Publié le 20 mars 2007

ENVIRONNEMENT

Transport routier : un pas de plus vers le développement durable ?

Premier émetteur de CO2, le secteur des transports a un rôle crucial à jouer dans la lutte contre le changement climatique, à commencer par le transport routier. La Fédération Nationale des Transports Routiers souhaite s'engager sur la voie de la performance durable en créant un observatoire. Six entreprises viennent de signer une charte de réduction de leurs émissions de CO2.

106355_GF.jpg

6 signataires pour la charte de réduction du CO2

Six entreprises de transport routier ont signé, le 20 mars 2007, une charte de réduction de leurs émissions de CO2. Initiée par le ministère des transports, il s'agit d'une démarche volontaire que les signataires ont déjà intégré dans leurs pratiques. GT location a formé ses conducteur à une meilleure conduite, Ourry mise sur l'informatique embarquée et le renouvellement de son parc transport, le groupe STV parie sur l'éco conduite et la réduction des distances parcourues, les transports Graveleau sur de nouveaux mode de conduite avec assistance technolgique, DHL Express modernise son parc et forme ses conducteurs. Enfin L.R. Services qui approvisionne les MC Donalds français s'appuie sur son organisation logisitique qui tient compte de paramètres développement durable et fait référence à la norme HQE.
Ensemble, ils emploient près de 30 000 personnes.

Premier consommateur de produits pétroliers en France, le secteur des transports est le premier émetteur de CO2 (35% des émissions nationales) avec plus de 140 millions de tonnes en 2003. Il a donc un rôle essentiel à jouer dans l'évolution de la demande énergétique et dans la lutte contre le changement climatique. En effet, comme le précise l'Ademe, "il est fortement responsable de l'accroissement de la consommation d'énergie en France, ainsi que des émissions de polluants et de gaz à effet de serre. La part du secteur est aujourd'hui de 29 %, contre seulement 13% en 1960 et l'on observe un quasi doublement de sa consommation depuis 1973."
Cette hausse des consommations de carburants s'explique à la fois par la croissance des trafics de voyageurs et de marchandises, et par la progression du transport routier. Le transport routier domine ce bilan énergétique et représente à lui seul 130 millions de tonnes de CO2 émis en France, en 2003. Pour autant, si 81 % du transport de marchandises passe par la route, les poids lourds représentent 27% des émissions de CO2 du transport routier en 2005 contre 55% pour les véhicules particuliers, selon un rapport du Ministère des transports.

Mais autant il est difficile d'influer sur les comportements individuels, autant un secteur a la force de son réseau pour faire évoluer les pratiques. C'est ce qu'a compris la FNTR (Fédération nationale des transports routiers) qui a officialisé la création d'un "Observatoire de la performance durable", le 14 décembre 2006. Principale organisation professionnelle du secteur du transport routier en France, la FNTR rassemble plus de 12500 entreprises ce qui représente plus de 240 000 salariés. Cet observatoire veut être "un lieu d'échanges, d'analyse, d'action et de suivi de la situation du développement durable dans le transport routier de marchandises (TRM), qui a vocation à vivre et à se développer dans la durée." Si le secteur du TRM a déjà fait des progrès en matière de réduction des émissions de gaz polluants, de sécuritéroutière et de consommation d'énergie, il souhaite aller plus loin en créant cet observatoire.

Des partenariats au service de quatre objectifs

Quatre objectifs président à cette création : mettre en synergie les différents acteurs du transport routier, créer une banque de "données fiables et objectives" notamment en matière d'émission de GES par le TRM, mener des travaux et études sur le plan technique et fiscal pour favoriser les bio-carburants ou les véhicules hybrides par exemple, et enfin initier des démarches professionnelles de performance durable par les entreprises. Pour ce faire, différents partenariats ont déjà été mis en place.

La FNTR a demandé à l'AFT-IFTIM, principal groupe de formation du secteur, de créer des outils de sensibilisation pour l'ensemble des acteurs du transport et d'intégrer de nouveaux supports pédagogiques relatifs au développement durable dans la filière du CAP aux formations supérieures.

Côté accident de la route, elle a choisi de distinguer les bonnes pratiques puisque, avec la Prévention Routière, des palmes de l'ordre du conducteur seront décernées aux entreprises de transports routiers engagées dans la lutte contre l'insécurité routière. Conscients que, sur certains axes et sur longue distance, les transports ferroviaire ou fluvial avaient leur place, les professionnels du transport terrestre se sont associés à d'autres acteurs - le Comité des Armateurs Fluviaux, Novatrans, spécialiste du transport combiné, et le Groupement National des Transports Combinés - pour favoriser un transfert plus facile d'un mode à l'autre, du train au camion par exemple.
Un enjeu essentiel puisqu'en 2002, selon l'Ademe, le transport combiné rail-route a permis d'éviter en France 4 000 poids lourds en moyenne par jour et environ 820 000 tonnes de CO2 sur l'année.

Cette démarche, initiée par la FNTR, vise à concilier performance économique et développement durable. Pour la fédération, il s'agit à la fois "de réduire les nuisances liées au développement du transport routier de marchandises, tout en préservant les progrès de la mobilité des personnes et, bien sûr, des marchandises." C'est indéniablement une étape à franchir pour cette organisation qui, en 1971, avait obtenu le relèvement des vitesses maximales de 60 à 80km/h et du poids total en charge des véhicules de 35 à 38 t. Or l'on sait qu'il faut rouler moins vite, moins loin et moins lourd pour lutter contre le changement climatique. Par ailleurs, le Ministère des transports a souhaité mettre en place une charte d'engagements volontaires du transport routier en faveur de la réduction des émissions de CO2 (voir encadré). Si la FNTR soutient cette démarche proposée à toutes les entreprises de TRM, elle rappelle "qu'il ne serait y avoir de démarches volontaires sans incitation motivante."

Christophe Brunella
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Rapport Haut conseil pour le climat HC Climat

"Au rythme actuel, la France a peu de chances de tenir ses engagements climatiques", selon le Haut Conseil pour le climat

La sentence est tombée : la France n’est pas sur la bonne voie pour lutter efficacement contre le changement climatique. C’est la conclusion sévère du premier rapport du Haut conseil pour le climat sur l’évaluation des politiques publiques remis en plein épisode caniculaire. L’instance a été mise en...

Canicule France DenisCharlet AFP

153 milliards d’heures de travail perdues à cause de la canicule

La canicule qui touche la France cette semaine n'a pas que des conséquences sur notre santé. Elle affecte aussi notre productivité. Une étude publiée dans The Lancet a estimé qu'en 2017, année marquée par un été particulièrement chaud, 153 milliards d'heures de travail avaient été perdues à cause de...

Pipeline alberta Jiri Rezac GREENPEACE

Le gouvernement canadien donne son feu vert à l’extension de l’oléoduc Trans Mountain

Au lendemain du décret de l'état d'urgence climatique, le gouvernement canadien a autorisé l'extension de l'oléoduc Trans Mountain qui relie les champs de sables bitumineux de l'Alberta à la côte ouest du pays. Une position difficile à tenir pour le premier ministre Justin Trudeau qui se pose comme...

CO2 Atmosphere Climat Jukkisjupi

Climat : le monde connait sa plus forte hausse des émissions de CO2 dans le monde en 7 ans, selon BP

Les émissions de CO2 ont augmenté de 2 % dans le monde en 2018. Il s’agit de la hausse la plus forte depuis sept ans, relève mardi le géant pétrolier BP dans un rapport sur l'énergie, inquiétant pour la lutte contre le réchauffement climatique.