Publié le 21 août 2018

ENVIRONNEMENT

Donald Trump supprime des restrictions environnementales pour booster le charbon

[Actualisé le 22 août] Le Président Trump a annoncé mardi 21 août de futures réglementations destinées à relancer les centrales à charbon. Désormais les États pourront définir eux-mêmes les normes en matière de pollution. Mais cette ressource très polluante est de moins en moins compétitive et cette relance politique ne signifie qu'elle va ressusciter. 

La nouvelle directive de Donald Trump permet aux États d'augmenter librement leurs émissions de gaz à effet de serre.
Coal Saul Loeb / AFP

C’était l'une des promesses de campagne du candidat Trump, le Président a tenu parole. A l'occasion d'un déplacement en Virginie occidentale, un des principaux États américain producteurs de charbon, il a annoncé une série de mesures destinées à relancer la production de ce combustible, fortement émetteur de gaz à effet de serre et de dioxyde de souffre. 

Dans l'ombre, les pions auraient déjà été avancés. Selon le Wall Street journal, Andrew Wheeler, le directeur par intérim de l’Agence de protection de l’environnement, et ancien lobbyste de l’industrie minière, a déjà signé une directive annulant les restrictions d'émissions de gaz à effet de serre visant les centrales thermiques à charbon.

Les États définiront leurs propres règles en matière de pollution

L'objectif est, in fine, de permettre à chaque État de définir ses normes en matière de pollution. Voire de les supprimer complètement. Une aubaine pour les industriels du charbon, défendus ardemment par Donald Trump. C’est une "révision radicale des règles" environnementales imposées aux centrales à charbon sous le mandat de Barack Obama, estime le Los Angeles Times.

De fait, l’ancien président avait lui, au contraire, proposé un plan ambitieux appelé le Clean Power Plan. Il devait réduire de 32 % les émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 2005. Le Plan devait entraîner la fermeture de nombreuses centrales à charbon, les plus anciennes et les plus polluantes. Mais il a été bloqué en février 2016 par la Cour suprême, saisie par une trentaine d’États majoritairement républicains puis abrogé par Trump en octobre 2017.

"Un plan d’augmentation du dioxyde de carbone"

La relance du charbon "est un plan d’augmentation du dioxyde de carbone", a déclaré au Financial Times Joseph Goffman, l’un des principaux architectes du Clean Power Plan, "ils sont prêts à pervertir la loi sur la qualité de l’air à cette fin". Le plan ne va cependant pas pouvoir s'appliquer immédiatement. Les experts juridiques prévoient des années de délais en raison de probables obstacles juridiques et de délais légaux. Plusieurs associations environnementales ont d’ores et déjà annoncé qu’elles iraient devant les tribunaux pour faire annuler cette directive.

Reste que le charbon ne représente aujourd'hui qu'un tiers de la consommation d'électricité aux États-Unis contre la moitié il y a dix ans. Malgré le soutien de l'administration Trump 40% du parc de centrales à charbon existant en 2010 est fermé ou est en passe de l'être, selon les chiffres de l'American Coal for Clean Coal Electricity.

En cause, le développement des énergies renouvelables mais surtout le gaz naturel, plus compétitif. "Manifestement, le président fait appel à sa base en parlant de relancer le charbon", a déclaré David Doniger, ancien directeur de la politique climatique de l’EPA sous Clinton, "mais les politiques ne vont pas ramener le charbon"

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Macron G7 biarritz Elysee

Paix, économie et écologie : Le monde est à un point de bascule, assure Emmanuel Macron en amont du G7

Initialement axé sur la lutte contre les inégalités, le G7, organisé le 24 et 25 août à Biarritz en France, s’ouvre à tous les enjeux mondiaux, dont celui de l’environnement qui avait été jusque-là mis de côté. Mais les incendies en Amazonie ont remis ce sujet sur le devant de la scène. Dans une...

Nasa amazonie Bresile incendie Nasa

La "crise internationale" des feux en Amazonie s’invite au G7

Si le G7 qui se déroule les 24 et 25 août en France a pour thème principal la lutte contre les inégalités, la question climatique et environnementale va y prendre sa place en force en raison des incendies qui ravagent depuis près de trois semaines la forêt amazonienne. C’est du moins le souhait...

Glacier islande Okjokull plaque JeremieRichard AFP

[Vidéo] L’Islande commémore la disparition de son premier glacier à cause du réchauffement climatique

C'était un des 400 glaciers d'Islande. Okjökull a perdu presque toute sa glace en une trentaine d'années en raison du réchauffement climatique. Les scientifiques lui ont rendu hommage via une plaque commémorative adressée aux générations futures. Leur but est d'éveiller les consciences et d'alerter...

Extinction rebellion climat

Extinction Rebellion : quand des millionnaires financent la désobéissance civile pour le climat

Les militants d'Extinction Rebellion ont reçu un soutien de poids. Plusieurs investisseurs et philanthropes américains viennent de créer un fonds pour soutenir la désobéissance civile sur le climat. Un don de près de 550 000 euros a été effectué. Si aux États-Unis et au Royaume-Uni le mouvement se...