Publié le 17 mars 2015

ENVIRONNEMENT

Transition énergétique : le risque carbone mobilise en Grande Bretagne

La Banque d’Angleterre lance l’alerte : les étudiants d’Oxford défilent et les actionnaires de BP s’organisent. Si leurs modes d’action et leurs pouvoirs varient, tous partagent la même analyse : les modèles économiques des producteurs d’énergies fossiles sont fragiles et il faudrait faire une place plus grande aux énergies renouvelables sur un plan écologique, économique et financier.

Mark Carney, le gouverneur banque Angleterre en Fevrier 2015.
WPA pool / Getty images Europe / Getty images / AFP

Les déclarations des dirigeants de la Banque d’Angleterre début mars évoquant le risque financier qui pèse sur les assurances détenant trop d’actions de compagnies pétrolières dont la valeur pourrait baisser dans le futur, a relancé le débat dans la communauté financière britannique.

 

Des signaux forts en faveur de la sortie des énergies fossiles

 

Quel sera le poids du changement climatique sur les portefeuilles des fonds de pension ? "Les signaux envoyés au marché par une autorité financière comme elle nous aide beaucoup à sensibiliser les investisseurs" explique Catherine Howarth, qui dirige Shareaction, l’une des organisations qui participent à la mobilisation actionnariale sur le risque carbone. "Nous estimons que moins de 10 % des fonds de pension ont aujourd’hui pris conscience du risque et commencent à mesurer leur empreinte carbone. Ce sont les plus importants mais le mouvement doit être généralisé à tous".

Les fonds de pension sont nombreux (et de toutes tailles) en Grande Bretagne, où le débat a pris une acuité particulière avec le dépôt des résolutions aux AG 2015 de Shell et BP sur leur stratégie d’adaptation au changement climatique, Shareaction participe à cette initiative qui entre dans une seconde phase, comme l’explique Catherine Howarth : "Nous faisons maintenant campagne pour obtenir le maximum de voix d’actionnaires pendant les assemblées générales. Nous savons que Shell et BP ne partagent pas forcément nos analyses sur le changement climatique. Si les résolutions obtiennent 75 % des voix ou plus, elles seront obligées de mettre en oeuvre des changements de stratégie majeurs et de s’engager la dessus".

Les signaux se multiplient dans le pays où la campagne de désinvestissement des énergies fossiles a pris de l’élan. À Londres, l’assemblée qui supervise la politique de la capitale a adopté une motion le 11 mars, incitant l’organisation qui encadre les fonds de pension de la ville à sortir dans les cinq ans à venir des énergies fossiles.

Les élus écologistes du Conseil de Paris ont suivi son exemple. Ils ont adopté le 16 mars 2015 un vœu expriment leur souhait de voir les énergies fossiles exclues du fonds de dotation et du fonds de retraite complémentaire des conseillers de la capitale française.

 

Oxford sous pression

 

À Oxford, les étudiants, les professeurs et diverses personnalités ont bataillé depuis des mois pour que l’université exclue les énergies fossiles du fonds de 3 milliards d’euros qu’elle administre. L’université d’Oxford, qui avait mis cette décision à l’ordre du jour de son conseil du 16 mars 2015, a finalement annoncé qu’elle avait besoin de réfléchir encore.

Il est donc urgent d’attendre pour la prestigieuse université, qui semble d’autant moins pressée de rejoindre le mouvement de désinvestissement décrit dans l’étude publiée par le centre de recherche de Novethic le 11 février qu’elle a noué des partenariats avec l’industrie pétrolière.

Shell a investi plus de 8 millions d’euros dans un laboratoire d’Oxford dédié à la géologie, qui a ouvert en 2014 et dont l’une des missions consiste à "identifier des réserves pétrolières". Les partisans du désinvestissement sont déçus. "Oxford a une responsabilité morale qui devrait l’empêcher de procrastiner et la conduire à s’engager maintenant sur le désinvestissement" déclare Georges Montbiot, journaliste au Guardian : "Le changement climatique est pourtant LA question éthique de notre époque".

Prochains rendez-vous clefs sur l’agenda britannique : l’assemblée générale de BP le 16 avril à Londres et la publication du rapport de la Banque d’Angleterre sur le risque financier du changement climatique prévu au plus tard fin 2015.

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Risque carbone : désinvestissement a minima pour le fonds souverain norvégien

Un mois à peine après avoir annoncé son désengagement de 22 entreprises fortement émettrices de CO2, le fonds souverain norvégien a publié ce vendredi 13 mars son rapport d’activité. Très attendu, il déçoit. Pourquoi ? Parce que si le fonds se désengage bien d’entreprises aux activités...

Journées mondiales de désinvestissement: le Fonds de Réserve des Retraites au coeur de la controverse

Les premières Journées mondiales pour le désinvestissement ont eu lieu les 13 et 14 février. Des dizaines de manifestations se sont déroulées partout dans le monde pour réclamer des banques, des assurances et des investisseurs publics qu’ils cessent de financer les énergies fossiles. En...

Investisseurs et climat : le vent tourne

Le fonds norvégien qui exclut plusieurs dizaines d’entreprises en raison de leurs nuisances environnementales, les actionnaires de BP et Shell qui vont débattre en assemblée générale (AG) de l’évolution du modèle pétrolier... Le risque carbone est devenu une réalité pour bon nombre...

Risque carbone : le fonds norvégien se désengage de 22 entreprises dans les secteurs du charbon, des sables bitumineux et du ciment

Alors qu’à Genève, les délégations de 195 pays discutent des prémices d’un accord global sur le climat, le fonds norvégien a annoncé, le 5 février, qu’il exclut de son portefeuille 22 entreprises présentes dans les secteurs du charbon, des sables bitumineux et du ciment. Un signal fort à...

Risque carbone : BP et Shell reconnaissent la nécessité de baisser leurs émissions de gaz à effet de serre

Le secteur pétrolier est en pleine révolution. Bousculées sur le changement climatique, certaines compagnies s’adaptent au risque carbone. Shell, puis BP ont appelé leurs actionnaires à soutenir la résolution sur le changement climatique, déposée par 150 investisseurs. Elles reconnaissent...

Chute des cours du brut : le modèle économique du secteur pétrolier menacé

Les compagnies pétrolières et parapétrolières sont contraintes de se serrer la ceinture face à la chute des cours du brut. Les petites sociétés d’exploration-production qui ont financé leur développement par la dette sont les plus impactées. Les majors, elles, sont pressées de s’expliquer...

Risque carbone : BP et Shell sous la pression des investisseurs

Quel sera l’impact du changement climatique sur les compagnies pétrolières ? Cette question devrait animer les prochaines assemblées générales de Shell et de BP au printemps 2015. Plus d’une cinquantaine d’investisseurs d’importance viennent de déposer des résolutions pour obliger ces deux...

Risque carbone: le fonds norvégien doit-il exclure ou non les compagnies pétrolières?

Pour lutter contre le changement climatique, le fonds le plus riche du monde (870 milliards de dollars d’actifs) nourri par l’exploitation pétrolière devrait-il refuser d’acheter les actions des compagnies pétrolières ou de producteurs de charbon ? Le débat, ouvert en Norvège au début de...

Risque carbone : la lente prise de conscience des investisseurs institutionnels

L’exigence des investisseurs responsables européens n’a jamais été si élevée. En tant que donneurs d’ordre, ils obligent de plus en plus souvent les sociétés de gestion d’actifs à intégrer des contraintes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Une tendance qui commence à...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Californie embouteillage CCO

En Californie, Toyota, General Motors, Fiat-Chrysler soutiennent Donald Trump plutôt que le climat

Trois grands constructeurs automobiles ont pris le parti de l’État fédéral contre la Californie, dans la bataille qui les oppose sur les normes d’émissions de gaz à effet de serre pour les véhicules. Toyota, General Motors et Fiat-Chrysler soutiennent la décision de l’administration de Donald Trump...

Capture 01

[Génération climat] Les étudiants du Réveil écologique publient un guide anti-greenwashing pour choisir leur futur employeur

Les étudiants passent à la vitesse supérieure. Après un manifeste signé par plus de 31 000 étudiants, le collectif Pour un réveil écologique publie un guide anti-greenwashing pour aider les étudiants à choisir leur futur employeur. Des outils qui augmentent un peu plus la pression exercée sur les...

Madrid las cibeles CCO

Cinq questions pour tout comprendre à la COP 25 qui se tiendra finalement en Espagne

La 25e conférence sur le climat des Nations-Unies, la COP25, aura finalement lieu à Madrid, en Espagne. Elle se tiendra aux dates prévues initialement, du 2 au 13 décembre, mais sous présidence chilienne. Confronté à une grave crise sociale, le pays a dû renoncer à accueillir l’événement. Quels sont...

Climate strike new york greenpeace

Les États-Unis se retirent officiellement de l’Accord de Paris, niant l’urgence climatique

Trois ans jour pour jour après l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris, les États-Unis ont officialisé leur sortie du traité, conformément aux règles juridiques. Si cette annonce ne change finalement pas grand-chose, Donald Trump ayant largement détricoté les mesures environnementales prises par...