Publié le 05 juillet 2019

ENVIRONNEMENT

Un dôme de chaleur au-dessus de l’Alaska fait s'envoler les températures

La météo s'emballe. Après l’Inde et ses 50 °C provoquant une crise de l’eau, l’Europe et sa canicule, c’est au tour de l’Alaska de souffrir de la chaleur. Dans la principale ville de l’État, Anchorage, le thermomètre affichait 32,2 °C le 4 juillet, un record depuis le début des mesures.

L'Alaska connaît une période chaleur qui affecte de nombreuses espèces endémiques.
CC0

Décidément, peu de zones du globe sont épargnées par la vague de chaleur. En Alaska, une vague de chaleur s'est abattue sur l'État, explosant les records de températures. Dans la capitale, Anchorage, le thermomètre affichait 32,2 °C, un record. 

"Ce nouveau record absolu pourrait être battu ces prochains jours. On attend en effet des températures de plus de 30 °C tous les jours d’ici lundi", note Météo France. Ces températures inédites sont dues à la formation d’un dôme d’air chaud qui empêche la formation de nuages.

La chaleur a provoqué des incendies 

Ces températures anormalement élevées ont entraîné des incendies et des feux de forêt. Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, les fumées pourraient baisser les températures. "Les températures prévues au cours des prochains jours pourraient être un peu plus fraîches pendant cette vague de chaleur", explique Météo Media. "En effet, les particules dispersées de la fumée vont absorber la lumière du Soleil et créer ainsi un léger effet de refroidissement".

La qualité de l’air sera cependant très détériorée. "Les personnes ayant des problèmes respiratoires peuvent avoir du mal à respirer à l’extérieur", a averti le Servi météorologique national qui a émis un avis de "fumée dense" pour l’est.

L'Alaska se réchauffe deux fois plus vite que le reste des États-Unis

L’Alaska est particulièrement touché par la crise climatique. Les scientifiques estiment que l’État se réchauffe deux fois plus vite que le reste des États-Unis. En cause, la fonte des glaces et le réchauffement des océans. "Les mers du nord Bering et du sud des Tchouktches sont en train de cuire", a tweeté lundi 1er juillet le climatologue de l’université de l’Alaska Fairbanks. "La hausse de la température de l’océan a entraîné une diminution de la banquise, ce qui entraîne une hausse de la température de l’océan". Un cercle vicieux décrit par le climatologue.

Les conséquences de ce réchauffement sont désastreuses pour les habitants. Les Alaskiens pouvaient compter sur les routes de sol gelé pour se déplacer mais elles sont de moins en moins sûres, voire inexistantes. Les communautés locales rapportent que des animaux sont morts de faim, peu habitués à ces températures. 

Marina Fabre, @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Ursula von der leyen PE

Élection d'Ursula von der Leyen : l'Union européenne à l'ère de l'urgence climatique

L'élection de l'Allemande Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne, était loin d'être gagnée. Elle confirme pourtant le nouveau virage pris par les institutions européennes depuis les dernières élections de mai et la percée des Verts car la fidèle d'Angela Merkel est passée de...

[Science] Dans l’Arctique, le permafrost fond 70 ans plus tôt que prévu et c’est une catastrophe

"Ce que nous avons vu était incroyable". Des chercheurs viennent de découvrir que le permafrost, l'épaisse couche de glace qui couvre 25 % de l'hémisphère nord, a fondu 70 ans plus tôt que prévu dans l'Arctique canadien. Or le permafrost abrite du carbone, du méthane et même du mercure. Il en libère...

Urgenda justice climatique Urgenda Chantal Bekker

Changement climatique : 1 300 actions en justice contre les États et les entreprises

C'est une nouvelle arme citoyenne. De plus en plus de d'associations et de personnes poursuivent États et entreprises pour leur implication dans la crise climatique. Depuis 1990, la London School of Economics en compte plus de 1 300. Si cette démarche était concentrée jusqu'ici aux États-Unis, elle...

80 millions d'emplois menacés par le réchauffement climatique d’ici 2030

Avec le réchauffement climatique, l'augmentation du stress thermique dans l'agriculture et d'autres secteurs industriels devrait se traduire par une perte de productivité équivalant à 80 millions d'emplois d'ici 2030, a averti l'Organisation internationale du travail de l'ONU.