @fabre_marina



© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ursula von der leyen PE

Élection d'Ursula von der Leyen : l'Union européenne à l'ère de l'urgence climatique

L'élection de l'Allemande Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne, était loin d'être gagnée. Elle confirme pourtant le nouveau virage pris par les institutions européennes depuis les dernières élections de mai et la percée des Verts car la fidèle d'Angela Merkel est passée de...

[Science] Dans l’Arctique, le permafrost fond 70 ans plus tôt que prévu et c’est une catastrophe

"Ce que nous avons vu était incroyable". Des chercheurs viennent de découvrir que le permafrost, l'épaisse couche de glace qui couvre 25 % de l'hémisphère nord, a fondu 70 ans plus tôt que prévu dans l'Arctique canadien. Or le permafrost abrite du carbone, du méthane et même du mercure. Il en libère...

Urgenda justice climatique Urgenda Chantal Bekker

Changement climatique : 1 300 actions en justice contre les États et les entreprises

C'est une nouvelle arme citoyenne. De plus en plus de d'associations et de personnes poursuivent États et entreprises pour leur implication dans la crise climatique. Depuis 1990, la London School of Economics en compte plus de 1 300. Si cette démarche était concentrée jusqu'ici aux États-Unis, elle...

80 millions d'emplois menacés par le réchauffement climatique d’ici 2030

Avec le réchauffement climatique, l'augmentation du stress thermique dans l'agriculture et d'autres secteurs industriels devrait se traduire par une perte de productivité équivalant à 80 millions d'emplois d'ici 2030, a averti l'Organisation internationale du travail de l'ONU.