Publié le 24 juin 2022

ENVIRONNEMENT

Traité sur la charte de l'énergie : l'Union européenne reste engagée dans cet accord décrié

Ce vendredi 24 juin se tenait le quinzième et dernier cycle de négociations sur le Traité sur la charte de l’énergie (TCE). Ce texte permet à des investisseurs d'attaquer des États quand ils adoptent des lois climatiques qui remettent en cause leurs intérêts. Critiqué depuis des années, le traité faisait l'objet d'une refonte depuis 2018. Malgré la pression, la Commission européenne a choisi de rester dans le TCE, moyennant quelques amendements.

bruxelles tce @Friendsofearth
À ce jour, on relève 150 réclamations connues pour le règlement des différends entre investisseurs et États dans le cadre du TCE.
@Friendsofearth

C'était la réunion de la dernière chance sur le Traité sur la charte de l'énergie, un accord décrit par beaucoup comme l'ennemi public numéro 1 de l'Accord de Paris. Il permet en effet aux énergéticiens de demander réparation aux États lorsque ceux-ci prennent des lois ayant un impact négatif sur leur activité. Or, les politiques énergétiques doivent changer pour prendre en compte le changement climatique. La Commission européenne a pourtant décidé de rester signataire, ce 24 juin, lors de la réunion des pays membres du Traité, moyennant quelques aménagements qui devraient entrer en vigueur à partir du mois de novembre prochain.

En cours de modernisation depuis 2018, le texte du Traité a été revu par les pays signataires. Ils ont adopté une nouvelle version qui étend la protection des investissements à de nouvelles énergies (captage et stockage du carbone, biomasse, hydrogène, combustibles synthétiques, etc.). Il permet par ailleurs aux pays membres de l’Union européenne d’exclure du champ du Traité la protection des investissements dans les énergies fossiles réalisés à partir d’août 2023 et ceux qui auront plus de dix ans à cette date.

Des amendements bien trop timides, pour les ONG. "Le TCE continuera de représenter une menace pour les besoins urgents de l'action climatique et porterait atteinte à l'action de l'UE", estime le Climate Action Network. Pour les ONG qui suivent les négociations mais aussi pour les eurodéputés et plusieurs États membres, la seule issue possible était une sortie du traité.

Premier procès climatique contre le Traité sur la Charte de l'énergie

L’accord signé en 1994 à la sortie de la guerre froide pour faciliter les relations énergétiques dans l’ensemble du continent eurasien compte une cinquantaine de pays signataires, parmi lesquels tous les États de l’Union européenne (à l’exception de l’Italie, qui en est sorti en 2016), les pays de l’ancien bloc soviétique, le Japon, le Yémen ou encore l’Afghanistan. Le TCE est régulièrement contesté.

Cette semaine encore, en amont de la décision de la Commission européenne, plus de 80 climatologues de premier plan, parmi lesquels Yamina Saheb, Valérie Masson-Delmotte ou encore Christophe Cassou, avaient écrit aux dirigeants de l'UE pour leur demander une sortie du traité et ainsi conserver une chance de rester sous 1,5°C de réchauffement. Dans son dernier rapport, le Giec prévenait lui aussi que le TCE pouvait avoir un effet dissuasif sur les politiques climatiques.

Cinq jeunes victimes du changement climatique ont également intenté une action en justice devant la Cour européenne des droits de l’Homme le 21 juin contre douze États membres du TCE, dont la France. C’est le premier procès climatique qui lie le traité sur la Charte de l'énergie aux victimes du climat. En cas de succès, le procès pourrait conduire la Cour à déclarer que les États doivent supprimer ces obstacles pour protéger les droits des plaignants en vertu de la Convention européenne des droits de l'homme.

150 réclamations connues à ce jour

À ce jour, on relève 150 réclamations connues pour le règlement des différends entre investisseurs et États dans le cadre du TCE avec 115 milliards d’euros de compensations demandées, et près de 43 milliards accordées. Et la tendance est à la hausse. Ce sont au total 9 000 milliards de dollars d'actifs qui risquent de faire l'objet de litiges, soit un peu plus d'un dixième du PIB mondial, selon les estimations de Global Justice Now.

Cinq entreprises des énergies fossiles réclament notamment près de 4 milliards d’euros à des États européens pour leurs politiques climatiques. RWE et Uniper poursuivent les Pays-Bas pour leur sortie du charbon, Rockhopper en Italie, pour un refus d’attribution de concession pétrolière, Ascent Resources en Slovénie pour contester une étude d’impact environnemental sur une exploitation de gaz de schiste, ou encore Prairie Mining en Pologne sur une mine de charbon.

Le tout dans un contexte où le coût des catastrophes climatiques ne cesse d'augmenter et où les pays vont devoir s'adapter à la multiplication d'évènements comme les vagues de chaleur, inondations, orages etc. Une étude publiée par I4CE chiffre ainsi à 2,3 milliards d'euros par an, pour la France, le coût de cette adaptation, aussi bien pour rénover les infrastructures et l'habitat, que pour piloter les politiques d'adaptation.  

Concepcion Alvarez @conce1 


© 2022 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Cinq entreprises de l’énergie réclament près de 4 milliards d’euros à des États européens pour leurs politiques climatiques

Cinq entreprises des énergies fossiles, parmi lesquelles RWE, Uniper ou Rockhopper, attaquent des États européens pour leurs engagements climatiques. Une aberration alors que les rapports du Giec se multiplient pour alerter sur l'accélération et les impacts du changement climatique. Cela...

Le Traité sur la charte de l’Énergie, signé il y a plus de vingt ans, menace la transition énergétique européenne

Le Traité sur la charte de l'énergie (TCE), signé en 1994 par l'Europe et les pays de l'ancien bloc soviétique, donne aux investisseurs la possibilité d'attaquer les gouvernements qui modifieraient leur politique énergétique. Un vrai risque pour l'Union européenne en pleine transition...

Traité sur la charte de l'énergie : la cour de justice européenne veut protéger la transition énergétique des États

La Cour de justice de l'Europe a tranché. Non, le mécanisme permettant à un investisseur d'attaquer un État sur sa politique climatique n'est pas applicable. C'est une victoire pour les organisations environnementales. Peu connu, le Traité sur la charte de l'énergie est accusé aujourd'hui...

L'Europe est embourbée dans le Traité sur la charte de l’énergie, un frein à la transition énergétique

Le Traité sur la Charte de l'énergie (TCE), signé à la sortie de la guerre froide, est une épine dans le pied de Bruxelles. Le texte, qui permet à des investisseurs de l'énergie, y compris dans les secteurs les plus polluants, d'attaquer un État pour sa politique climatique, doit être...

ENVIRONNEMENT

Climat

Les alertes sur le changement climatique lancées par les scientifiques conduisent à l’organisation de sommets internationaux, à la mise en place de marché carbone en Europe mais aussi en Chine. En attendant les humains comme les entreprises doivent déjà s’adapter aux changements de climat dans de nombreuses parties du monde.

Orage foudre montpellier Pascal Guyot AFP

Sécheresse, canicule, feux et orages violents : le cercle vicieux du changement climatique

Après des mois de sécheresse, des températures records et des forêts dévorées par les flammes, c'est au tour de violents orages de frapper la France. Un "cercle vicieux" lié au changement climatique qui intensifie et multiplie ces phénomènes. Face à cette instabilité, les prévisionnistes ont de plus...

Pompage petrole CC0 01

Shell, BP… Les objectifs climats de géants des hydrocarbures incompatibles avec l’Accord de Paris

1,81°C d'ici 2069 pour Shell, 1,73°C pour Equinor... Des chercheurs ont passé au crible les objectifs climatiques de géants du pétrole et du gaz. Sans surprise, aucun n'arrive à limiter son réchauffement à +1,5°C, rendant leur trajectoire d'émission incompatible avec l'Accord de Paris.

Fresqueduclimat

Climat, biodiversité, mobilité, nouveaux récits et textile : cinq fresques à découvrir sur la transition écologique

Tout a démarré avec la Fresque du climat, créée en 2018, afin de sensibiliser au changement climatique. Déjà suivie par plusieurs dizaines de milliers de personnes, elle a fait des émules sur différents sujets. L’objectif est de former par le jeu sur des enjeux complexes et ainsi pousser à l’action....

IStock 1152368018 1 01

Pêche illégale, braconnage... session de rattrapage à l'ONU pour tenter de réguler la haute mer, le Far West des océans

Ce nouveau rendez-vous accouchera-t-il d'un traité ambitieux ? Braconnage, pêche illégale... la haute mer est aujourd'hui considérée comme une zone de non-droit alors qu'elle représente 64 % des océans. Les Etats membres de l'ONU vont tenter de réguler ces espaces de biodiversité. L'enjeu est de...